29/07 13:13

Un député RN déclenche une vive polémique à l'Assemblée Nationale en comparant un élu "En marche" alsacien à un "ambassadeur" allemand - VIDEO

Des débats au Palais Bourbon sur la présidence française de l'UE se sont brièvement envenimés ce jeudi , après qu'un député alsacien eut été traité «d'ambassadeur du Bundestag», le Parlement allemand, depuis les bancs du RN.

«Je suis un député de l'Assemblée nationale, de nationalité française, pas un représentant du Bundestag ici», a rétorqué Charles Sitzenstuhl, élu Renaissance (ex-LREM), déplorant par la suite une «insulte à l'Alsace et à son histoire douloureuse».

L'invective, que l'on peut entendre sur les enregistrements de la séance, est venue des rangs du RN au début de l'intervention de l'élu du Bas-Rhin en tribune. Le président de la commission des Affaires étrangères Jean-Louis Bourlanges (MoDem) s'est rangé au côté du député victime d'attaques «absurdes». «Aux yeux du Rassemblement national, l'Alsace n'est pas française mais allemande», a ironisé Jean-Louis Bourlanges. «Toujours la même extrême droite rance, alsaçophobe et europhobe. La France mérite mieux», a estimé sur Twitter la députée Renaissance du Haut-Rhin Brigitte Klinkert. La présidente de séance Naïma Moutchou (Horizons) est aussi intervenue pour rappeler qu'il n'y avait dans l'hémicycle «que des élus français, élus par le peuple français».

Plus tard dans la soirée, le député RN Thibaut François a assuré qu'il ne faisait «évidemment nullement allusion aux origines du député», ironisant sur la «très grande notoriété» de Charles Sitzenstuhl dont il ne savait pas qu'il «était élu et encore moins Alsacien». «Je souhaitais par mon propos critiquer le positionnement politique de la majorité et la servilité d'Emmanuel Macron dans le couple franco-allemand», a insisté Thibaut François dans un communiqué. Dans son allocution, Charles Sitzenstuhl a ensuite dénoncé les «larmes de crocodile» sur l'Ukraine des responsables du RN Marine Le Pen et de LFI Jean-Luc Mélenchon, qualifiés «d'agents de propagation de la doxa du Kremlin en France». «Des propos diffamatoires et inadmissibles», a réagi Thibaut François. L'accusation a aussi fait bondir Arnaud Le Gall (LFI), qui a dénoncé une remarque «scandaleuse» contre le leader de La France insoumise, qui n'a selon lui «jamais eu la moindre accointance avec Vladimir Poutine».

En tout début de séance Thibaut François a également émis une «pensée émue» pour le peuple ukrainien victime d'une «agression». Il a toutefois critiqué dans la foulée l'ouverture de l'UE à une candidature de Kiev, qualifiée de «provocation inutile à l'égard de la Russie». Le député LFI Manuel Bompard a quant à lui centré ses attaques sur le «bilan famélique» de la présidence française de l'UE, en estimant qu'elle avait raté «une opportunité historique d'agir de concert pour protéger les peuples européens des conséquences économiques et sociales du conflit». Jean-Louis Bourlanges a dénoncé la «décision absurde et criminelle» du «pouvoir abject» de Vladimir Poutine d'envahir l'Ukraine. La secrétaire d'État à l'Europe Laurence Boone a de son côté, en ouvrant les débats, accusé Moscou de vouloir, avec la guerre en Ukraine, établir «un rideau de sang» autour de la Russie.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de YVESM
29/juillet/2022 - 13h49

Cela vole de plus en plus haut, à l’assemblée...