31/08 17:31

La hausse des prix à la consommation en France a ralenti au mois d’août, à 5,8% sur un an, contre 6,1% en juillet, selon les données publiées par l’Insee

La hausse des prix à la consommation en France a ralenti au mois d’août, à 5,8% sur un an, contre 6,1% en juillet, selon les données provisoires publiées mercredi par l’Insee. Cette baisse de l’inflation est due « au ralentissement des prix de l’énergie », explique l’Institut national de la statistique dans un communiqué, tandis que la hausse des prix des produits manufacturés et de l’alimentation s’accélère et que celle des prix des services progresse au même rythme qu’en juillet.

Sur un mois toutefois, la hausse s’accélère avec des prix à la consommation qui augmentent de 0,4% entre juillet et août, contre 0,3% entre juin et juillet. Il s’agit du premier ralentissement de la hausse des prix à la consommation en France en glissement annuel depuis juillet 2021, lorsque l’inflation était limitée à 1,2%. Entre novembre et décembre 2021, les prix avaient progressé au même rythme, à 2,8% sur un an.

En août, les prix des produits alimentaires ont augmenté de 7,7%. La hausse a été plus contenue (+3%) pour les produits frais que pour les autres produits alimentaires. Les prix de l’énergie ont bondi de 22,2%, mais c’est moins qu’en juillet, lorsque la hausse avait atteint 28,5%.

Les prix des produits manufacturés de lors côté accélèrent nettement, avec une augmentation de 3,5%, contre 2,7% le mois précédent, tandis que les services se renchérissent de 3,9% sur un an, soit autant qu’en juillet. Enfin, l’indice de hausse des prix à la consommation harmonisé (IPCH), qui sert de base de comparaison au niveau européen, augmente de 6,5% sur un an en août, contre 6,8% en juillet. Sur un mois, l’IPCH augmente de 0,4%, contre 0,3% le mois précédent.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Bob28
1/septembre/2022 - 08h12

Une diminution de l'augmentation n'est pas une diminution.

On dirait que les journalistes se réjouissent tel François Hollande face à "la diminution de l'augmentation du chômage".