24/07 15:30

Emmanuel Macron : "Elisabeth Borne c'est le choix de la confiance - Concernant les émeutes, nous avons rétabli l'ordre en 4 jours : L'ordre, l'ordre, l'ordre ! - Sur les policiers à Marseille, nul n'est au-dessus des lois"

15h29: La gauche s'est dite "consternée" après l'entretien d'Emmanuel Macron prônant "l'ordre, l'ordre, l'ordre", tandis que le patron des Républicains Eric Ciotti a exigé des "actes" face à la "gravité de la situation" sécuritaire. "Restons en à +Liberté Egalité Fraternité+. Merci", a tweeté le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure, en réaction au triptyque scandé par le chef de l'Etat. D'autres dirigeants de la coalition de gauche Nupes ont largement fait référence à la réaction du chef de l'Etat, selon eux insuffisante, aux propos du directeur général de la police nationale (DGPN) Frédéric Veaux.

Celui-ci a estimé "qu'avant un éventuel procès, un policier n'a pas sa place en prison", demandant la libération d'un fonctionnaire de la BAC de Marseille incarcéré dans le cadre d'une enquête sur des violences policières commises en marge des récentes émeutes. Des propos qu'a refusé de commenter Emmanuel Macron, rappelant néanmoins que "nul en République n'est au-dessus de la loi".

"Pendant la sédition policière, le président fait les annonces du ministre de l'Education et s'en prend aux familles monoparentales. Puis couvre les débordements sans soutenir la Justice", a écrit Jean-Luc Mélenchon sur Twitter, déplorant: "Aucune sanction, même verbale. Les abus sont encouragés. Consternant". Marine Tondelier, la cheffe d'EELV, a abondé: "Bilan de l'allocution +je ne vais pas commenter les propos du Directeur général de la police nationale+. Bah si, ça aurait été bien en fait. Nécessaire, même".

Chez les communistes, le porte-parole Ian Brossat a vilipendé une "interview lénifiante, d'un vide sidéral" d'un président "garant de nos institutions et incapable d'en rappeler les bases: la séparation des pouvoirs face à des hauts fonctionnaires de police qui la foulent aux pieds". A droite, le président des Républicains Eric Ciotti a clamé: "Monsieur le président, les mots n'impriment plus face à la gravité de la situation. Ils sont inutiles. Les Français exigent des actes. Aux actes !"

"La parole présidentielle atteint des sommets de banalité et de vacuité", a déploré le député LR Aurélien Pradié. "L'impuissance politique n'est plus possible. Les défis sont trop grands. Trop urgents." "Le président de la République n'a rien dessiné en matière d'autorité. Cela fait six ans qu'il est là. On n'a toujours pas l'ébauche d'une solution, de proposition cadrée", s'est aussi ému le député du Rassemblement national Sébastien Chenu.

13h40: De nombreuses réactions après l'intervention du Président et en particulier chez les Insoumis et le RN qui fustigent ce qui a été dit au journaux de 13h de TF1 et de France 2.

Sébastien Chenu, député RN juge l'interview du Président "consternante, vide et creuse." Il n'a aucun solution qui a été proposée. Quand est-ce qu'il propose du concret ? "

Du côté des Insoumis, c'est la même colère après cette interview :

 

13h32 : Les journalistes précisent que l'interview n'était pas en direct mais a été enregistrée avant midi

13h00: Emmanuel Macron prend la parole face aux journalistes : "Merci de me permettre de m'exprimer comme je l'y étais engagé. Elisabeth Borne c'est le choix de la confiance, de la durée et de la continuité. On nous expliquait il y a 100 jours que l'on ne pourrait plus se déplacer en France sans entendre des casseroles, et bien, je suis allé partout dans toute la France et j'ai continué à avancer pendant ces 100 jours. Ces 100 jours ont permis de faire passer des textes fondamentaux sur la justice et une loi de programmation militaire, un texte pour le plein-emploi qui va mettre en place France travail et permettre de réformer le RSA (…). Avec un texte pour développer davantage les industries vertes, qui finira sa course au Parlement à la fin de l’été ».

Ensuite, il y a le chantier de la décarbonation de l’eau. Là aussi, nous avons passé un texte important durant ces cent jours pour développer plus vite le nucléaire dans notre pays.  Le troisième grand objectif, c’était celui de rendre des services publics plus efficaces. Durant ces cent jours, on a lancé ce plan pour les enseignants qui va permettre pour tous les parents d’élèves et les élèves d’avoir des remplacements sécurisés pour la rentrée »

Il n'y a pas de majorité de rechange en France mais des majorités d'échange qui ont permis de faire voter des textes, plus que l'année dernière à la même époque. Quand à Gérald Darmanin, il est très efficace au Ministère de l'Intérieur.

Concernant l'éducation, chaque classe aura un professeur à la rentrée, cela fait partie des engagements.

Concernant les violences urbaines, elles sont inqualifiables avec des scènes qui ont heurté nos compatriotes. C'est désormais le retour de l'ordre avec un déploiement inédit de 45.000 forces de sécurités déployées.

Nous avons mis fin à ces émeutes en 4 jours. L'ordre républicain doit prévaloir. Il faut que du côté des familles remettre en place l'ordre et la notion d'ordre. On doit responsabiliser certaines familles. On doit aussi accompagner d’autres familles qui sont dans la détresse et on doit réinvestir massivement sur notre jeunesse pour lui redonner un cadre. C’est l’autorité à l’école, l’autorité des savoirs fondamentaux et des maîtres, c’est l’autorité des élus, de nos forces de sécurité . L'ordre, l'ordre, l'ordre ! Et il faut aussi s'attaquer aux réseaux sociaux pour qu'ils respectent la loi. Beaucoup de ces jeunes se sont donné rendez-vous, ont organisé ces émeutes, par certains réseaux. Et donc, on doit réussir là aussi d’abord à mieux protéger nos enfants et nos jeunes adolescents des écrans.

Je ne vais pas commenter les propos du Directeur Général de la police qui s'exprime sur l'affaire de Marseille. Dans notre pays les policiers servent l'état de droit mais la présomption d'innocence est pour tout le monde mais dans le respect de la loi. 900 policiers et gendarmes ont été blessés pendant les nuit d'enquête et 28 enquêtes par la police des polices ont été lancés mais il ne faut pas se tromper de débats. Je le répète "nul n'est au-dessus des lois"

Concernant le texte sur l'immigration, j'ai bon espoir que l'opposition républicaine, en bonne foi nous aide à bâtir un texte. Ma responsabilité c'est que l'efficacité soit au rendez-vous et apporter une réponse humaniste française mais efficace. Le cap du pays c'est l'indépendance et la justice. Le risque c'est perdre cette indépendance et c'est tout ce que nous faisons depuis 6 ans."

.

.

07h30 : Emmanuel Macron va s'exprimer aujourd'hui à 13h lors une interview commune à TF1 et à France 2. Le chef de l'État donnera cet entretien lors des journaux télévisés des deux chaînes. Le président de la République s'exprimera depuis Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, où il sera en déplacement. Quelques jours après l'officialisation du remaniement, Emmanuel Macron a donc choisi de prendre la parole.

En préambule du Conseil des ministres, organisé ce vendredi à l'Élysée, le président s'était déjà exprimé en s'adressant aux ministres. Mais le chef de l'État avait décidé de ne pas donner d'interview le 14 juillet dernier. Lors de cet entretien à TF1 et à France 2, Emmanuel Macron devrait revenir sur le maintien d'Élisabeth Borne à Matignon, sur le remaniement ainsi que sur les émeutes qui ont récemment touché le pays. Le président de la République doit s'envoler, ce dimanche, pour la Nouvelle-Calédonie.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de celec
24/juillet/2023 - 18h32
vixen87 a écrit :

Tout est tout le temps minimisé.

Les émeutiers n'étaient donc que 5000 ou 6000 dans toute la France.

En 4 jours tout est redevenu dans l'ordre.

On a l'impression qu'il n'y a même pas eu de forces de l'ordre blessées.

Ça c'est clair ! Tout est rentré dans l'ordre, OK, alors pourquoi je ne pourrai pas aller au bowling près de chez moi cet été ? Pourquoi des centaines d'enfants ne retrouveront pas leur école ? Et j'en passe bien d'autres !!!!! Triste.... 

Portrait de vixen87
24/juillet/2023 - 15h23

Tout est tout le temps minimisé.

Les émeutiers n'étaient donc que 5000 ou 6000 dans toute la France.

En 4 jours tout est redevenu dans l'ordre.

On a l'impression qu'il n'y a même pas eu de forces de l'ordre blessées.

Portrait de Lotus14
24/juillet/2023 - 15h19

Il fait des annonces mais il n'explique pas comment ils vont les résoudre ! 

Portrait de Verticolli2B
24/juillet/2023 - 14h04

 Bla...Bla ..Bla

Portrait de claud34
24/juillet/2023 - 14h01

L'ordre, l'ordre, l'ordre....

Et les centaines de véhicules incendiés le week- end du 14 juillet c'est l'ordre, l'ordre, l'ordre?

Portrait de Hola2
24/juillet/2023 - 14h01

Notre cher président n'est pas déconnecté, il fait juste ce pour quoi il a été mis en place. Les français peuvent pleurer, il ira jusqu'au bout.

Portrait de Etincelle
24/juillet/2023 - 13h44
delors717518 a écrit :

je vous signle  que c'est disponible en replay  quand vous voulez  

Vous pensez que beaucoup de français vont utiliser le replay pour écouter Macron ?

Franchement j’ai un doute smiley

Portrait de COLIN33
24/juillet/2023 - 13h40 - depuis l'application mobile

BLA BLA BLA , Le roi de l'autosatisfaction

Portrait de Electro
24/juillet/2023 - 13h37

En 4 jours....N'importe quoi ! ce sont les dealers qui ont rappelé leurs petits surveillants à la raison pour pouvoir continuer sereinement leurs activités illicites en banlieue.

Ils étaient dépassé !

Portrait de Orwell2024
24/juillet/2023 - 13h28

Le nouveau spectacle de macron écrit et produit par McKinsey  ! 

Portrait de Etincelle
24/juillet/2023 - 13h25

Il n’a rien rétabli du tout.

Les dealers ont sifflé la fin de la récré et les meutes ressortiront tout défoncer à la première occasion.

Qu’il explique plutôt qu’on est à leur merci, ça serait plus vrai.

Portrait de Electro
24/juillet/2023 - 13h30

Laissez passer le 14 juillet et se faire interviewer quelques jours plus tard,  à 17000 kms des journalistes et à une heure où il y a surtout ses sympathisants devant l'écran: il n'y a que le méprisant qui pouvait avoir cette idée.

Le ridicule après le mépris ;  c'est aussi une de ses marques de fabrique !

Portrait de Lotus14
24/juillet/2023 - 10h53

Pourquoi à Nouméa ???, 

Pourquoi à 13h : les français sont au travail  ,  peut être certains retraités vont regarder son discours

Portrait de cbor33500
24/juillet/2023 - 09h44

J'ai entendu dire "entretien enregistré". Donc les choses qui fâchent seront coupées...