14/11 15:31

Plus de 200 migrants vivant au bord de la Seine à Paris évacués de leur campement informel et transférés pour moitié vers des «sas» d'accueil en régions

Plus de 200 personnes migrantes vivant à la rue au bord de la Seine ont été évacuées de leur campement informel à Paris et transférées pour moitié vers des «sas» d'accueil en régions, ont annoncé les autorités.

Ces dernières ont procédé au petit matin «à une opération de mise à l'abri pour des personnes dormant à la rue au niveau du secteur du quai d'Austerlitz», dans le 13e arrondissement parisien, ont écrit dans un communiqué commun la préfecture de la région d'Île-de-France et la préfecture de police (PP) de Paris. «Sur les 221 personnes prises en charge au niveau du quai d'Austerlitz, 100 d'entre elles ont été prises en charge et orientées vers des structures d'accueil temporaire en région», ont indiqué ces préfectures.

Depuis sept mois, plus de 2800 personnes ont été transférées vers des «sas» d'hébergement en régions, ouverts en avril par le gouvernement pour orienter les personnes migrantes à la rue en Île-de-France, où les campements ressurgissent à intervalles réguliers et où l'hébergement d'urgence connaît une saturation chronique.

Plusieurs dizaines d'associations, qui se sont regroupées au sein d'un collectif nommé «le revers de la médaille», dénoncent depuis quelques semaines le «nettoyage social» de la région parisienne, progressivement vidée de ses populations les plus précaires vivants à la rue en vue des Jeux olympiques 2024 : migrants, sans-abri, travailleuses du sexe, personnes occupant les bidonvilles... Dans les «sas», ont défendu les autorités dans leur communiqué, «les personnes mises à l'abri bénéficient avec leur accord d'une évaluation de leur situation administrative, ainsi que d'un accompagnement social et sanitaire». Mardi, les autorités ont procédé à la 32e opération francilienne de l'année, avec 5963 personnes prises en charge en 2023.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de MICMAH458
15/novembre/2023 - 07h52
kuwabara a écrit :

en 2024 , pour les JO , il va y avoir du menage , on va cacher la miser...

Vous avez été plus rapide que moi, parce que j'allais faire la même réflexion : c'est en effet du cache-misère (ôtez de ma vue ce que je ne saurais voir), et ce gouvernement et les autorités qui le représentent n'ont plus que quelques mois pour "nettoyer" Paris de ces groupes indésirables, en les envoyant en province.  Ces déplacements continuels ont pour seul but de ne pas montrer aux visiteurs des J.O. et au monde entier, le spectacle lamentable d'une France qui accueille à l'infini, mais qui ensuite n'est pas capable de s'occuper dignement de ces populations qui ont débarqué sur notre territoire.

Portrait de kuwabara
14/novembre/2023 - 19h06

en 2024 , pour les JO , il va y avoir du menage , on va cacher la miser...

Portrait de dede35
14/novembre/2023 - 17h54

Comme d'habitude on dplace le problème sans le résoudre . Les renvoyer chez eux serait miux

Portrait de bergil
14/novembre/2023 - 16h14

Les habitants de ces régions vont être ravis !