22/07 10:03

Pouvoir d'achat: Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire se dit "prêt" à augmenter le plafond journalier des titres-restaurant de 19 à 25 euros, comme le réclament de nombreux députés

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire s'est dit "prêt" à augmenter le plafond journalier des titres-restaurant de 19 à 25 euros, comme le réclament de nombreux députés dans le cadre du débat parlementaire sur le pouvoir d'achat, a-t-il déclaré. "Je suis prêt à augmenter la valeur (utilisable par jour) des tickets restaurant de 19 à 25 euros", a-t-il affirmé sur RMC/BFMTV, estimant que c'est une "bonne proposition" issue de l'opposition dans le cadre du projet de loi de finances rectificatives en cours d'examen au Parlement. "C'est une proposition qui est faite par des députés aussi bien Les Républicains, que socialistes ou écologistes, je trouve que c'est une bonne proposition (...). Je la prends", a-t-il souligné.

Les titres-restaurants, distribués par les entreprises à leurs salariés sont souvent utilisés par ces derniers pour faire leur courses alimentaires, des dépenses qui augmentent ces derniers mois du fait de l'inflation. Déjà pendant la crise sanitaire, la valeur des titres-restaurant avaient été doublée et leurs conditions d'utilisation assouplies, pour soutenir l'activité des restaurants durement frappés par les restrictions.

Initialement le ministre de l'Économie n'était pas favorable à un nouveau geste sur les titres-restaurants. "Tout ce qui a un coût budgétaire important, je le regarde avec beaucoup de circonspection", a-t-il encore expliqué. 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Bob28
23/juillet/2022 - 09h22

"Tout ce qui a un coût budgétaire important, je le regarde avec beaucoup de circonspection"

Changer le plafond de 19 à 25 euros aurait un coût important ?

Plus que changer le plafond de 38 à 19 euros il y a quelques semaines ?

Portrait de Harriet
22/juillet/2022 - 10h14

Va t-il y avoir un retour du bon sens à l'assemblée , sous l'impulsion de la diversité (enfin) représentée  ?

Avoir abaissé le plafond en juin , n'avait aucun sens ; il pénalise les clients (qui avaient stocké des chèques restaurant pendant le confinement) et  surtout des professionnels qui souffrent depuis plus de deux ans !