21/03 11:46

Guadeloupe: Cinq personnes blessées hier dans une série d’agressions commises par une femme munie d’un couteau et d’un tesson de bouteille dans le centre de Pointe-à-Pitre

Cinq personnes ont été blessées hier dans une série d’agressions commises par une femme munie d’un couteau et d’un tesson de bouteille dans le centre de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, a indiqué la procureure de la République Caroline Calbo.

La suspecte, « vraisemblablement » sans domicile fixe et âgée de 30 ans, a été interpellée et placée en garde à vue, a précisé lors d’une conférence de presse la magistrate, ajoutant qu’une expertise psychiatrique était en cours.

Quatre femmes âgées de 44 ans à 75 ans ont reçu des coups de couteau et une cinquième a été blessée au tesson de bouteille, selon la procureure.

Le pronostic vital n’est engagé pour aucune de ces blessées, parmi lesquelles figurent deux touristes dont une croisiériste écossaise, a précisé la même source.

Les faits se sont déroulés peu après 10H00 locales (15H00 à Paris) dans le centre de Pointe-à-Pitre, notamment rue Frébault, la principale artère commerciale de la ville, très fréquentée à cette heure.

La suspecte est connue des services de police et de justice: elle avait été jugée le 11 mars, en son absence, pour violences avec arme et condamnée à deux mois de prison avec sursis et à une interdiction de porter une arme durant trois ans, a indiqué la procureure Calbo.

Par ailleurs, dans la nuit de vendredi à samedi, une restauratrice de Pointe-à-Pitre a été tuée par balle lors d’un braquage alors que le taux d’homicide atteint des records en Guadeloupe comme en Martinique.

« La violence chez nous est élevée, à un niveau qui nous laisse croire qu’elle est au-dessus de tout », a estimé mercredi le maire de Pointe-à-Pitre, Harry Durimel, qui s’exprimait au côté de la procureure et a déploré un « basculement sociétal ».

Dans un courrier adressé en août dernier au préfet de Guadeloupe Xavier Lefort, l’édile de la capitale économique de l’archipel en avait appelé à un « plan Marshall » pour régler une situation sécuritaire « explosive ».

Le député de Guadeloupe Elie Califer a de son côté interpellé mercredi le gouvernement sur la « violence insoutenable » que subit la Guadeloupe, demandant des « moyens renforcés stables et durables ».

« En Guadeloupe, 1.700 policiers et gendarmes sont mobilisés (...) sur tous les fronts, le trafic d’armes, le trafic de drogues », a répondu à l’Assemblée la ministre déléguée chargée des Outre-mer, Marie Guévenoux, évoquant aussi l’installation en Guadeloupe de « trois nouvelles brigades ».

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions