05/04 11:46

Une magistrate à la cour d'appel d'Agen va être présentée à un juge d'instruction pour être mise en examen, à la demande du procureur de la République de Nice, pour onze chefs, dont trafic d'influence et détournement de fonds publics

Une magistrate à la cour d'appel d'Agen (Lot-et-Garonne) va être présentée à un juge d'instruction vendredi pour être mise en examen, à la demande du procureur de la République de Nice, pour onze chefs, dont trafic d'influence et détournement de fonds publics.

A l'issue d'une information judiciaire ouverte pour un total de 20 chefs, le procureur, Damien Martinelli, a précisé dans un communiqué avoir requis la mise en examen de la magistrate Hélène Gerhards dans le cadre d'une enquête, ouverte en janvier 2021, sur ses liens supposés avec un membre présumé du banditisme corse lorsqu'elle était en fonction en Corse, entre 2010 et 2016.

Les chefs requis sont: faux en écriture publique par un dépositaire de l'autorité publique, usage de faux, détournement de fonds publics par une personne dépositaire de l'autorité publique, recours aux services d'une personne exerçant un travail dissimulé en bande organisée, trafic d'influence passif et actif, association de malfaiteurs en vue de préparer un crime ou un délit puni de 10 ans d'emprisonnement et en vue de préparer des délits puni de cinq ans d'emprisonnement, blanchiment, construction sans permis, détournement de la finalité de fichiers de données personnelles et enfin complicité de violation du secret professionnel.

"A la lumière d’interceptions téléphoniques", il est apparu que cette magistrate, affectée après la Corse au parquet de Toulouse, "paraissait dans une relation de proximité avec un individu très défavorablement connu des services de police, au sujet notamment de travaux dans une villa dont elle était occupante, située sur la rive sud d’Ajaccio", écrit le procureur, qui a requis son placement en détention provisoire.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions