22/02 16:47

La justice décide de relaxer le rappeur Médine qui avait joué aux fléchettes sur les photos de 2 élus de droite : "Médine est, ne l'oublions pas, un compagnon de route des frères musulmans" (Avocat des plaignants)

Le jugement est rendu et c'est à la fois la surprise et la déception pour les plaignants. Le rappeur Médine avait été convoqué le 25 janvier au tribunal d’Albi pour avoir, en avril dernier, diffusé une vidéo sur Instagram dans laquelle on le voyait lancer des fléchettes sur les photographies de deux élus du Tarn, Bernard Carayon, ex-député du Tarn et maire de Lavaur (LR) et Frédéric Cabrolier, député RN d’Albi.

Le député a expliqué qu'il était, à l'époque des faits, inquiet du contexte très tendu à Albi au moment du concert : "Il y avait eu de nombreux incidents liés à l’ultragauche pendant les manifestations contre la réforme des retraites". Il avait donc demandé l'interdiction du concert, provoquant la colère du rappeur qui avait riposté avec son jeu de fléchettes.
On a donc appris aujourd'hui que le rappeur a finalement été relaxé "au bénéfice du doute". Sa défenseuse avait plaidé le geste artistique.

Pour Me Philippe Fontana, avocat de Bernard Carayon la décision du tribunal est «une immunité donnée au rappeur». «La justice ne veut pas prendre les choses au sérieux», dénonce l'avocat, rappelant que l'artiste n'avait pas été poursuivi après avoir traité en août dernier l'écrivaine Rachel Khan, petite-fille de déportés juifs, de «resKHANpée» . 

«Médine est, ne l'oublions pas, un compagnon de route des frères musulmans», rappelle également Me Fontana, en référence au rôle d'ambassadeur du chanteur auprès de l'association Havre de Savoir.

Cette organisation normande a notamment défendu dans ses publications la présomption d'innocence de Mohammed Merah, le terroriste de Toulouse et de Montauban, ou reçu en conférences diverses personnalités proches des Frères musulmans, comme Nabil Ennasri, chercheur proche de la mouvance frériste, l'imam Iquioussen, expulsé de France

Bernard Carayon lui-même, se dit «choqué»  en apprenant la relaxe du rappeur Médine par le tribunal judiciaire d'Albi, alors que le procureur de la République avait requis 3.000 euros d'amende contre le rappeur.

Après la relaxe décidée ce jeudi, Bernard Carayon affirme son intention de faire appel.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Constrictor
23/février/2024 - 02h18
Archimede a écrit :

Les nazislamistes TESTENT la république et si nous faisons rien, nous allons vers une guerre civile sanglante comme ce qui s'est passé en Algérie dans les années 90.

À force d'utiliser ce terme de nazilmamiste à chaque news, tu te discrédites toi-même dans tes propos et en fait, tu n'en deviens pas plus qu'une caricature qui répète ses propos tel que le ferait.un perroquet.

Portrait de Archimede
22/février/2024 - 17h18

Les nazislamistes TESTENT la république et si nous faisons rien, nous allons vers une guerre civile sanglante comme ce qui s'est passé en Algérie dans les années 90.