20/09/2022 06:26

Violences faites aux femmes - Les révélations explosives de Sandrine Rousseau contre Julien Bayou, patron des Verts : "J'ai reçu son ex-compagne en larmes. Elles sont manifestement plusieurs à se plaindre" - Vidéo

C'est à la toute fin de "C à vous" sur France 5 que Sandrine Rousseau a lâché hier une véritable bombe sur le plan politique et judiciaire contre le secrétaire national d’EELV Julien Bayou. Alors qu'il ne restait qu'un peu plus d'une minute d'émission, la femme politique affirme a évoque de présumées violences de Julien Bayou à l'égard de son ex femme et peut-être même d'autres femmes. 

Sandrine Rousseau a donc affirmé : 

"J’ai reçu chez moi très longuement une ex-compagne de Julien Bayou, je pense que des comportements sont de nature à briser la santé morale des femmes. Elles sont manifestement plusieurs, moi je n’ai entendu qu’un seul témoignage. Une enquête journalistique semble être en cours.

Au moment où j’ai reçu cette femme, elle était dans un état très déprimé, elle était très mal, elle a d’ailleurs fait une tentative de suicide quelques semaines après. Ça fait partie des questions qui vont venir sur la table."

Déjà interrogé en juillet dernier sur cet affaire avec son ex-compagne, Julien Bayou avait affirmé :

"Il s’agit malheureusement d’une histoire qui se termine dans la souffrance, et d’une rupture qui s’accompagne de menaces à peine voilées à mon endroit et d’une forme d’instrumentalisation que je ne peux que déplorer. C'est une rancœur que mon ex-compagne ne cache pas puisqu’elle m’a clairement écrit, trois jours après avoir saisi la commission interne d’EELV : “Inquiète-toi. Je vais revenir et en force. […] La chute va être douloureuse.”

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de MS54840
26/septembre/2022 - 08h09

Comme d’habitude,la gauche s’autodétruit d'elle-même et quand elle est au pouvoir 1 fois tous les 20 ans), et se détruit (voir sous le mandat Hollande, le bazar et les réglements de compte). A qui le tour après ? la NUPES n'existe plus ?

Portrait de Titoon
20/septembre/2022 - 14h48
Decenale a écrit :

Ca ne m'étonne pas. Cette extrême gauche est remplie de pervers. On se souvient des verts en Allemagne qui étaient un nid à pédophiles.

Ca se confirme chaque jour.

Pas besoin d'aller aussi loin, il suffit de se rappeler les propos d'un certain Daniel C.B., maître à penser chez EELV

Portrait de Decenale
20/septembre/2022 - 13h15

Ca ne m'étonne pas. Cette extrême gauche est remplie de pervers. On se souvient des verts en Allemagne qui étaient un nid à pédophiles.

Ca se confirme chaque jour.

Portrait de MS54840
20/septembre/2022 - 09h08

La gauche se bat entre elle et donne des leçon aux autres partis, mais eux sont les pires ! le réglement de compte commence à la NUPES.

Portrait de Capri
20/septembre/2022 - 09h14

Une femme est en couple avec un homme. Cette femme va voir la collègue (et concurrente) dans l’entreprise (les partis politiques sont des associations en l’occurrence) de son compagnon / époux pour parler de ses problèmes conjugaux (potentiellement problématiques).

Si ça n’est pas une volonté de nuire fortement à la carrière de son mari / époux, je ne vois pas ce que c’est… le comportement problématique de l’homme (J. Bayou) est-il lié a sa « position » dans l’entreprise, la situation problématique se manifeste-t-elle dans l’association ? La responsabilité de l’employeur est-elle engagée (association => parti politique EELV) ?

Ce qui justifierait que sa collègue et concurrente - S Rousseau soit impliquée… mais qu’elle en parle dans les médias ??

La personne se plaint de « violences psychologiques » qui, comme toutes les violences, doivent être considérées a leur juste proportion.

LFI et EELV ont manifestement du mal à gérer les cas problématiques personnels de leurs dirigeants. Il faut que les personnes soient reçues par des gens independents (pas la concurrente du mari !!) - les Personnes de LFI qui ont instauré ces espaces de dialogue ont d’ailleurs toutes démissionné précédemment. CQFD. Ils se prennent les pieds dans le tapis. 

Portrait de Titoon
20/septembre/2022 - 08h59

Surfant sur l'affaire a LFI, Sardine ressort de placard sa cellule d'enquête journalistique composée de femnazis.

Autant il est connu qu'il y a un rapport malsain entre les Hommes politique et la sexualité ( il suffit de intéresser un minimum à l'affaire Duhamel, même les femmes sont loin d'être clean......), autant la sa tourne à la nuit des longs couteaux.

Visiblement elle va tout faire avec ses sbires pour "éliminer" ses opposants en interne.

 

Portrait de stbx00
20/septembre/2022 - 08h25

J'ai l'impression que maintenant une engueulade peut être qualifiée de "violences faite aux femmes". Ce type de dénonciation est assez répugnante. Soit il a fait quelque chose de répréhensible et ça se règle en justice soit il s'agit d'une rupture avec ce que ça peut comporter de mots et ça devrait rester privé... L'époque est magnifique...

Portrait de Harriet
20/septembre/2022 - 08h12

C'est quoi cette cellule interne où les "ex" d'élus politiques viennent s'épancher ?

Enquête journalistique ?

Si une compagne ou un compagnon subit des violences physiques ou morales , c'est au commissariat qu'il faut se rendre ! 

Là , ça ressemble de plus en plus à un tribunal médiatique qui respire la vengeance et les règlements de comptes ... smiley

Portrait de COLIN33
20/septembre/2022 - 08h07 - depuis l'application mobile

cette femme a tout d'une illuminée !!!

Portrait de Bob28
20/septembre/2022 - 07h47

La fille doit être trop contente que la personne à qui elle s'est confiée balance des infos perso dans les médias...

Portrait de KERCLAUDE
20/septembre/2022 - 07h42

La liste ne semble pas close ......

Portrait de jediozarme
20/septembre/2022 - 07h12

c'est le bouquet avec cette clique d'escrologistes  donneurs de leçons patentés .Zeu Zeut  n'a plus qu'à  se la fermer, la cinglée de Rousseau ne va plus le lâcher.

Portrait de Capri
20/septembre/2022 - 06h40

S. Rousseau : « Une enquête est en cours ».

La journaliste : « Une enquête judiciaire ? »

S. Rousseau : « Non, une enquête de journalistes »