22/04 12:02

L'agence régionale de santé d'Île-de-France a recommandé de ne pas consommer les oeufs et les "produits animaux de production domestique non contrôlée" sur l'ensemble de la région

L'agence régionale de santé (ARS) d'Île-de-France a recommandé de ne pas consommer les oeufs et les "produits animaux de production domestique non contrôlée", sur l'ensemble de la région, à cause d'une "contamination" aux "polluants organiques persistants".

"La consommation régulière d'aliments contaminés par des dioxines et des PCB entraîne une imprégnation progressive de l'organisme qui peut avoir des effets sur la santé à long terme", a précisé l'ARS dans un communiqué. L'agence a menée une étude régionale des "teneurs en polluants organiques persistants" sur les oeufs de 25 poulaillers domestiques franciliens, après une "alerte sur la concentration de dioxines dans des œufs non-commercialisés" de poulaillers situés près de l'incinérateur de déchets d'Ivry-sur-Seine.

Quatorze des poulaillers analysés sont situés près des trois principaux incinérateurs de la région parisienne (Ivry-sur-Seine, Issy-Les-Moulineaux, Saint-Ouen), précise l'ARS. Les résultats de cette étude "mettent en évidence une contamination de l'ensemble des prélèvements par les trois familles de polluants organiques persistants analysées (dioxines, furanes et PCB)", indique le communiqué.

Cela signifie que ces polluants sont présents "dans tout l'environnement urbain, et non pas spécifiquement aux abords des incinérateurs", avertit l'ARS. L'agence souligne que sur les 25 poulaillers analysés, "deux présentent des teneurs particulièrement élevées" en PCB dans les oeufs, dépassant de 40 à 50 fois "les seuils réglementaires européens pour les oeufs commercialisés". Ces deux sites sont situés à plus de 3 km d'un incinérateur, ajoute l'ARS.

Parmi les risques pour la santé liés à la consommation de ces produits, l'ARS recense une "augmentation" des risques de cancer, des "troubles de la fertilité et de la grossesse", ainsi que du diabète et "des effets perturbateurs endocriniens"."Il n'existe aucun traitement pour éliminer ces substances de l'organisme", met-elle en garde, précisant que la "principale mesure de prévention" était d'éviter "la consommation de produits alimentaires les plus contaminés".

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de biolay
22/avril/2023 - 17h46
BOULOU nounou a écrit :

cette info est quand même assez exceptionnelle, les pouvoirs publics ont encouragé les ménages a avoir des poules pour consommer les déchets alimentaires et avoir "de bons oeufs" sans que personne ne se soucie de ce que mangent les poules ..... et les humains dans tout ça ? si les poules sont contaminés quid des habitants qui respirent ces polluants ?

J'ai vu encore plus fort dans un reportage TV concernant la région lyonnaise !

Le sol de la région souffrirait d'une forte pollution aux perfluorés dans toute la zone autours de "la vallée de la chimie" a tel point que des analyses ont montrées des taux parfois 16 fois supérieurs à la réglementation européenne dans des œufs récoltés chez des particuliers.

Pourtant, comme le faisait remarquer un particulier dans le reportage, "cela fait 30 ans que j'habite içi, 30 ans que les rapports d'analyses de l'air très frequents nous affirment qu'il n'y a aucune pollution et présence de perfluorés dans l'air, que les analyses sont claires, et que toute cette industrie chimique autour de nous ne dégage aucun perfluorés ou juste des traces infimes dans l'air !".

Cette soudaine pollution du sol doit être "mystérieuse" puisque, à en croire les autorités, elle n'a pas pu arriver par l'air ces 30 dernières années...smiley