15/02 13:37

EXCLU - Attaqué en justice pour avoir refusé de marier un homme expulsé pour "salafisme", le maire d’Hautmont témoigne dans "Morandini Live": "J'ai fait mon travail. Je me pose parfois la question d’arrêter mes fonctions" - Regardez

Ce matin, le maire d’Hautmont (Nord), Stéphane Wilmotte, était l'invité de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews. Quelques minutes plus tôt, le tribunal d’Avesnes-sur-Helpe a rendu sa décision alors que l'élu était poursuivi pour avoir refusé de marier l'ancien président de la mosquée de la ville, qui avait ensuite été expulsé de France pour "salafisme". La justice l'a débouté ce matin.

"Il est débouté et condamné à payer l'ensemble des frais de justice et des frais d'avocat. Je pense malheureusement qu'il y aura une suite donné par cette personne", a débuté le maire. Et d'ajouter : "Les sujets liés à l'islam radical, au salafisme sont des sujets très sensibles. Il y a les élus qui font l'autruche et puis il y a les élus qui osent mettre le sujet sur la table et en parler. J'ai eu un soutien de l'Etat, du ministre de l'Intérieur, du préfet".

"On est face à quelqu'un qui a fait une première demande de mariage. J'ai demandé le report parce qu'on avait un certain nombre d’éléments par rapport peut-être à un problème sur le consentement. L'année dernière, une nouvelle demande de mariage a été faite. Un certain nombre d'éléments m'avaient été donnés par les services de l'Etat sur la dangerosité de cette personne. Par rapport à tous ces faits, j'ai demandé à nouveau le report du mariage", a-t-il poursuivi.

"Cet individu est aujourd'hui en Algérie, et a mandaté une avocate en France pour m'attaquer, pour demander réparation, estimant que le maire n'avait pas à demander le report. J'ai fait mon travail de maire (...) Quelques jours avant le mariage, un certain nombre de menaces ont été proférées par cette personne. Quelques jours après son expulsion, il y a eu une manifestation organisée par des proches des milieux salafistes qui a réuni près de 300 personnes. Les noms de policiers et le mien ont été diffusés sur les réseaux sociaux. Les personnes qui ont fait ça sont en attente des suites judiciaires. J'aurais préféré que ça aille aussi vite".

A la question de savoir s'il a réfléchi à arrêter ses fonctions de maire, Stéphane Wilmotte a répondu : "Vous vous le dites souvent. Vous avez toujours la petite lumière qui vous dit de continuer. C'est une question que je me pose parfois. Je me la suis posée encore récemment".

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
16/février/2024 - 13h02

Bravo à ce maire, et bravo pour la décision du tribunal.

Portrait de soly
15/février/2024 - 16h42

Tous les maires devraient avoir son courage. 

Portrait de COLIN33
15/février/2024 - 16h14 - depuis l'application mobile

On peut le comprendre

Portrait de San Antonio
15/février/2024 - 15h13 - depuis l'application mobile

Soutien à ce Maire