26/02/2011 14:14

2 spots pro-viande sanctionnés après une plainte de Bardot

Deux spots d'une campagne radio sur l'élevage, soutenue par les pouvoirs publics, doivent cesser d'être diffusés car ils "induisent le public en erreur", a annoncé vendredi à l'AFP l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité, saisie par la Fondation Bardot.  

L'un vante la dimension "artisanale" de l'élevage de porcs et un autre minimise l'impact sur l'environnement de celui des bovins.  


"Ce sont des publicités mensongères, financées par nos impôts", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, Christophe Marie.  

"Et vu la cible attaquée, la filière viande et le ministère de l'Agriculture qui a financé la campagne à 80%, nous sommes d'autant plus contents que la plainte ait été suivie", a-t-il ajouté.  


Le Jury de Déontologie publicitaire (JDB), instance associée à l'ARPP et chargé de se prononcer sur les plaintes émises, a donné raison à la Fondation Bardot -- dans une décision publiée le 23 février-- sur deux spots de 45 secondes réalisés par le Centre d'information des Viandes (CIV).  

Il s'agit de deux des dix spots de la campagne "Soyons ferme" visant à informer sur les filières d'élevage de boeuf, veau et porc.  

Ils contreviennent notamment au principe qui veut que "la publicité ne doit pas induire le public en erreur sur la réalité des actions de l'annonceur, ni sur les propriétés de ses produits en matière de développement durable".  

Aussi, "il est demandé à l'ARPP de faire le nécessaire pour qu'ils ne soient plus diffusés ou rediffusés" par Radio-France, Europe 1 et IP France, a dit le directeur général de l'ARPP, Christophe Martin.   Dans le premier, une éleveuse de porcs vante son "élevage familial comme partout en France", et assure que "les éleveurs de porcs sont comme des artisans".   

Le Jury a estimé que le message entretenait "une confusion" et que "le constat que l'élevage serait en France majoritairement familial n'implique pas nécessairement qu'il se ferait selon des méthodes +artisanales+ et non +industrielles+".  

Au sujet de l'impact des bovins sur le changement climatique, une éleveuse assure qu'"en broutant, nos vaches maintiennent les prairies, ce qui permet le stockage de carbone dans le sol, comme les forêts". 

Le Jury a jugé que le message, qui induit "l'idée d'une totale innocuité de l'élevage sur l'environnement", devrait être "nuancé".  

Les plaintes de la Fondation Bardot sur deux autres spots du CIV sur les qualités nutritionnelles de la viande et l'alimentation des veaux ont, elles, été rejetées par le Jury.

Ailleurs sur le web

Vos réactions