27/01/2023 19:31

Espagne : Des centaines de personnes ont pris part aujourd'hui aux obsèques du sacristain tué dans une attaque à la machette mercredi contre deux églises d'Algésiras

Des centaines de personnes ont pris part aujourd'hui aux obsèques du sacristain tué dans une attaque à la machette mercredi contre deux églises d'Algésiras (sud de l'Espagne), alors que l'enquête se poursuit. L'église Nuestra Señora de La Palma - au centre de laquelle avait été placé le cercueil de Diego Valencia, qui était âgé d'une soixantaine d'années - était pleine tandis que quelques dizaines de personnes attendaient dehors, a constaté l'AFP.

Des fleurs étaient posées et des cierges allumées sur la place devant l'église où ce sacristain a été tué. Son cercueil a quitté l'église sous les applaudissements. L'attaque, qui a touché mercredi soir cette église et une autre distante de quelques centaines de mètres, a également fait un blessé grave, un prêtre de 74 ans.

Touché au cou, il a été opéré et a pu sortir de l'hôpital. L'auteur présumé de l'attaque, Yassine Kanjaa, un Marocain de 25 ans, a été transféré vendredi à Madrid où il est toujours interrogé par la police, a indiqué une source policière à l'AFP.

Il doit être présenté lundi devant un juge du tribunal de l'Audience nationale, où a été ouverte une enquête pour des "faits présumés de terrorisme".

Selon le gouvernement, le suspect faisait l'objet d'une "procédure d'expulsion pour situation irrégulière" depuis le mois de juin. Le ministre espagnol de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a indiqué jeudi soir que l'homme n'avait jamais attiré l'attention des services de sécurité espagnols ou d'autres pays pour des faits de "radicalisation".

Interrogé sur l'hypothèse de troubles mentaux du suspect, M. Marlaska a dit n'écarter aucune piste. "La nature terroriste des événements est en cours d'analyse, mais d'autres possibilités sont également ouvertes", a-t-il insisté. Dans un document judiciaire consulté par l'AFP, le magistrat chargé de l'affaire fait, lui, le lien avec le "salafisme jihadiste", en relatant qu'après son arrestation, le suspect a "crié à plusieurs reprises +Allah Akbar+" ("Dieu est le plus grand").

"Depuis un peu plus d'un mois, il avait totalement changé, il s'était laissé pousser la barbe, ne s'habillait plus qu'en djellaba", a raconté à l'AFP "Aymar", qui habite dans le même immeuble que le suspect et a refusé de donner son véritable nom.

"Son esprit était depuis peu dans un autre monde, il disait des choses qui n'avaient pas de sens (...) Il n'était pas bien dans sa tête, un psychopathe", a-t-il ajouté, disant tenir ces détails des colocataires du suspect, qui habitait au rez-de-chaussée dans un appartement insalubre.

"Ce n'était pas quelqu'un que tu penses pouvoir faire partie d'un groupe de jihadistes (...) Il parlait seulement du diable, de Dieu, de choses bizarres", a-t-il encore dit, assurant que Yassine Kanjaa avait récemment arrêté de consommer du haschich.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Koikilencoute
27/janvier/2023 - 22h26

Surtout pas d'amalgame, hein