04/03 13:01

Le personnel au sol de Lufthansa est appelé à une nouvelle grève à partir de jeudi, pour deux jours, dans les principaux aéroports allemands par le syndicat Verdi, insatisfait de l’état de négociations salariales

Le personnel au sol du premier groupe européen de transport aérien Lufthansa est appelé à une nouvelle grève à partir de jeudi, pour deux jours, dans les principaux aéroports allemands par le syndicat Verdi, insatisfait de l’état de négociations salariales. Pour les secteurs touchant les passagers, Verdi appelle à des débrayages entre jeudi à partir de 4h00 du matin jusqu’à samedi 7h10 du matin, selon un communiqué diffusé lundi. Il faut s’attendre à de très nombreuses annulations de vols.

Pour les secteurs du fret et de la technique, qui ne concernent pas les passagers, les débrayages auront lieu selon des plages horaires différentes, a ajouté le syndicat, sans donner de détails supplémentaires.

« Personne ne peut comprendre que ce groupe va annoncer cette semaine des résultats annuels record (...) et que les employés au sol (...) ne savent plus comment joindre les deux bouts dans les villes les plus chères d’Allemagne », a déclaré le responsable des négociations pour Verdi, Marvin Reschinsky, dans un communiqué.

Verdi demande des augmentations de salaire de 12,5% pour les travailleurs qu’il représente, soit un minimum de 500 euros de plus par mois.

La dernière offre de Lufthansa comprenait une augmentation de salaire plus importante sur une période plus longue, mais ne répondait pas aux exigences du syndicat, selon ce dernier. Le prochain cycle de négociations aura lieu les 13 et 14 mars.

La semaine dernière, Verdi avait déjà appelé le personnel au sol de certains secteurs du groupe à une grève de trois jours. Le secteur des passagers n’était toutefois pas concerné.

« Ces derniers jours, nous n’avons délibérément pas perturbé le trafic passagers avec nos grèves », a rappelé Marvin Reschinsky.

Mais le syndicat compte désormais passer à la vitesse supérieure faute d’avancée avec la direction. « En ignorant notre demande de négociations, Lufthansa nous fait comprendre qu’elle ne bougera pas tant que la pression n’aura pas augmenté », a expliqué M. Reschinsky.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions