05/12 12:12

EN DIRECT - Guerre Israël/Hamas: L'armée israélienne a intensifié ses opérations contre des combattants du Hamas dans le sud de la bande de Gaza où des témoins ont fait état de violents combats

12h10: Il est « impossible » de mettre en oeuvre des zones sécurisées, désignées par Israël pour que les civils de la bande de Gaza s’y réfugient et échappent aux combats, a affirmé l’ONU mardi. « Ces zones ne peuvent être ni sûres ni humanitaires lorsqu’elles sont déclarées unilatéralement », a affirmé James Elder, le porte-parole du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) qui vient de passer plusieurs jours dans le territoire palestinien.

S’exprimant en visioconférence depuis Le Caire, il a ajouté que ces zones « ne sont pas scientifiques, elles ne sont pas rationnelles, elles ne sont pas possibles ». « Et je pense que les autorités en sont conscientes. Je pense que c’est sans coeur et que cela montre un renforcement de l’indifférence à l’égard des enfants et des femmes de Gaza », a-t-il dit, qualifiant la situation de « déchirante » et de « déconcertante ».

Ces derniers jours, l’armée israélienne a étendu ses opérations au sol à l’ensemble de la bande de Gaza, près de deux mois après le début de la guerre déclenchée par l’attaque sanglante du Hamas le 7 octobre contre Israël, pilonnant le sud de ce territoire et faisant de très nombreux morts et blessés parmi les centaines de milliers de civils venus s’y réfugier.

10h15: La France a décrété le gel pour six mois des avoirs du chef du mouvement palestinien Hamas à Gaza, Yahya Sinouar, considéré comme l'architecte de l'attaque du 7 octobre contre Israël, selon un décret publié mardi au Journal officiel.

« Les fonds et ressources économiques qui appartiennent à, sont possédés, détenus ou contrôlés par M. Yahya Sinouar (...) font l'objet d'une mesure de gel des avoirs », précise l'arrêté du ministre de l'Economie Bruno Le Maire qui entre en vigueur mardi.

Son ministère n'était pas disponible dans l'immédiat pour préciser le montant de ces avoirs. Yahya Sinouar, 61 ans, est l'architecte de l'attaque du 7 octobre: ce jour-là, des centaines de commandos fondaient sur des kibboutz, des bases militaires et une rave-party en Israël, qui vivait sa pire attaque contre des civils depuis sa création en 1948, avec un bilan de 1.200 morts selon Israël.

09h55: La présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric, arrivée lundi dans la bande de Gaza, a dénoncé elle les souffrances "intolérables" de la population. "Ce qui m'a le plus choqué, ce sont les enfants qui ont des blessures atroces et qui ont également perdu leurs parents et n'ont personne pour s'occuper d'eux", a-t-elle ajouté, soulignant que des civils "n'ont nulle part où aller".

D'après l'ONU, 1,8 million de personnes, soit les trois quarts environ de la population totale de Gaza, ont déjà été déplacées par la guerre. "Nous avons vu ce qui s'est passé dans le nord de Gaza. Cela ne peut pas servir de modèle pour le sud", a renchéri depuis Le Caire, Ahmed Al-Mandhari, directeur régional de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

09h32: L'armée israélienne a intensifié mardi ses opérations contre des combattants du mouvement islamiste palestinien Hamas dans le sud de la bande de Gaza où des témoins ont fait état de violents combats, faisant craindre un "scénario encore plus infernal" pour les civils, selon l'ONU.

Engagée depuis le 27 octobre dans une offensive terrestre dans le nord du territoire palestinien assiégé, l'armée israélienne a étendu ses opérations au sol à l'ensemble de la bande de Gaza, près de deux mois après le début de la guerre déclenchée par l'attaque sanglante du Hamas contre Israël.

Depuis la reprise des combats le 1er décembre après sept jours de trêve, l'armée pilonne intensément le sud du territoire, faisant de très nombreux morts et blessés parmi les habitants de cette région et les civils venus s'y réfugier, pris au piège dans un périmètre de plus en plus restreint.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions