25/06 07:31

Le journaliste Alex Jordanov, auteur d'un livre-enquête sur la Direction générale de la sécurité intérieure, a été mis en examen à Paris pour divulgation de secret défense

Le journaliste Alex Jordanov, auteur d'un livre-enquête sur la Direction générale de la sécurité intérieure, a été mis en examen à Paris pour divulgation de secret défense, son avocat dénonçant aussitôt une "attaque contre le devoir d'investigation des journalistes d'une très grande gravité".

Deux anciens policiers, soupçonnés de lui avoir fourni des informations confidentielles, ont également été mis en examen pour des infractions d'atteinte au secret de la Défense nationale et placés sous contrôle judiciaire, selon une source judiciaire.

La justice reproche au journaliste, âgé de 62 ans, d'avoir donné des détails, dans son livre "Les Guerres de l'ombre de la DGSI" (Nouveau Monde éditions) publié en 2019, sur les techniques des renseignements, les méthodes de recrutement, la gestion et la rémunération des sources humaines, entre autres. Il lui est aussi reproché d'avoir publié des informations susceptibles de permettre d'identifier un agent ou une source des services de renseignement. A l'issue de leur garde à vue dans les locaux de la DGSI, tous les trois ont été présentés à une juge d'instruction. M. Jordanov a été placé sous contrôle judiciaire et mis en examen pour divulgation de secret défense et recel de violation du secret professionnel, notamment.

"Une garde à vue de 48 heures suivie d'une nuit au dépôt pour un journaliste en raison des révélations de son livre est sans précédent", a réagi auprès de l'AFP l'avocat de M. Jordanov, Me William Bourdon.

"Cette opération musclée constitue d'évidence une double intimidation politique à l'égard des journalistes et des policiers pour les dissuader d'être curieux ou bavards", a dénoncé Me Bourdon. "Le durcissement que représente cette opération ne doit échapper à personne" a-t-il ajouté. Dans son livre, Alex Jordanov dévoile "les succès" et les "ratages" du renseignement intérieur dans la lutte antiterroriste au cours des années 2010 à travers les récits de plusieurs officiers de la DGSI (désignés par des prénoms modifiés), parfois critiques envers leur hiérarchie.

"C'est une procédure humiliante compte tenu des inestimables services rendus à la nation par mon client", a déploré auprès de l'AFP Me Vincent Brengarth, avocat d'un ancien agent de la DGSI mis en examen.

Selon lui, "c'est le fruit d'une véritable chasse aux sorcières organisée par un service qui a enquêté sur lui-même, menée par un procureur, magistrat non indépendant dont la dureté et le proactivisme interrogent".

L'avocate du deuxième agent n'a pas souhaité s'exprimer. D'après la note de l'éditeur, l'ouvrage avait "été soigneusement relu par des spécialistes du renseignement afin de ne pas porter atteinte au travail en cours des services" et "des chapitres" avaient été "écartés".

Le livre, relatif à un "sujet d'intérêt général", "reste en vente libre et chacun est invité à se faire une opinion sur son contenu", a souligné son éditeur Yannick Dehée auprès de l'AFP. "La pression exercée sur Alex Jordanov pour livrer ses sources bafoue les droits élémentaires de la presse et crée un précédent très dangereux pour le fonctionnement de notre démocratie", a-t-il déploré. Alex Jordanov avait été brièvement pris en otage en 2004 en Irak alors qu'il travaillait à l'agence CAPA et réalisait un sujet pour Canal+.

Selon le magazine Le Point, son domicile a été perquisitionné lundi.

Ces dernières années, d'autres journalistes ont été interrogés par la DGSI sur leur travail. ce fut le cas en 2019 des journalistes du site Disclose, de Radio France et de TMC après leurs enquêtes sur l'utilisation d'armes françaises au Yémen. Ils ont finalement reçu un rappel à la loi.

A la même période, la journaliste du Monde Ariane Chemin avait également été auditionnée par la DGSI après la publication d'un article sur les affaires d'Alexandre Benalla dévoilant l'identité d'un sous-officier de l'armée de l'air, Chokri Wakrim. Depuis, elle n'a plus eu de nouvelles de la procédure.

Ces convocations avaient été dénoncées par une vingtaine d'ONG et de syndicats comme une atteinte à la liberté de la presse.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de COLIN33
25/juin/2022 - 08h10 - depuis l'application mobile

L'intimidation, la dissimulation, l'incompétence, voilà le programme actuel....