24/02 17:59

Salon de l'Agriculture : Contrairement à ce qu'a affirmé Emmanuel Macron "Les soulèvements de la terre" confirment avoir été contactés pour un débat avec le Président de la République

17h58: Après les annonces d'Emmanuel Macron au Salon de l'agriculture, la présidente de la Coordination rurale a assuré sur franceinfo que la mobilisation de son syndicat se poursuivait. Les actions "spontanées" du syndicat agricole "vont se dérouler comme prévu parce que le message d'Emmanuel Macron, qui est de produire plus, nous interpelle", dit-elle.

16h50:  Après une période de calme, tensions à l'extérieur du Hall 4 où se trouve en ce moment Emmanuel Macron LE PEUPLE SE JOINT À SES PAYSANS !


De nombreux français viennent de rejoindre les agriculteurs devant le hall 4. Le cordon de sécurité risque de sauter.#SIA2024 pic.twitter.com/RyU28CacsQ

— Résistance Paysanne (@ResistPaysans) February 24, 2024

 

15h54: Contrairement à ce qu'a affirmé Emmanuel Macron "Les soulèvements de la terre" confirme avoir été contactée pour un débat au Salon de l'agriculture. "Nous avons bel et bien été contactés pour participer au débat" initialement prévu avec le président de la République au salon de l'agriculture, affirment les Soulèvements de la Terre dans un communiqué samedi 24 février.

La veille, l'Élysée avait assuré que "les Soulèvements de la Terre n'ont été ni conviés ni contactés", plaidant une "erreur faite lors de l’entretien avec la presse en amont de l’événement".

Les Soulèvements de la Terre expliquent qu'ils ont été approchés, mais pas directement par le Palais. "Le jeudi 22 février, à partir de 18h, un député européen EELV [Europe écologie-Les Verts] confirme avoir transmis le numéro de téléphone d’une de nos porte-paroles au cabinet de [l'eurodéputé Renaissance] Pascal Canfin, qui était en charge de faire le lien avec l’Élysée pour nous inviter à ce 'grand débat'", disent-ils.

D'autre part, "des membres du cabinet du cabinet de Gabriel Attal ont contacté une responsable politique nationale d’EELV, afin de récupérer un contact chez les Soulèvements de la Terre. Cela rejoint les annonces de l'Elysée concernant notre invitation, lors de la conférence de presse [l'entretien avec la presse avant la Salon] du jeudi 22 février".

14h03 : Des renforts de CRS viennent d'arriver dans le salon pour protéger le Président de la République alors que la colère des agriculteurs monte de minute en minute

13h53 : Des dizaines de manifestants viennent de forcer un barrage de CRS dans les allées du salon pour tenter d'approcher Emmanuel Macron

 

13h31: Emmanuel Macron a inauguré le salon sous les huées et les sifflets

13h30: Emmanuel Macron vient d'arriver dans les allées sous les huées et aux cris de "Macron démission". L'inauguration devait à l'origine se tenir à 9h ce matin et elle a été décalée en raison des incidents qui se sont déroulés dans le début de la matinée !

12h37: Après avoir débattu avec des agriculteurs, Emmanuel Macron annonce "qu'il va descendre inaugurer le salon" au milieu de la foule

11h42: Le Président répond longuement à tous les agriculteurs qui sont autour de lui au 1er étage - Accoudé sur une table, veste de costume tombée, le président a écouté la colère des professionnels de l’agriculture et tenté de débattre avec eux après l’annulation du grand échange qui aurait été promis. «Je veux bien parler à tout le monde, simplement, tout le monde siffle (...) on est là pour se causer», a lancé le chef de l'Etat, entouré de ses ministres Marc Fesneau et Agnès Pannier-Runacher.

«Je suis en train de vous dire que le boulot est fait sur le terrain, on a repris les copies, on est en train de faire toute la simplification», a-t-il poursuivi devant des représentants de trois syndicats, FNSEA, Jeunes agriculteurs et Coordination rurale, notamment.

«Je préfère toujours le dialogue à la confrontation (...) La confrontation, ça ne produit rien», a asséné le chef de l'État. Et de compléter : «il faut que le salon se passe bien parce que pour vos collègues, c'est parfois des mois, voire des années de boulot. Ils sont montés avec leurs bêtes, avec leur travail pour le montrer».

L'un des interlocuteurs du président a aussi souhaité aborder le thème du suicide, précisant avoir lui-même «failli passer à l'acte» au mois d'août.

Notant les questions sur une feuille de papier, tentant parfois difficilement de répondre entre les éclats de voix et protestations, le président a notamment été interpellé pêle-mêle sur les conséquences de la guerre en Ukraine, la simplification administrative, l'écologie vécue comme «punitive» par certains agriculteurs ou encore la rémunération des agriculteurs.

10h40: Emmanuel Macron se retrouve face à quelques agriculteurs à l'étage pour entamer un débat avec des représentants syndicaux.

.

.

10h33: Le Salon de l'Agriculture ouvre avec 1h30 de retard à l'exception du Hall où se trouve Emmanuel Macron. Des milliers de personnes étaient en train de s'accumuler à l'extérieur depuis 9h du matin, alors que l'inauguration du salon n'a toujours pas eu lieu.

10h18 : Nouvelles tensions entre les services de sécurité et les agriculteurs à quelques mètres de l'endroit où doit arriver le Président 

 

09h49 : Le Salon n'est toujours pas ouvert et les agriculteurs demandent au Président de quitter les lieux et de rentrer à l'Elysée 

 

09h44: Fin de la prise de parole du Président de la République

 

09h34: Colère d'Emmanuel Macron face aux journalistes : "Il n'a jamais été question d'inviter les "Soulèvements de la terre" ! Absolument jamais ! Vous parlez à un président qui a proposé de les dissoudre.  J’ai toujours condamné la violence. Les groupements qui entrent dans les fermes. Toutes les associations qui pratiquent la désobéissance, les dégradations et l’atteinte aux personnes, je les condamne très fermement. Il n’y a pas eu d’invitation et il n’y a pas eu la volonté de les inviter. (...)

La nature de la tensions ne permet pas de répondre à la crise. Le premier objectif, c'est que le salon doit se tenir dans le calme. Je dois aux agriculteurs : vous n'aidez aucun de vos collèges en rendant le salon impossible, en cassant des stands, c'est contre productif. «Ce sont des mois de travail pour les agriculteurs qui sont là, il faut que nos compatriotes puissent venir dans le calme et la quiétude.

"

 

09h14: L'ouverture du Salon est retardée de façon officielle en raison des incidents

09h07 : Le barrage des forces de l'ordre qui protège le lieu où doit arriver Emmanuel Macron vient de céder

09h00: Le Salon de l'Agriculture doit être inauguré par Emmanuel Macron dans les secondes qui viennent, puisque c'est à 9h que le salon doit ouvrir au public.

 

 

08h54: Nouvelles bousculades et des interpellations

 

08h49 : Le point sur la situation - Alors qu’Emmanuel Macron est arrivé autour de 8 heures, pour rencontrer des syndicats agricoles des dizaines de manifestants se sont précipités dans l’entrée principale. Des dizaines d’entre eux ont forcé une grille pour entrer dans le Salon avant son ouverture officielle et des heurts se sont produits avec le service d’ordre.

Des bagarres ont éclaté sur place alors que des barrières ont cédé. Les CRS ont été appelés en urgence et ont pénétré dans les allées en se casquant pour tenter de calmer les esprits. De nouvelles bagarres ont alors éclaté. 

Emmanuel Macron est en ce moment au 1er étage du salon, mais il doit descendre dans une dizaines de minutes pour inaugurer le salon.

.08H40 : Nouvelle bousculade et nouveaux incidents dans les allées du salon. Un agriculteur membre de la Coordination rurale a fait part de sa colère, quelques minutes après l'arrivée d'Emmanuel Macron. "On va le dégager physiquement s'il le faut"', assure-t-il. "On va le sortir, on est chez nous. On est paysans, on est en train de crever. Il va sortir de là, il ne va pas venir se pavaner avec toute sa racaille", ajoute-t-il.

.

08h28: Les incidents se multiplient dans au salon de l'agriculture alors que de plus en plus de CRS arrivent les agriculteurs lançant des "Macron démission"

 

 

 

08h17: Les CRS viennent de prendre position dans le Salon pour rétablir l'ordre avec que des affrontements se sont déroulés quand des dizaines d'agriculteurs ont forcé l'entrée

.

.

08h06; Des dizaines d'agriculteurs viennent de forcer l'entrée du Salon

.

 .

07h58 : Emmanuel Macron vient d'arriver au salon avec son cortège de véhicules

07h43: Des dizaines d'agriculteurs postés à l'entrée de la Porte de Versailles veulent empêcher Emmanuel Macron de pénétrer dans le Salon

 

06h28: Vendredi en toute fin de journée, par le biais de son compte X (ex-Twitter), Emmanuel Macron a fait savoir qu’il abandonnait l’idée. « J’inviterai demain (samedi) matin tous les syndicats agricoles avant l’ouverture officielle du salon. Je serai là pour l’ouvrir et irai au contact de tous ceux qui veulent échanger comme je le fais chaque année », pouvait-on lire. Sans un mot sur la polémique déclenchée par ses équipes.

05h11: Un mois après le début d'un mouvement de contestation, Emmanuel Macron est attendu de pied ferme par les agriculteurs qui attendent de sa part des engagements. Il sera accompagné de Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture. La sécurité du président sera sérieusement renforcée, compte tenu du contexte tendu autour du secteur agricole. De son côté, Gabriel Attal, se rendra à la Porte de Versailles le mardi 27 février.

Le chef du gouvernement profitera de sa visite pour déclarer la production agricole comme «secteur en tension», afin de faciliter grandement l’attribution de visas» pour faire venir des travailleurs saisonniers étrangers dans les fermes françaises.

Le Premier ministre s’y rendra le même jour que Marine Le Pen, présidente des députés RN à l’Assemblée nationale. Gabriel Attal s’est dit prêt à un débat sur l’agriculture avec cette dernière.

Il a cependant essuyé un refus, Marine Le Pen ne voulant pas que le Salon ne devienne «l’otage de joutes politiques».

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Romynette12
25/février/2024 - 13h56

Encore une fois c'est parole contre parole, pas de preuve mais ça fait du buzz. On se croirait au collège... Machin a dit ça, non c'est l'autre... Bref on s'en tape.

Portrait de Bigareau
24/février/2024 - 21h24 - depuis l'application mobile
msc2006 a écrit :

Que les gens sont naïfs , en fait c est juste une guerre entre syndicats agricole,  car en janvier 2025 il y a les élections des chambres d agriculture. Donc le financement  des syndicats 

@msc2006 ++

Portrait de Angelussauron
24/février/2024 - 20h23
Cmoi_ a écrit :

Car vous ne pensez pas que les plus aisés ne consomment pas déjà Français ? 

Je ne me plains pas , j'ai fait le choix d'acheter chez un boucher mes viandes, saucisses, etc. 

Après calcule je fais le constat que cela me revient 15% plus cher , mais je ne jette plus rien , je vais acheter par besoin et j'ai une réelle consommation pour le prix , ma merguez ne réduit pas de moitié à la cuisson par exemple. 

Je sais qu'en gros je paie un peu plus , mais pas tant que ça et surtout je m'y retrouve au goût et  

 

Ceux qui achètent le plus français se sont les classes moyennes pas les riches.

Les riches ont tendance à acheter beaucoup à l'étranger... Après les TVA à 0% ne changera rien pour eux. Mais pour les pauvres et les classes moyennes ça changera pas mal.

Portrait de Cmoi_
24/février/2024 - 19h41
Angelussauron a écrit :

Cela me gêne pas si les plus riches profitent de cette TVA, vu que ça forcera à acheter français donc ça sera tout benef.

Et pour les dépenses futiles c'est la société qui veut ça et ça enrichi bien l'état avec la TVA à taux plein dessus.

Car vous ne pensez pas que les plus aisés ne consomment pas déjà Français ? 

Je ne me plains pas , j'ai fait le choix d'acheter chez un boucher mes viandes, saucisses, etc. 

Après calcule je fais le constat que cela me revient 15% plus cher , mais je ne jette plus rien , je vais acheter par besoin et j'ai une réelle consommation pour le prix , ma merguez ne réduit pas de moitié à la cuisson par exemple. 

Je sais qu'en gros je paie un peu plus , mais pas tant que ça et surtout je m'y retrouve au goût et  

Portrait de Angelussauron
24/février/2024 - 19h27
Cmoi_ a écrit :

La France ne peut pas interdire l'augmentation des prix .

Pour la TVA à zéro ce n'est pas équitable , les plus riches en profiteront aussi , par-contre les aides eux n'y ont pas droit.

Je suis d'accord avec le fait que les Français achètent de la merde , mais pourquoi ? Peut-être aussi que si les gens faisaient des dépenses ( je ne dirais pas futiles , mais obligé de le faire car c'est devenu une dépense de consommation presque obliger d'avoir des abo netflix prie vidéo des iphones etc...  )

Cela me gêne pas si les plus riches profitent de cette TVA, vu que ça forcera à acheter français donc ça sera tout benef.

Et pour les dépenses futiles c'est la société qui veut ça et ça enrichi bien l'état avec la TVA à taux plein dessus.

Portrait de Cmoi_
24/février/2024 - 19h14
Angelussauron a écrit :

 

Et pourquoi on payerait plus cher ? le panier alimentaire a déjà tellement augmenté. Et pourquoi pas la TVA à 0% sur l'alimentation de première nécessité et française ?  Plutôt que de donner des aides à gogo ça c'est une aide qui servirait à tout le monde.

Si les français achètent de la merde étrangère c'est juste qu'ils ont pas les moyens de se payer des produits français...

La France ne peut pas interdire l'augmentation des prix .

Pour la TVA à zéro ce n'est pas équitable , les plus riches en profiteront aussi , par-contre les aides eux n'y ont pas droit.

Je suis d'accord avec le fait que les Français achètent de la merde , mais pourquoi ? Peut-être aussi que si les gens faisaient des dépenses ( je ne dirais pas futiles , mais obligé de le faire car c'est devenu une dépense de consommation presque obliger d'avoir des abo netflix prie vidéo des iphones etc...  )

Portrait de Angelussauron
24/février/2024 - 18h45
Capri a écrit :

Les consommateurs cherchent les prix bas. Si les consommateurs accepteraient de payer un tout petit peu plus, ça changerait la vie des agriculteurs. Comme le propose C’est Qui Le Patron (CQLP)

 

Et pourquoi on payerait plus cher ? le panier alimentaire a déjà tellement augmenté. Et pourquoi pas la TVA à 0% sur l'alimentation de première nécessité et française ?  Plutôt que de donner des aides à gogo ça c'est une aide qui servirait à tout le monde.

Si les français achètent de la merde étrangère c'est juste qu'ils ont pas les moyens de se payer des produits français...

Portrait de COLIN33
24/février/2024 - 18h37 - depuis l'application mobile

Aucun doute qu'il soit revenu sur ses déclarations, on commence à être habitué

Portrait de DoctrineDark
24/février/2024 - 18h29

Pas de pitié pour le minable de l'Elysée. S'il pouvait finir comme Melle de Lamballe  ou Mr De launay, ca me fera ni chaud ni froid. 

La révolution est venue du peuple, pas des bobos gauchos. Un air de 1789 ? 

Portrait de FlexOffice
24/février/2024 - 18h20

Echec du RN qui n'a pas réussi à empêcher Macron de passer la journée avec les agriculteurs !

Portrait de Orwell2024
24/février/2024 - 17h28

Vu les errances et insultes verbales de macron il va y avoir des licenciements chez McKinsey ,les tireurs de fil de la marionnette n'ont pas fait le boulot ! 

Portrait de Capri
24/février/2024 - 16h22

Bon, au final, ils n’ont pas été invités par l’Élysée. Point. Tempête dans un verre d’eau.

Portrait de mbagnick
24/février/2024 - 16h17

Les ordures, ça osent tout.

Portrait de Beguin
24/février/2024 - 13h53

Serait ce le début  de la révolution  ?

Portrait de Dédérinox
24/février/2024 - 13h37
MICMAH458 a écrit :

Il va inaugurer le salon au milieu de la foule?  Euh, il serait plus juste de dire au milieu de ses CRS.  Finalement, le "qu'ils viennent me chercher" n'est pas si courageux que ça mais c'est un peu normal : il y a peu, son subalterne darmanin n'avait pas non plus osé aller en Corse.  Il faut constater que ce gouvernement et ses "têtes d'affiche" sont devenus tellement impopulaires, qu'il y aura bientôt à chacun de leurs déplacements un plus grand nombre de flics que de population pour les voir passer (parader).

Bof, s'il y avait eu beaucoup de CRS, les bonnets jaunes ne seraient jamais rentrés de force si facilement.

Portrait de COLIN33
24/février/2024 - 13h37 - depuis l'application mobile

Sa place aurait été en Ukraine avec ses collègues européens, au lieu d'attiser les esprits au salon de l'agriculture, pourvu qu'ils ne lâchent pas des vaches pour faire courir Macron.

Portrait de Dédérinox
24/février/2024 - 13h36

Ca pleurniche beaucoup quand même .. Ils croyaient quoi, que tout serait réglé en trois semaines ?  Ca pue la manip..

Portrait de Beguin
24/février/2024 - 13h29

M.Macron est essentiellement un communicant aux ordres de Bruxelles. Résultats, aujourdhui le bateau France prend l'eau de partout. Comment ca va finir ? 

Portrait de MICMAH458
24/février/2024 - 13h09

Il va inaugurer le salon au milieu de la foule?  Euh, il serait plus juste de dire au milieu de ses CRS.  Finalement, le "qu'ils viennent me chercher" n'est pas si courageux que ça mais c'est un peu normal : il y a peu, son subalterne darmanin n'avait pas non plus osé aller en Corse.  Il faut constater que ce gouvernement et ses "têtes d'affiche" sont devenus tellement impopulaires, qu'il y aura bientôt à chacun de leurs déplacements un plus grand nombre de flics que de population pour les voir passer (parader).

Portrait de CUICUI
24/février/2024 - 13h07

Ah la coordination rurale qui hurle "démission"  chère  Marine ... C'est pas comme ça qu'on gagne

Portrait de De Pompignanㅤ
24/février/2024 - 12h48

Les producteurs qui font de la vente directe vivent très bien. Et ils ne chialent pas après les subventions ni les normes.

Portrait de COLIN33
24/février/2024 - 12h33 - depuis l'application mobile

Encore une fois c'est le public qui est pénalisé

Portrait de Wouhpïnaise
24/février/2024 - 12h15
Capri a écrit :

Les consommateurs cherchent les prix bas. Si les consommateurs accepteraient de payer un tout petit peu plus, ça changerait la vie des agriculteurs. Comme le propose C’est Qui Le Patron (CQLP)

Les produits français sont en moyenne 15 % à 20 % pour couteux. Beaucoup de ménages n'ont absolument pas les moyens d'y faire face. Il ne faut pas oublier que depuis quelques années les prix de l'alimentation ont déjà fortement augmenté. Et je ne parle pas des tarifs de électricité ou du carburant qui eux ont carrément explosés ! Pas simple...

Portrait de Electro
24/février/2024 - 12h09

Chemise blanche, cravate et manches relevés aux coudes, le méprisant recommence son embrouille. Sa spécialité !

Ca continue....Putain !  il les roule dans la farine comme au temps des gilets jaunes.

Le passé n'a pas servi de leçon ?

Portrait de Fpt01
24/février/2024 - 11h55 - depuis l'application mobile

Il est ridicule avec son habitude de tomber la veste et relever les manches comme pour se mettre à la hauteur des petits gens qui viennent l’interpeler. Il est ridicule et la c’est comme d’habitude

Portrait de Capri
24/février/2024 - 11h43
Angelussauron a écrit :

L'agriculture vit d'aide depuis des années et des années je trouve cela dramatique. Et ils sont obligés de demander d'autres aides sinon ils vont mourir...

La question est surtout comment rendre notre agriculture rentable (Pour l'agriculteur et son exploitation) ? est ce que c'est impossible ? Pourquoi ?

Alors oui il n'y a pas que l’agriculture qui vit d'aide mais qu’allons nous faire quand on n'aura plus d'agriculture en France ? car ça sera intéressant pour personne de reprendre une exploitation ?

 

Et ce ne vient pas que de Macron personne a pris la cause de l'agriculture comme pour la santé depuis des années et des années...

Les consommateurs cherchent les prix bas. Si les consommateurs accepteraient de payer un tout petit peu plus, ça changerait la vie des agriculteurs. Comme le propose C’est Qui Le Patron (CQLP)

Portrait de Capri
24/février/2024 - 11h41

Y-a-t-il un homme ou une femme politique maîtrisant autant le sujet que Macron ? Honnêtement, il est bon. Je ne pense pas que M. Le Pen ou E. Zemmour ou JL. Melenchon saurait maîtriser le sujet ?

Portrait de Ceez
24/février/2024 - 11h32

Les agriculteurs ont voté en masse pour lui. Ensuite ils pleurent.

Portrait de Angelussauron
24/février/2024 - 11h29

L'agriculture vit d'aide depuis des années et des années je trouve cela dramatique. Et ils sont obligés de demander d'autres aides sinon ils vont mourir...

La question est surtout comment rendre notre agriculture rentable (Pour l'agriculteur et son exploitation) ? est ce que c'est impossible ? Pourquoi ?

Alors oui il n'y a pas que l’agriculture qui vit d'aide mais qu’allons nous faire quand on n'aura plus d'agriculture en France ? car ça sera intéressant pour personne de reprendre une exploitation ?

 

Et ce ne vient pas que de Macron personne a pris la cause de l'agriculture comme pour la santé depuis des années et des années...

Portrait de Wouhpïnaise
24/février/2024 - 11h19

Une discussion pour les anesthésier mais qui n'aboutira probablement à rien, comme pour le "grand débat" d'après les gilets jaunes. On a l'habitude avec lui.