29/11 14:30

Une commission d’enquête va être mise en place à l’Assemblée nationale sur les crèches, à l’initiative des Insoumis, avec l’objectif de mieux cerner des dérives épinglées ces derniers mois dans le secteur - VIDEO

« Modèle économique », « qualité de l’accueil » des enfants: une commission d’enquête va être mise en place à l’Assemblée nationale sur les crèches, à l’initiative des Insoumis, avec l’objectif de mieux cerner des dérives épinglées ces derniers mois dans le secteur.

La proposition de LFI a été adoptée mardi dans l’hémicycle par 178 voix contre 161, avec le soutien de toute la gauche, du groupe indépendant Liot et du Rassemblement national. Et malgré l’opposition de la droite et d’une large partie du camp présidentiel.

« Le combat avance pour que la dignité des enfants ne puisse être sacrifiée par la marchandisation du secteur », s’est réjouie la cheffe de file des députés Insoumis, Mathilde Panot, saluant « une victoire » sur X.

La version initiale de la résolution, portée par le député LFI William Martinet, ne visait que les crèches privées, mais le champ de la future commission d’enquête a été élargi à l’ensemble du secteur, à la demande de la droite.

Le groupe Les Républicains (LR) n’a pas apporté son soutien pour autant, jugeant que la démarche était « à charge » et « sans nuances » à l’égard des acteurs privés.

Le camp présidentiel n’a pas voté d’un bloc: le groupe macroniste Renaissance et le MoDem se sont prononcés contre une initiative inutile à leurs yeux, contrairement à la plupart des votants de leurs alliés Horizons.

La résolution adoptée mardi précise que la commission se penchera sur « le modèle économique » des crèches, ainsi que sur « leur utilisation des fonds publics et les conséquences de la recherche de profit sur les conditions de travail des professionnels de la petite enfance et sur la qualité de l’accueil des jeunes enfants ».

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de stephanevalentino
29/novembre/2023 - 15h25

Mdr l'état est responsable de la dégradation de la qualité d'accueil en ayant facilité les études nécessaires pour ce type de poste. Du coup le secteur se retrouve avec des incompétentes qui ont trouvés un emploi refuse mais qui provoque de la violence verbale, psychologique et parfois même physique aux enfants...