09/11 11:46

Procès pour corruption à la prison de Fresnes: L'ancien directeur de détention "regrette" devant le tribunal correctionnel de Créteil des "fautes gravissimes"

Au procès pour corruption à la prison de Fresnes (Val-de-Marne), dans lequel comparaissent quatre personnes dont Arnaud Mimran, l'ancien directeur de détention a regretté mardi devant le tribunal correctionnel de Créteil des "fautes gravissimes" mais pas d'infractions pénales.

Ce chef de la division 3 de Fresnes, Khalid El Khal, 53 ans, est poursuivi pour avoir touché de l'argent en échange d'avantages accordés à ces détenus. Il est jugé pour corruption passive et association de malfaiteurs pour des faits allant de janvier 2016 à mars 2018.

Des téléphones en cellule, moins de fouilles, plus de douches et de parloirs... Trois détenus, dont deux figures de l'arnaque à la "taxe carbone", Arnaud Mimran et Fabrice Touil, sont soupçonnés d'avoir bénéficié d'un régime de détention privilégié grâce aux faveurs de ce directeur de détention de l'aile où ils étaient incarcérés.

Interrogé mardi par le tribunal sur le fait d'avoir reçu 5.000 euros de la part de Fabrice Touil à sa sortie de prison, le fonctionnaire, entré en 1997 dans l'Administration pénitentiaire, a déclaré "regretter profondément" des "fautes gravissimes" et des "errements déontologiques".

"C'est de l'argent sale et maudit (...) je n'aurais pas dû accepter de prendre cet argent", a-t-il poursuivi, contestant cependant toute infraction pénale. "Quand un détenu rentre en détention, l'objectif est de le réinsérer, j'ai fait ce métier avec humanité", souligne Khalid El Khal à qui l'accusation reproche une forte proximité avec des détenus de confession juive liés à des "dossiers à forts enjeux financiers", comme l'affaire de la taxe carbone.

Sur la question des parloirs prolongés, des douches, des "cantines parallèles casher", des procédures disciplinaires, l'ancien directeur de détention a assuré "n'avoir aucun pouvoir" ni "autorisation juridique" sur ces missions. A ses côtés, trois anciens détenus de la prison de Fresnes sont considérés comme "les corrupteurs".

Actuellement détenu à la prison de la Santé, Arnaud Mimran, cheveux noirs courts et barbe de quelques jours, comparait pour "corruption active" au moment où il était incarcéré à Fresnes, en 2015 puis de nouveau en 2016.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Alexshe
9/novembre/2022 - 13h48

On demande pas à un boulimique de garder le frigo