27/10 18:15

Lille : La justice suspend un arrêté d'expulsion vers l'Algérie à l'encontre d'une jeune femme partie en Syrie, considérant qu'il n'est "pas avéré" qu'elle représente "une menace grave pour l'ordre public"

La justice administrative a suspendu un arrêté d'expulsion vers l'Algérie du préfet du Nord à l'encontre d'une Roubaisienne partie mineure avec sa famille en Syrie, considérant qu'il n'était «pas avéré» qu'elle représente «une menace grave pour l'ordre public».

Le tribunal administratif de Lille, qui statuait en référé, relève dans un communiqué que la jeune femme, âgée de 24 ans, et dont 23 membres de la famille ont rejoint l'organisation jihadiste État islamique, n'a «pas été mise en examen, ni placée sous le statut de témoin assisté» à son retour.

Elle a «au contraire contribué à mettre en cause plusieurs personnes, dont des membres de sa famille», ajoute-t-il. Contactée par l'AFP, la préfecture a indiqué qu'elle ne ferait pas de commentaire.

«C'est un immense soulagement», a réagi maître Marie Dosé, l'avocate de la jeune femme, mère de deux petites filles nées en Syrie, qui se dit victime d'une famille tyrannique et radicalisée. Elle «doit pouvoir se reconstruire en France - ce pays qui a toujours été le sien, où elle est née, où elle a grandi, et dont elle a été privée contre son gré par une famille maltraitante».

Sa mère avait refusé de demander pour elle la nationalité française à l'adolescence, faisant aujourd'hui d'elle une ressortissante algérienne en situation irrégulière. La commission d'expulsion du tribunal de Lille avait rendu le 25 septembre un avis défavorable à l'expulsion de cette femme emmenée en Syrie par sa mère avec sa fratrie en 2014, alors qu'elle avait 15 ans. Elle est rentrée en France en janvier avec ses deux filles, après cinq ans passés sur des territoires contrôlés par l'organisation État islamique et quatre dans le camp d'Al Roj, où sont parqués de nombreux djihadistes sous la garde des Kurdes.

En dépit de cet avis défavorable, le préfet Georges-François Leclerc avait pris un arrêté d'expulsion le 10 octobre, estimant que la jeune femme constituait «une menace grave et persistante pour l'ordre public». Notant dans cet arrêté qu'elle a «gardé des relations avec d'autres revenants depuis son retour», il soulignait aussi qu'«il n'existe aucun élément probant prouvant une condamnation de sa part des actes de terrorisme commis par les membres de la communauté à laquelle elle a appartenu».

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greg1928
28/octobre/2023 - 11h10
De Pompignan a écrit :

Tu envoies du rêve ? Tu es une IA femme ?

Et pourtant à titre d'exemple dans l'Ontario la dématérialisation est entière pour les dossiers, les pièces , les litiges ce qui permet à un tribunal en ligne de trancher certains conflits de voisinage. Et ce que j'écris aujourd'hui n'est pas une utopie parcourez le net pour vous tenir informé de l'évolution qui semble s'étendre et qui pourrait concerner de plus en plus de tribunaux. 

Portrait de KERCLAUDE
28/octobre/2023 - 08h47

Surement une "chance" pour la France pour le juge qui a pris la décision.....

Portrait de Greg1928
27/octobre/2023 - 20h41

Pourquoi ne pas faire des IA juges ? pas d'émotion, pas d'avis personnel juste un jugement rendu avec analyse des faits , recoupement de la jurisprudence et l'application de la loi donc une sanction en accord avec une juste justice.

Portrait de COLIN33
27/octobre/2023 - 19h46 - depuis l'application mobile

Voilà ça continue comme toujours

Portrait de Justemonavis
27/octobre/2023 - 18h24

 J'espère juste que le juge peut-être condamné de complicité si cette personne aide à préparer de nouveaux attentats.