27/05/2023 12:31

Le patron de la radio la plus écoutée de Tunisie, Mosaïque FM, est sorti de prison sous caution, après avoir été interpellé en février en même temps qu'une vingtaine d'opposants politiques

Le patron de la radio la plus écoutée de Tunisie, Mosaïque FM, est sorti de prison sous caution, après avoir été interpellé en février en même temps qu'une vingtaine d'opposants politiques, a appris l'AFP auprès de son avocate.

Noureddine Boutar "a quitté la prison (de Mornaguia, près de Tunis, ndlr) cet après-midi après le paiement d'une caution d'un million de dinars (environ 300.000 euros)", a précisé Dalila Msaddek. L'avocate a précisé que pour rassembler cette somme importante, "il y a eu une collecte auprès de sa famille, de proches et du personnel de Mosaique FM", une radio privée créée il y a près de 20 ans.

Mercredi, la Cour d'appel du pôle financier avait accepté une requête de remise en liberté présentée par la défense. M. Boutar avait été interpellé le 13 février au même moment qu'une vingtaine d'opposants et d'autres personnalités de premier plan dont des hommes d'affaires, soupçonnés de comploter contre l'Etat tunisien, et que le président Kais Saied avait qualifiés de "terroristes".

Cette vague d'arrestations, sans précédent depuis le coup de force de M. Saied qui s'est octroyé tous les pouvoirs depuis le 25 juillet 2021, a été décrite par Amnesty International comme une "chasse aux sorcières motivée par des considérations politiques". La justice avait émis un mandat de dépôt à l'encontre de M. Boutar pour blanchiment d'argent présumé, une affaire pour laquelle il reste poursuivi, tout comme le dossier l'accusant de complot.

Il a toujours protesté de son innocence affirmant avoir été arrêté à cause de la ligne éditoriale de sa radio, au ton très libre. Le 16 mars, le Parlement européen avait voté à une très large majorité une résolution appelant à "libérer immédiatement" M. Boutar et "les autres personnes détenues arbitrairement", dénonçant une "dérive autoritaire du président Saied".

Les arrestations se sont poursuivies ces dernières semaines. Depuis la mi-avril, la principale figure d'opposition, Rached Ghannouchi, chef du mouvement islamoconservateur Ennahdha, est incarcéré pour avoir affirmé que la Tunisie serait menacée d'une "guerre civile" si les partis de gauche ou ceux issus de l'islam politique comme Ennahdha étaient éliminés.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions