14/03 16:01

Yvelines: Un père de famille de Trappes qui avait accusé de racisme une enseignante de sa fille condamné à six mois de prison avec sursis par la cour d'appel de Versailles

Un père de famille de Trappes (Yvelines) qui avait accusé de racisme une enseignante de sa fille en 2021 a été condamné à six mois de prison avec sursis par la cour d'appel de Versailles, a appris l'AFP auprès du parquet général. En première instance, le tribunal correctionnel avait infligé à cet homme une peine de six mois d'emprisonnement ferme. Saisie en appel, la cour «a confirmé la culpabilité s'agissant des faits de harcèlement et infirmé la peine prononcée», passée à six mois de prison avec sursis, a indiqué le ministère public.

Lors d'un cours donné en février 2021, une professeure de SVT d'un établissement de Trappes avait utilisé un montage sur l'évolution de l'Homme où étaient associées une image de singe et une photo du chanteur Soprano. Le père d'une de ses élèves avait qualifié ce montage de «raciste» dans un post publié sur Facebook. L'enseignante, qui a depuis changé d'établissement comme de région, avait alors assuré à l'AFP utiliser une photo du rappeur français d'origine comorienne «pour intéresser les élèves».

En première instance, le tribunal mentionnait notamment «le contexte de l'assassinat terroriste du professeur Samuel Paty (...) dans une situation analogue de mise en cause sur les réseaux sociaux». Samuel Paty a été assassiné le 16 octobre 2020 par un jeune djihadiste d'origine tchétchène devant un collège de Conflans-Saint-Honorine.

«La justice confirme un message de fermeté à l'égard des harceleurs en ligne qui mettent en danger la vie des enseignants», s'est félicité auprès de l'AFP l'un des avocats de l'enseignante, Me Maxime Delacarte. «La cour n'a en revanche pas tiré les conséquences indemnitaires des faits alors que ceux-ci ont eu un impact gravissime sur la vie personnelle et professionnelle de l'enseignante», a-t-il ajouté. Condamné en première instance à payer 13.600 euros, le prévenu n'aura plus à payer que 600 euros de dommages et intérêts à la partie civile.

Le conseil du prévenu, Me Aïley Alagapin-Graillot, a rappelé de son côté qu'il n'avait pas utilisé le nom de la professeure et visait l'éducation nationale. «L'emprisonnement ferme était évidemment disproportionné» et «on ne peut que se réjouir de la modération dont ont fait preuve les conseillers de la cour d'appel», a-t-il indiqué à l'AFP, en se réservant le droit de se pourvoir en cassation.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Beguin
15/mars/2024 - 12h48

Trappes, la zone 

Portrait de Beguin
15/mars/2024 - 12h47

Quand il sortira dans 10 jours il fera quoi ?

Portrait de Beguin
15/mars/2024 - 12h45
Justemonavis a écrit :

 Certains juges devront un jour être jugé pour provocation et complicité de crimes.

Exact

Portrait de Beguin
15/mars/2024 - 12h45

Qui veut etre enseignants ou directeurs d'établissements scolaires aujourd'hui ?

Portrait de Justemonavis
14/mars/2024 - 18h34

 Certains juges devront un jour être jugé pour provocation et complicité de crimes.