09/04 11:26

EN DIRECT - Enquête sur la mort d'Emile : Le procureur confirme que "un nouveau petit bout d'os a été retrouvé dans la même zone que les vêtements, en contrebas du crâne"

11h25: Le point sur ce que l'on sait ce matin

Un nouveau fragment d'os d'Emile, ce garçonnet disparu début juillet dans le hameau du Haut-Vernet (Alpes-de-Haute-Provence), a été découvert près de l'endroit où son crâne puis ses vêtements avaient été retrouvés il y a une dizaine de jours, a confirmé à l'AFP le procureur d'Aix-en-Provence.

"Un petit bout d'os appartenant à Emile a effectivement été retrouvé dans la même zone que les vêtements, en contrebas du crâne", a précisé lundi le procureur de la République d'Aix-en-Provence, Jean-Luc Blachon, confirmant une information du Parisien.

Cette découverte ne permet cependant pas d'avancer sur la cause du décès de l'enfant, a ajouté le magistrat, en soulignant que le fragment d'ossement a bien été identifié par l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) comme appartenant à l'enfant de deux ans et demi.

Près de neuf mois après qu'il s'est évaporé, le 8 juillet, alors qu'il venait d'arriver chez ses grands-parents maternels pour l'été, au Haut-Vernet, le crâne et des dents de l'enfant puis les vêtements qu'il portait le jour de sa disparition ont été retrouvés fin mars début avril, à environ 1,7 km de ce bourg de 25 habitants, à 25 minutes de marche pour un adulte.

Aucune de ces découvertes n'a encore permis à ce stade aux enquêteurs d'élucider les circonstances de la mort du garçonnet.

10h32: "Entre la chute, l'homicide involontaire et le meurtre, on ne peut toujours pas privilégier une hypothèse plutôt qu'une autre", avait insisté Jean-Luc Blachon le 2 avril lors de sa première intervention face à la presse dans un dossier d'où rien de concret n'avait émergé jusqu'au samedi 30 mars et la découverte, par une randonneuse, du crâne et de dents de l'enfant.

Deux jours plus tard, à 150 mètres en contrebas du chemin où les ossements d'Emile avaient été aperçus, les gendarmes retrouvaient, "éparpillés sur quelques dizaines de mètres", le tee-shirt, les chaussures et la culotte de l'enfant, avait expliqué le magistrat.

Mais, avait précisé M. Blachon, le sentier où les premiers ossements ont été découverts se trouve près d'un ruisseau qui descend de la montagne, avec à cet endroit-là une "très forte déclivité", de l'ordre de 30%.

Autrement dit, personne ne peut affirmer que le crâne d'Emile et ses vêtements étaient à cet endroit depuis le 8 juillet. Ils ont pu être "ramenés par une personne humaine, un animal, ou bien les conditions météo", comme l'avait expliqué le 1er avril la porte-parole de la gendarmerie, Marie-Laure Pezant.

La zone avait en effet été fouillée, avec des chiens pisteurs et des hélicoptères dotés de caméras thermiques, lors des battues organisées juste après la disparition de l'enfant.

06h46: Un nouveau fragment d'os d'Émile, ce garçonnet disparu début juillet dans le hameau du Haut-Vernet (Alpes-de-Haute-Provence), a été découvert près de l'endroit où son crâne puis ses vêtements avaient été retrouvés il y a une dizaine de jours, a annoncé à l'AFP le procureur d'Aix-en-Provence. Un peu plus tôt dans la soirée, une source proche du dossier confirmait la découverte d’éléments osseux à proximité de l’endroit où une partie du crâne du petit Émile avait été découverte. 

«Un petit bout d'os appartenant à Emile a effectivement été retrouvé dans la même zone que les vêtements, en contrebas du crâne», a précisé lundi le procureur de la République d'Aix-en-Provence, Jean-Luc Blachon.

Cette découverte ne permet cependant pas d'avancer sur la cause du décès de l'enfant, a ajouté le magistrat, en soulignant que le fragment d'ossement a bien été identifié par l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) comme appartenant à l'enfant de deux ans et demi.

Près de neuf mois après qu'il s'est évaporé, le 8 juillet, alors qu'il venait d'arriver chez ses grands-parents maternels pour l'été, au Haut-Vernet, le crâne et des dents de l'enfant puis les vêtements qu'il portait le jour de sa disparition ont été retrouvés fin mars début avril, à environ 1,7 km de ce bourg de 25 habitants, à 25 minutes de marche pour un adulte.

Aucune de ces découvertes n'a encore permis à ce stade aux enquêteurs d'élucider les circonstances de la mort du garçonnet. «Entre la chute, l'homicide involontaire et le meurtre, on ne peut toujours pas privilégier une hypothèse plutôt qu'une autre», avait insisté Jean-Luc Blachon le 2 avril lors de sa première intervention face à la presse dans un dossier d'où rien de concret n'avait émergé jusqu'au samedi 30 mars et la découverte, par une randonneuse, du crâne et de dents de l'enfant.

00h11: De nouveaux ossements appartenant à l’enfant de deux ans et demi ont été retrouvés ces derniers jours par les gendarmes de la section de recherches de Marseille dans le périmètre des recherches.

Après les découvertes, fin mars, d’une partie du crâne d’Émile et de vêtements que l’enfant portait le jour de sa disparition, les investigations sur le terrain se poursuivent. Et elles se révèlent fructueuses

Les recherches se poursuivent au Haut-Vernet. Une centaine de gendarmes sont toujours mobilisés, ce lundi 8 avril 2024, dans les Alpes-de-Haute-Provence, autour du hameau de 25 habitants, afin de tenter de localiser le reste du corps du petit Émile, dont une partie des ossements ont été retrouvés, le samedi 30 mars.

L’enquête progresse, mais les interrogations sont nombreuses. «Toutes les hypothèses restent ouvertes», a souligné Jean-Luc Blachon, le procureur d’Aix-en-Provence, en charge de l’affaire. Certains indices récoltés ces jours par les experts de la gendarmerie scientifique relancent en revanche la piste de la chute accidentelle.

L’analyse du crâne du garçonnet retrouvé samedi dernier par une randonneuse à 2 kilomètres à vol d’oiseau du Haut-Vernet n’a révélé «aucun traumatisme ante mortem», a expliqué le magistrat. Celui-ci présente «de petites fractures et fissures post mortem», ainsi que «des traces de morsures, probablement causées par un ou des animaux», a-t-il ajouté.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Beguin
10/avril/2024 - 04h26

Taisez vous et laissez faire l'enquête c'est indecent de réduire cet enfant a des os

Portrait de RODGER17
8/avril/2024 - 21h01

j'espère que ce p'tit bout de chou est tombé et est mort sur le coup sans souffrir, sans avoir rencontré de détraqué , que les cieux veillent sur lui, paix à son âme.