26/10 14:31

La Comédie-Française et les cinémas Pathé sont visés par un procès en violation des droits d’auteur après la représentation d’une nouvelle version du "Tartuffe" de Molière - VIDEO

La Comédie-Française et les cinémas Pathé sont visés par un procès en violation des droits d’auteur après la représentation d’une nouvelle version du « Tartuffe » de Molière, a-t-on appris mardi auprès du plaignant. Jean-Paul Carminati, l’avocat de l’auteur de cette version, Georges Forestier, a confirmé à l’AFP une information de la cellule investigation de Radio France, révélant ce litige.

La Comédie-Française a indiqué dans un communiqué mardi soir par la voix de son avocat Me Julien Guinot-Deléry, ne « pas souscrire aux revendications de M. Forestier, qui ne sont pas conformes à la réalité de son travail sur le Tartuffe et à la manière dont ce travail a toujours été présenté ». « La Comédie-Française regrette sincèrement cette situation, alors qu’elle a toujours agi en concertation et en totale transparence avec Monsieur Forestier, dont elle a par ailleurs largement participé à diffuser le travail d’historien du théâtre », ajoute-t-il.

Le procès porte sur « Le Tartuffe ou l’Hypocrite », une reconstitution par M. Forestier, universitaire et spécialiste de Molière, du texte probable de la version originelle de la célèbre pièce. Molière avait signé en 1664 une version en trois actes, représentée devant Louis XIV mais rapidement interdite par le roi, qui la trouvait subversive.

Le manuscrit s’en est perdu, et l’on connaissait depuis trois siècles et demi la version en cinq actes de 1669, moins mordante, avec plus de personnages, intitulée « Le Tartuffe ou l’Imposteur ». « Le Tartuffe ou l’Hypocrite », dont le texte a été publié en 2021 par les éditions Portaparole, a été représenté de janvier à avril par la Comédie-Française, mis en scène par Ivo van Hove, avec des retransmissions dans des cinémas Pathé, sans que M. Forestier ne touche de droits d’auteur.

Concernant les cinéma Pathé, le conseil de la Comédie-Française estime que « la société Pathé Live n’a entretenu aucun lien contractuel ni aucune relation avec Monsieur Forestier » et « n’a vocation à endosser aucune responsabilité ni à s’expliquer dans le cadre de ce litige ». Après des représentations à Athènes, Hambourg et Genève, de nouvelles représentations sont prévues à Paris en janvier et février, avec seulement quelques places restant à la vente.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Korveg
27/octobre/2022 - 00h47
Sebber a écrit :

"l’auteur de cette version, Georges Forestier" qui n'est en fait que celui qui a trouvé l'original écrit pas Molière devrait avoir honte de réclamer des droits d'auteurs alors que ceux ci doivent aller aux descendant de l'auteur, à savoir les héritiers de Molière.... il devrait se taire au lieu d'aller en justice pour s'accaparer les droits des autres....

 

Vous avez entendu parlé du domaine public ? Il n'y a plus aucun ayant droit pour Molière, évidemment...

Portrait de Sebber
26/octobre/2022 - 14h49

"l’auteur de cette version, Georges Forestier" qui n'est en fait que celui qui a trouvé l'original écrit pas Molière devrait avoir honte de réclamer des droits d'auteurs alors que ceux ci doivent aller aux descendant de l'auteur, à savoir les héritiers de Molière.... il devrait se taire au lieu d'aller en justice pour s'accaparer les droits des autres....