24/06/2011 12:32

Accord entre un syndicat du Livre et la direction du Monde

Le syndicat du Livre SIP-CGT et la direction du Monde ont signé un accord à propos de la modernisation de l'imprimerie du quotidien, actuellement en proie à de sérieuses difficultés financières, a-t-on appris jeudi auprès du syndicat.

Le SIP-CGT n'est cependant pas le seul syndicat du Livre à l'imprimerie du journal à Ivry (Val-de-Marne) et le SGLCE-CGT, qui réclame notamment des investissements massifs de la part de la direction, n'est pas partie prenante à cet accord.

Aux dernières élections professionnelles du Monde imprimerie qui se sont tenues en février, le SIP-CGT a totalisé 53% des votes du collège ouvriers-employés et le SGLCE-CGT 47%.

Dans cet accord, dont l'AFP a obtenu copie, le SIP prend notamment acte du redimensionnement de l'imprimerie et de l'abandon de deux rotatives, sur trois, jugées obsolètes. De son côté, la direction s'engage à moderniser rapidement la troisième rotative afin de "développer la qualité d'impression et de favoriser une activité complémentaire".

A terme, cette modernisation permettrait d'imprimer d'autres journaux, et notamment 20 Minutes.

La direction s'engage également à aider au reclassement de certains des salariés de l'imprimerie d'Ivry. Selon les familiers du dossier, sur près de 250 salariés, entre 150 et 170 emplois pourraient en effet être supprimés à l'imprimerie du Monde.

Au cours des deux dernières semaines, Le Monde n'est pas sorti en kiosques à trois reprises en raison d'actions menées par le SGLCE-CGT qui refuse un plan social majeur.

Cela fait plusieurs mois que Le Monde, repris par le trio "BNP" (Pierre Bergé-Xavier Niel-Matthieu Pigasse) l'an passé, cherche à moderniser l'imprimerie. Depuis deux ans, celle-ci a perdu de nombreux clients (Le Journal du Dimanche, Direct Matin et le Guardian) et s'apprête à perdre l'impression des Echos à partir de novembre 2012.

Selon la direction, l'imprimerie accusera une perte d'exploitation de plus de 3 millions d'euros en 2011 et, si rien ne change, les pertes annuelles seront supérieures à 10 millions d'euros en 2013. Aussi envisage-t-elle désormais de faire imprimer une partie des exemplaires du journal sur une seule rotative (au lieu de trois) à Ivry et une autre partie en province afin, notamment, d'être mieux distribué dans les régions dès l'après-midi du jour de parution.

Ailleurs sur le web

Vos réactions