01/12 14:02

Le quotidien régional "Le Progrès" a présenté un plan d'économie prévoyant la suppression de neuf postes de journalistes - Une mesure qui a entrainé un mouvement de grève de sa rédaction

Le quotidien régional Le Progrès (Groupe Ebra, Crédit Mutuel) a présenté un plan d'économie prévoyant la suppression de neuf postes de journalistes, mesure qui a entrainé vendredi un mouvement de grève de sa rédaction, a-t-on appris auprès du journal.

Les mesures d'économie, qui prévoient de fermer six postes au Progrès, deux au Bien Public et un au Journal de Saône-et-Loire "sans plan de départ", ont été décidées "au regard de la baisse de diffusion du print cumulée avec des charges élevées", a déclaré à l'AFP le rédacteur en chef Xavier Antoyer sans vouloir chiffrer les pertes.

"La grève est massivement suivie, les journalistes dénoncent une stratégie brouillonne et illisible", a pour sa part expliqué à l'AFP Vincent Lanier, délégué syndical SNJ et élu au CSE. Selon le syndicat, la direction a annoncé jeudi, lors d'un comité social et économique extraordinaire (CSE), la suppression de onze postes, dont neuf journalistes du pôle "BJP" du groupe Ebra - réunissant le Bien Public, le Journal de Saône-et-Loire et le Progrès - qui affiche une perte de deux millions d'euros pour l'année 2023. Selon une note d'information de la direction générale diffusée aux salariés, "un plan d'action" définissant des objectifs rédactionnels pour les supports print et numérique est "en cours d'élaboration".

Ce plan comprend la réorganisation des services et un changement de format des journaux imprimés, au mois de février 2024. "La direction annonce de manière brutale des mesures de suppression d'emplois avant même l'élaboration d'un plan d'action, c'est incompréhensible", a critiqué Muriel Florin, déléguée syndicale SNJ du Progrès de Lyon.

Un autre titre du groupe, Le Dauphiné Libéré, a présenté lundi un plan d'économie de 4,2 millions d'euros, comprenant un plan de départs volontaires concernant 20 salariés, la suppression de trois magazines non rentables et un recalibrage de Vaucluse Matin. Cette annonce a été suivie jeudi par le lancement d'une grève "d'une durée indéterminée à la rédaction de Vaucluse Matin.

Le plan "d'économie, de développement et de réorganisation" qui a été présenté lundi en CSE du Dauphiné Libéré vise "à revenir à l'équilibre en 2024" et à réorienter la stratégie pour raffermir la marque, conquérir de nouveaux lecteurs et "aller vers le digital", selon le directeur général.

Le déficit est lié à la hausse des prix du papier et de l'énergie, mais aussi à la baisse des ventes et à la crise du portage qui affecte tous les titres de la presse régionale. Le groupe Ebra (Crédit Mutuel) est le premier groupe de presse quotidienne régionale, avec neuf titres couvrant 23 départements de l'est de la France dont L'Est républicain, l'Alsace et les DNA.

Ailleurs sur le web

Vos réactions