24/02 17:59

Salon de l'Agriculture : Contrairement à ce qu'a affirmé Emmanuel Macron "Les soulèvements de la terre" confirment avoir été contactés pour un débat avec le Président de la République

17h58: Après les annonces d'Emmanuel Macron au Salon de l'agriculture, la présidente de la Coordination rurale a assuré sur franceinfo que la mobilisation de son syndicat se poursuivait. Les actions "spontanées" du syndicat agricole "vont se dérouler comme prévu parce que le message d'Emmanuel Macron, qui est de produire plus, nous interpelle", dit-elle.

16h50:  Après une période de calme, tensions à l'extérieur du Hall 4 où se trouve en ce moment Emmanuel Macron LE PEUPLE SE JOINT À SES PAYSANS !


De nombreux français viennent de rejoindre les agriculteurs devant le hall 4. Le cordon de sécurité risque de sauter.#SIA2024 pic.twitter.com/RyU28CacsQ

— Résistance Paysanne (@ResistPaysans) February 24, 2024

 

15h54: Contrairement à ce qu'a affirmé Emmanuel Macron "Les soulèvements de la terre" confirme avoir été contactée pour un débat au Salon de l'agriculture. "Nous avons bel et bien été contactés pour participer au débat" initialement prévu avec le président de la République au salon de l'agriculture, affirment les Soulèvements de la Terre dans un communiqué samedi 24 février.

La veille, l'Élysée avait assuré que "les Soulèvements de la Terre n'ont été ni conviés ni contactés", plaidant une "erreur faite lors de l’entretien avec la presse en amont de l’événement".

Les Soulèvements de la Terre expliquent qu'ils ont été approchés, mais pas directement par le Palais. "Le jeudi 22 février, à partir de 18h, un député européen EELV [Europe écologie-Les Verts] confirme avoir transmis le numéro de téléphone d’une de nos porte-paroles au cabinet de [l'eurodéputé Renaissance] Pascal Canfin, qui était en charge de faire le lien avec l’Élysée pour nous inviter à ce 'grand débat'", disent-ils.

D'autre part, "des membres du cabinet du cabinet de Gabriel Attal ont contacté une responsable politique nationale d’EELV, afin de récupérer un contact chez les Soulèvements de la Terre. Cela rejoint les annonces de l'Elysée concernant notre invitation, lors de la conférence de presse [l'entretien avec la presse avant la Salon] du jeudi 22 février".

14h03 : Des renforts de CRS viennent d'arriver dans le salon pour protéger le Président de la République alors que la colère des agriculteurs monte de minute en minute

13h53 : Des dizaines de manifestants viennent de forcer un barrage de CRS dans les allées du salon pour tenter d'approcher Emmanuel Macron

 

13h31: Emmanuel Macron a inauguré le salon sous les huées et les sifflets

13h30: Emmanuel Macron vient d'arriver dans les allées sous les huées et aux cris de "Macron démission". L'inauguration devait à l'origine se tenir à 9h ce matin et elle a été décalée en raison des incidents qui se sont déroulés dans le début de la matinée !

12h37: Après avoir débattu avec des agriculteurs, Emmanuel Macron annonce "qu'il va descendre inaugurer le salon" au milieu de la foule

11h42: Le Président répond longuement à tous les agriculteurs qui sont autour de lui au 1er étage - Accoudé sur une table, veste de costume tombée, le président a écouté la colère des professionnels de l’agriculture et tenté de débattre avec eux après l’annulation du grand échange qui aurait été promis. «Je veux bien parler à tout le monde, simplement, tout le monde siffle (...) on est là pour se causer», a lancé le chef de l'Etat, entouré de ses ministres Marc Fesneau et Agnès Pannier-Runacher.

«Je suis en train de vous dire que le boulot est fait sur le terrain, on a repris les copies, on est en train de faire toute la simplification», a-t-il poursuivi devant des représentants de trois syndicats, FNSEA, Jeunes agriculteurs et Coordination rurale, notamment.

«Je préfère toujours le dialogue à la confrontation (...) La confrontation, ça ne produit rien», a asséné le chef de l'État. Et de compléter : «il faut que le salon se passe bien parce que pour vos collègues, c'est parfois des mois, voire des années de boulot. Ils sont montés avec leurs bêtes, avec leur travail pour le montrer».

L'un des interlocuteurs du président a aussi souhaité aborder le thème du suicide, précisant avoir lui-même «failli passer à l'acte» au mois d'août.

Notant les questions sur une feuille de papier, tentant parfois difficilement de répondre entre les éclats de voix et protestations, le président a notamment été interpellé pêle-mêle sur les conséquences de la guerre en Ukraine, la simplification administrative, l'écologie vécue comme «punitive» par certains agriculteurs ou encore la rémunération des agriculteurs.

10h40: Emmanuel Macron se retrouve face à quelques agriculteurs à l'étage pour entamer un débat avec des représentants syndicaux.

.

.

10h33: Le Salon de l'Agriculture ouvre avec 1h30 de retard à l'exception du Hall où se trouve Emmanuel Macron. Des milliers de personnes étaient en train de s'accumuler à l'extérieur depuis 9h du matin, alors que l'inauguration du salon n'a toujours pas eu lieu.

10h18 : Nouvelles tensions entre les services de sécurité et les agriculteurs à quelques mètres de l'endroit où doit arriver le Président 

 

09h49 : Le Salon n'est toujours pas ouvert et les agriculteurs demandent au Président de quitter les lieux et de rentrer à l'Elysée 

 

09h44: Fin de la prise de parole du Président de la République

 

09h34: Colère d'Emmanuel Macron face aux journalistes : "Il n'a jamais été question d'inviter les "Soulèvements de la terre" ! Absolument jamais ! Vous parlez à un président qui a proposé de les dissoudre.  J’ai toujours condamné la violence. Les groupements qui entrent dans les fermes. Toutes les associations qui pratiquent la désobéissance, les dégradations et l’atteinte aux personnes, je les condamne très fermement. Il n’y a pas eu d’invitation et il n’y a pas eu la volonté de les inviter. (...)

La nature de la tensions ne permet pas de répondre à la crise. Le premier objectif, c'est que le salon doit se tenir dans le calme. Je dois aux agriculteurs : vous n'aidez aucun de vos collèges en rendant le salon impossible, en cassant des stands, c'est contre productif. «Ce sont des mois de travail pour les agriculteurs qui sont là, il faut que nos compatriotes puissent venir dans le calme et la quiétude.

"

 

09h14: L'ouverture du Salon est retardée de façon officielle en raison des incidents

09h07 : Le barrage des forces de l'ordre qui protège le lieu où doit arriver Emmanuel Macron vient de céder

09h00: Le Salon de l'Agriculture doit être inauguré par Emmanuel Macron dans les secondes qui viennent, puisque c'est à 9h que le salon doit ouvrir au public.

 

 

08h54: Nouvelles bousculades et des interpellations

 

08h49 : Le point sur la situation - Alors qu’Emmanuel Macron est arrivé autour de 8 heures, pour rencontrer des syndicats agricoles des dizaines de manifestants se sont précipités dans l’entrée principale. Des dizaines d’entre eux ont forcé une grille pour entrer dans le Salon avant son ouverture officielle et des heurts se sont produits avec le service d’ordre.

Des bagarres ont éclaté sur place alors que des barrières ont cédé. Les CRS ont été appelés en urgence et ont pénétré dans les allées en se casquant pour tenter de calmer les esprits. De nouvelles bagarres ont alors éclaté. 

Emmanuel Macron est en ce moment au 1er étage du salon, mais il doit descendre dans une dizaines de minutes pour inaugurer le salon.

.08H40 : Nouvelle bousculade et nouveaux incidents dans les allées du salon. Un agriculteur membre de la Coordination rurale a fait part de sa colère, quelques minutes après l'arrivée d'Emmanuel Macron. "On va le dégager physiquement s'il le faut"', assure-t-il. "On va le sortir, on est chez nous. On est paysans, on est en train de crever. Il va sortir de là, il ne va pas venir se pavaner avec toute sa racaille", ajoute-t-il.

.

08h28: Les incidents se multiplient dans au salon de l'agriculture alors que de plus en plus de CRS arrivent les agriculteurs lançant des "Macron démission"

 

 

 

08h17: Les CRS viennent de prendre position dans le Salon pour rétablir l'ordre avec que des affrontements se sont déroulés quand des dizaines d'agriculteurs ont forcé l'entrée

.

.

08h06; Des dizaines d'agriculteurs viennent de forcer l'entrée du Salon

.

 .

07h58 : Emmanuel Macron vient d'arriver au salon avec son cortège de véhicules

07h43: Des dizaines d'agriculteurs postés à l'entrée de la Porte de Versailles veulent empêcher Emmanuel Macron de pénétrer dans le Salon

 

06h28: Vendredi en toute fin de journée, par le biais de son compte X (ex-Twitter), Emmanuel Macron a fait savoir qu’il abandonnait l’idée. « J’inviterai demain (samedi) matin tous les syndicats agricoles avant l’ouverture officielle du salon. Je serai là pour l’ouvrir et irai au contact de tous ceux qui veulent échanger comme je le fais chaque année », pouvait-on lire. Sans un mot sur la polémique déclenchée par ses équipes.

05h11: Un mois après le début d'un mouvement de contestation, Emmanuel Macron est attendu de pied ferme par les agriculteurs qui attendent de sa part des engagements. Il sera accompagné de Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture. La sécurité du président sera sérieusement renforcée, compte tenu du contexte tendu autour du secteur agricole. De son côté, Gabriel Attal, se rendra à la Porte de Versailles le mardi 27 février.

Le chef du gouvernement profitera de sa visite pour déclarer la production agricole comme «secteur en tension», afin de faciliter grandement l’attribution de visas» pour faire venir des travailleurs saisonniers étrangers dans les fermes françaises.

Le Premier ministre s’y rendra le même jour que Marine Le Pen, présidente des députés RN à l’Assemblée nationale. Gabriel Attal s’est dit prêt à un débat sur l’agriculture avec cette dernière.

Il a cependant essuyé un refus, Marine Le Pen ne voulant pas que le Salon ne devienne «l’otage de joutes politiques».

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Capri
24/février/2024 - 08h51
kuwabara a écrit :

pour la souveraineté de l agriculture ukrainienne en france plutot macron non ??

Votre propos n’est pas clair. Vous pouvez reformuler ?

Portrait de Çabaigne
24/février/2024 - 08h50

Le mondialiste, fossoyeur de la France qui vient narguer les agriculteurs sur leur salon.

Portrait de Capri
24/février/2024 - 08h50
Electro a écrit :

Les agriculteurs sont des gens au caractère très dur de part leur métier difficile au quotidien, ce ne sont pas des gilets jaunes qu'on peut mater facilement.

Le méprisant a voulu jouer avec le feu....qu'il se brûle maintenant !

L’invitation à débattre avec les Soulevements de la Terre (association soit disant dissoute par le Ministre de l’Interieur) lors du Salon de l’Agriculture était une provocation ! A part ça, qu’est ce qui vous fait dire que E. Macron est méprisant ?

Portrait de Capri
24/février/2024 - 08h48
Jiben79 a écrit :

Et pour le moment il ne s'agit "que" des agriculteurs, d'ici peu il pourrait avoir quelques millions d'autres s'il continue comme ça Macron

Je crains que le mal vienne de beaucoup plus loin que la prise de responsabilités de M. Macron.

Portrait de Capri
24/février/2024 - 08h45
nina83 a écrit :

Très bel exemple ils donnent là, et on doit épouser leur cause et les défendre.... 

Êtes-vous prêt / prête à payer plus cher vos courses alimentaires pour soutenir les agriculteurs comme vous dites ? Il y a les grandes paroles (yakafaukon) et la réalité. Vous faites quoi au juste pour « soutenir » les agriculteurs ?

Portrait de Jiben79
24/février/2024 - 08h43

Et pour le moment il ne s'agit "que" des agriculteurs, d'ici peu il pourrait avoir quelques millions d'autres s'il continue comme ça Macron

Portrait de nina83
24/février/2024 - 08h42

Très bel exemple ils donnent là, et on doit épouser leur cause et les défendre.... 

Portrait de Electro
24/février/2024 - 08h43

Les agriculteurs sont des gens au caractère très dur de part leur métier difficile au quotidien, ce ne sont pas des gilets jaunes qu'on peut mater facilement.

Le méprisant a voulu jouer avec le feu....qu'il se brûle maintenant !

Portrait de kuwabara
24/février/2024 - 08h27

pour la souveraineté de l agriculture ukrainienne en france plutot macron non ??

Portrait de Electro
24/février/2024 - 08h31

Je suis mort de rire, le méprisant va passer la pire journée de sa vie de président !

il prend les agriculteurs pour des gilets jaunes "idiots" qu'il peut embrouiller et mater avec ses chiens de garde...

Cela va lui faire tout drôle !

Portrait de COLIN33
24/février/2024 - 07h59 - depuis l'application mobile

Il va y avoir de l'animation !