30/01 08:48

Un enfant de sept ans est décédé ce matin à la suite d'un incendie dans un immeuble de sept étages d'une cité de Marseille - Onze personnes ont été hospitalisées

Un enfant de sept ans a perdu la vie dans l’incendie qui a frappé une barre d’immeuble d’une cité paupérisée de Marseille, dans la nuit de lundi à mardi. Un drame « qui devait arriver et qui arrivera encore », dénonce un habitant.

Parti d’un appartement au deuxième étage d’une barre de sept étages, à Parc Kalliste, une cité des quartiers populaires du nord de Marseille gangrénée par les trafics de stupéfiants, le chômage et la pauvreté, le sinistre a également entraîné l’hospitalisation de onze personnes, dont quatre en urgence absolue, âgées de 3 ans pour deux d’entre elles, de 7 et 14 ans pour les deux autres, a précisé le maire de la ville, Benoît Payan, sur place.

« C’est un drame pour Marseille qui perd un de ses enfants, c’est un jour de tristesse pour les Marseillais », a témoigné l’élu divers gauche: « On vit un drame, on a besoin de savoir ce qui s’est passé », a-t-il insisté, en soulignant que les personnels du bataillon des marins-pompiers de la ville sont arrivés sur les lieux de l’incendie sept minutes à peine après avoir été alertés, à 04h45 du matin.

Selon le commandant des marins-pompiers de Marseille, l’amiral Lionel Mathieu, également présent sur place mardi matin, le sinistre a été éteint en une heure, et « l’essentiel des victimes ont probablement été provoquées par les fumées épaisses et toxiques » dégagées par les flammes.

Il y avait énormément de fumées dans la cage d’escalier, et l’appartement où a débuté l’incendie a été totalement détruit, a-t-il précisé, en soulignant que « la priorité » de ses personnels « a été accordée à l’évacuation des habitants, dont huit ont été extraits de leurs appartements par la grande échelle ».

La cité Parc Kalliste, dont le bâtiment A touché par les flammes cette nuit, était à l’origine un ensemble de neuf barres d’immeubles, lors de l’achèvement de sa construction, en 1958, pour reloger les Français revenus d’Indochine. Mais deux de ces barres, la B et la H ont été démolies depuis, à la fin des années 2010, et deux autres devraient bientôt l’être (la G et la I).

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions