22/06 20:15

Emmanuel Macron : "Le 24 avril vous m'avez donné une légitimité claire. Les dirigeants que j'ai reçus ont exclu l'hypothèse d'un gouvernement d'union nationale. Nous devons collectivement apprendre à gouverner et légiférer"

20h11: Réaction en direct de Jean-Luc Mélenchon : "Désormais la Première Ministre doit demander la confiance de l'Assemblée et si elle ne l'a pas elle doit démissionner et si elle a cette confiance, elle présentera des textes et dès lors chacun présentera des textes. Voyons ce qu'il est possible de faire et ce que nous avons à dire, nous l'avons déjà dit. La force doit rester à la démocratie. Telle est la réalité qui s'imposera."

20h00 : Emmanuel Macron prend la parole en direct sur toutes les chaînes de télévision pour s'adresser de façon solennelle aux Français:

"Françaises, Français, le 24 avril vous m’avez renouvelé votre confiance en m’élisant président de la République. Je veux ici féliciter les parlementaires ayant emporté vos suffrages. J’ai une pensée pour les députés sortants battus. Je ne peux d’abord ignorer la forte abstention qui nous oblige tous à redonner davantage à nos actions collectives de lisibilité aux grands rendez-vous démocratiques.

Je ne peux pas davantage ignorer les fractures, les divisions profondes qui traversent notre pays et se reflètent dans la composition de la nouvelle Assemblée. Je n'ignore pas les fractures et les divisions profondes qui traversent notre société.

La majorité présidentielle est la première force de l'Assemblée mais il a manqué une trentaine de député pour la majorité absolue. Notre responsabilité est donc de s'élargir. Nous devons collectivement apprendre à gouverner et légiférer différemment. Bâtir des compromis nouveau dans le dialogue, l'écoute, le respect. C'est ce que vous avez souhaité et j'en prends acte.

La plupart des dirigeants que j’ai reçus ont exclu l’hypothèse d’un gouvernement d’unité nationale, laquelle d’ailleurs à mes yeux n’est pas justifiée. Je crois qu’il est donc possible, dans le moment crucial que nous vivons, de trouver une majorité plus large et plus claire pour agir.

Il revient aux groupes politiques de dire en toute transparence jusqu'où ils sont prêts à aller. J'ai confiance en vous et en nous car ensemble nous avons traversé tant de crise et de difficulté. Je sais qu'ensemble nous trouverons le chemin de la réussite collective.

 

 

19h23: Emmanuel Macron sort du silence et s'exprime pour la première fois à 20H depuis le second tour des législatives qui a privé son camp de la majorité absolue et débouché sur une crise politique. Le président sera ensuite happé par une série d'engagements internationaux, dont le Conseil européen à partir de jeudi à Bruxelles, puis les sommets du G7 et de l'Otan. Le numéro 2 des Insoumis et député Adrien Quatennens attend d'Emmanuel Macron qu'il reconnaisse que "c'est le parlement qui est fort" et souhaite qu'il réponde notamment à la question: "Si LFI était à l'origine d'une grande loi sociale, pourriez-vous faire voter ce texte ?"

Pour le député Les Républicains Pierre-Henri Dumont, "il faut qu'il soit non plus Jupiter mais dans le compromis". "L'urgence c'est le prix de l'essence", dont il faut baisser les taxes, a-t-il souligné sur BFMTV. "Le pouvoir d'achat fera le plus consensus", a abondé Laure Lavalette, députée RN. Le dirigeant communiste Ian Brossat aimerait entendre ce soir "le renoncement définitif au report de l'âge de départ à la retraite". Emmanuel Macron a bouclé mercredi son tour de table des forces politiques pour tenter de trouver une porte de sortie en recevant le secrétaire national d'EELV Julien Bayou, le député LFI Adrien Quatennens et Édouard Philippe, patron du parti Horizons. Mardi il avait reçu Christian Jacob (LR), Olivier Faure (PS), François Bayrou (MoDem) et Marine Le Pen (RN). Édouard Philippe a appelé de nouveau mercredi à la création d'une "grande coalition" pour donner "une direction stable" au pays.

Le chef de l’État a évoqué aussi devant certains de ses hôtes, sans succès pour l'instant, la possibilité d'un gouvernement d'union nationale.

Pour Adrien Quatennens, "l'union nationale c'est quand la République est à sauver", or "nous n'avons pas vocation à venir sauver l'ère finissante d'un président qui a abusé de ses pouvoirs dans le quinquennat précédent". Chez Les Républicains, "nous ne serons jamais dans le blocage des institutions", répète le président du parti Christian Jacob, mais, forts de leur soixantaine de députés, ceux-ci ne veulent pas entrer "dans une logique de pacte de coalition".

Pour 71% des Français, que le président de la République n’ait pas la majorité absolue à l’Assemblée est une bonne chose pour la démocratie et le débat, indique un sondage Elabe pour BFMTV/L'Express publié mercredi. Ils sont 44% à préférer une négociation en fonction des projets de loi et seulement 19% à favoriser un gouvernement d'union nationale.

Enfin, 17% souhaitent un accord de coalition entre la majorité et un ou plusieurs camps de l'opposition. Selon le ministre des Relations avec le Parlement Olivier Véran, les pistes sont multiples: "un élargissement" de la majorité, "la poursuite du dépassement centre gauche/centre droit" ou "un système de majorité projet par projet, tantôt avec la gauche, tantôt avec la droite". Olivier Véran a aussi exclu que le RN et LFI puissent intégrer une quelconque majorité, car ils ne sont pas "dans l'arc républicain".

Selon M. Quatennens le chef de l’État lui a au contraire assuré qu'il "considérait que La France insoumise était bien dans le champ républicain". Tous les regards sont aussi braqués sur les 89 députés RN, qui n'étaient que huit en 2017.

15h33: Le président Emmanuel Macron va s'exprimer mercredi soir à 20h00 pour la première fois depuis la crise politique ouverte dimanche avec la perte de sa majorité absolue aux élections législatives, a indiqué l'Elysée. Le chef de l'Etat s'adressera aux Français après avoir bouclé mercredi son tour de table des forces politiques, à la recherche d'un difficile consensus à l'Assemblée nationale et avant d'être happé par une série d'engagements internationaux, dont le Conseil européen à partir de jeudi à Bruxelles.

15h16: L'élu du Puy-de-Dôme André Chassaigne, 71 ans, a été reconduit mercredi à la tête du groupe de la Gauche démocrate et républicaine à l'Assemblée nationale, qui compte 12 communistes et six ultramarins, a appris l'AFP de source parlementaire. Cet ancien professeur de Lettres et d'Histoire-géo puis principal de collège, au verbe haut et à la moustache fournie, préside depuis 2012 ce groupe, qui a pu être reformé en 2017 et cette année aussi, en dépassant le seuil minimal de 15 membres.

12h28: Le point sur ce que l'on sait à la mi-journée

Comment éviter le blocage parlementaire ? Emmanuel Macron continue mercredi son tour de table des forces politiques, à la recherche d'un difficile consensus à l'Assemblée où débarque l'important contingent de députés RN et où plusieurs postes de chefs de file sont attribués.

Le chef de l'Etat, silencieux sur la crise politique ouverte dimanche avec la perte de la majorité absolue par les macronistes à l'Assemblée nationale, pourrait aussi prendre la parole dans la soirée. Selon une source gouvernementale, "ça fait partie des possibilités de la journée". D'autant que le président sera ensuite happé par une série d'engagements internationaux, dont le Conseil européen à partir de jeudi à Bruxelles.

En attendant, Emmanuel Macron a reçu dans la matinée le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts Julien Bayou, avant la présidente du groupe LFI Mathilde Panot, et son ancien Premier ministre Edouard Philippe, patron du parti Horizons. Des consultations à tous crins, après avoir vu défiler mardi Christian Jacob (LR), Olivier Faure (PS), François Bayrou (MoDem) et Marine Le Pen (RN). Quelle porte de sortie Emmanuel Macron peut-il envisager ? Edouard Philippe a appelé à la création d'une "grande coalition" pour donner "une direction stable" au pays.

Convié mardi, le communiste Fabien Roussel a lui affirmé que M. Macron envisageait, parmi d'autres scénarios, la constitution d'un "gouvernement d'union nationale". Une piste qu'il a aussi évoquée devant Marine Le Pen, a indiqué cette dernière à l'AFP, sans plus de précisions. Mais pas devant Olivier Faure et Christian Jacob, ont-ils assuré.

Le ministre des Relations avec le Parlement Olivier Véran a exclu que le RN et LFI puissent intégrer une quelconque majorité, car ils ne sont pas "dans l'arc républicain". Les pistes sur la table sont selon lui multiples: "un élargissement" de la majorité, "la poursuite du dépassement centre gauche/centre droit", "un élargissement encore plus large", ou "un système de majorité projet par projet, tantôt avec la gauche, tantôt avec la droite".

Mais François Bayrou, le président du MoDem, également allié de la majorité, considère qu'"il n'y aura pas d'adhésion des partis aujourd'hui dans l'opposition à la majorité", et appelle plutôt à gouverner en "respect(ant) les différences". Au lendemain de la reconduction d'Elisabeth Borne, il laisse aussi entendre qu'il faut changer de Première ministre: "les temps exigent que le Premier ministre ou la Première ministre soit politique, qu'on n'ait pas le sentiment que c'est la technique qui gouverne le pays". Mme Borne recevra en tout cas la semaine prochaine les présidents de groupes de l'Assemblée, façon pour l'exécutif de montrer qu'elle reste pour l'heure en poste, même si sa situation apparaît précaire, un mois seulement après sa nomination.

"Ce n'est pas un fusil à cinq coups. On ne change pas de Premier ministre comme on change de chemise", temporise une source gouvernementale. Les oppositions restent, elles, très circonspectes, échaudées par un premier quinquennat d'Emmanuel Macron où elles déplorent d'avoir été ignorées et méprisées.

Marine Le Pen a estimé mercredi que "la situation ne justifie pas" un gouvernement d'union nationale, tandis que chez Les Républicains, le secrétaire général Aurélien Pradié refuse ce qui ne serait rien d'autre qu'un "mariage forcé". LR ne sera "jamais dans le blocage des institutions", répète le président du parti Christian Jacob, mais, forts de leur soixantaine de députés, Les Républicains comptent rester "dans l'opposition" et ne veulent pas entrer "dans une logique de pacte de coalition".

Appelant au "dialogue", le président LR du Sénat Gérard Larcher estime, lui, que le chef de l'Etat va devoir opérer "un changement profond d'attitude". A gauche, le patron des sénateurs Patrick Kanner juge qu'envisager une "union nationale" sans LFI et le RN reviendrait à ne pas prendre en compte "un tiers de l'Assemblée nationale".

11h20: La députée des Yvelines Aurore Bergé a été élue mercredi présidente du groupe LREM dès le premier tour d’un vote interne, face à trois autres candidats, a indiqué le groupe parlementaire. Issue de LR, Aurore Bergé, 35 ans, l’a emporté par 88 voix contre 29 à Guillaume Vuilletet, 25 à Rémy Rebeyrotte, et 11 à Stella Dupont. Ancienne présidente déléguée du groupe, elle succède à Christophe Castaner, qui a échoué dans les urnes dimanche, contre toute attente.

Le groupe LREM, rebaptisé Renaissance, compte quelque 170 membres, dont un tiers environ de nouveaux députés, et a pour alliés les MoDem et Horizons. Devant la presse, Mme Bergé a dit sa « grande émotion », sa « grande fierté » et son sentiment de « grande responsabilité », alors que les macronistes ont perdu la majorité absolue et que l’exécutif cherche la voie pour faire passer ses réformes. « Je tends la main aux républicains de droite comme de gauche pour venir en responsabilité voter ce qui peut changer la vie des gens », a plaidé la cheffe de file, citant le paquet de mesures pour le pouvoir d’achat devant être approuvé cet été.

11h04: L'élu d'Eure-et-Loir Olivier Marleix, 51 ans, a été élu mercredi à la tête des députés LR par 40 voix contre 20 pour l'autre candidat Julien Dive, et un vote blanc, a appris l'AFP auprès de ce parti. Fils de l'ancien ministre Alain Marleix, Olivier Marleix, est député depuis 2012. Président des Républicains d'Eure-et-Loir depuis 2016, ce représentant de l'aile conservatrice de LR avait parrainé Laurent Wauquiez en 2017 dans la course à la tête du parti, puis Michel Barnier dans la primaire de 2021.

Il avait déjà été candidat à la présidence du groupe en 2019 et avait été battu par Damien Abad. Ce dernier a été exclu de LR après avoir été nommé ministre des Solidarités dans le gouvernement d'Elisabeth Borne. Julien Dive, 37 ans, fait lui partie de la jeune garde des députés LR. En 2016, il avait succédé dans la 2e circonscription de l'Aisne à Xavier Bertrand, élu président de la région Hauts-de-France, avec qui il partage une conception de "droite sociale".

Sa candidature bénéficiait du soutien des jeunes députés. Le groupe LR est passé d'une centaine à une soixantaine de membres dans la nouvelle Assemblée, à la suite de l'échec de Valérie Pécresse à la présidentielle. La droite a affiché une ligne d'opposition franche à Emmanuel Macron à la suite des législatives, le président des Républicains Christian Jacob refusant d'entrer dans "toute logique de pacte". Adressant ses félicitations à M. Marleix, le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau a twitté: "Nos deux groupes travailleront ensemble pour incarner une opposition d'intérêt général, au service de la France et de nos convictions".

10h43: Marine Le Pen a assuré mercredi à l'AFP que le président de la République Emmanuel Macron avait évoqué lors de leur entretien de mardi l'hypothèse de constituer un gouvernement d'union nationale. "Oui", a répondu la cheffe de file des députés RN interrogée à ce sujet. La veille, elle n'avait pas abordé la question à la sortie de son entretien à l'Elysée avec M. Macron qui reçoit les dirigeants des principaux partis. Mme Le Pen a aussi refusé de faire des commentaires à son arrivée mercredi à l'Assemblée nationale à la tête de son groupe du Rassemblement national.

10h30: Le chef des sénateurs socialistes Patrick Kanner a demandé mercredi à Emmanuel Macron de s'exprimer devant le Congrès "pour fixer le cap pour le pays" avant le discours de politique générale de sa Première ministre Elisabeth Borne prévue le 5 juillet. Avec Valérie Rabault, présidente du groupe PS à l'Assemblée dans la précédente législature, "nous pensons qu'il serait extrêmement utile que le président de la République s'exprime devant les instances de la Nation, à savoir le Congrès, pour fixer sa ligne, fixer le cap pour le pays, expliquer comment il voit les choses après cet échec politique", a expliqué M. Kanner sur Public Sénat.

"La meilleure manière de parler au pays, c'est d'abord de parler devant les représentants de la nation et donc le Congrès à Versailles depuis 2008 est une opportunité pour lui et je pense que ça donne une solennité à cela", a-t-il ajouté, précisant qu'il souhaite que cela intervienne "avant la déclaration de politique générale de la Première ministre prévue le 5 juillet". Selon lui, "ça permet notamment aux différentes sensibilités politiques qui existent au Parlement de pouvoir dire au président de la République comment nous voyons les choses plutôt que de faire des discussions", comme actuellement avec les consultations des chefs de parti par Emmanuel Macron.

08h22: Nadine Morano invitée sur CNews ce matin, refuse à son tour, au nom des Républicains, toute participation des Républicains à un gouvernement d'Union Nationale : "Emmanuel Macron voulait la mort des Républicains. Il nous a blessés, mais il ne nous a pas tué".

08h05: Invité de franceinfo ce matin, le député La France insoumise Manuel Bompard refuse catégoriquement d'envisager une participation de son mouvement à un éventuel gouvernement d'union nationale. "Si Emmanuel Macron décide de nous faire une telle proposition, nous lui dirons clairement que ça ne peut pas être une perspective pour nous : nous avons combattu sa politique, nous allons la combattre encore, nous n'allons pas gouverner avec lui. Nous avons fait campagne en proposant une alternative à la politique d'Emmanuel Macron. Si nous arrivions aujourd'hui en proposant de petits arrangements, nous ne respecterions pas la parole de ceux qui nous ont élus."

07h13: Emmanuel Macron envisage la constitution d'un «gouvernement d'union nationale», afin de trouver «les voies pour sortir de la situation politique» à l'Assemblée, où il a échoué à obtenir une majorité absolue, a affirmé  le député PCF Fabien Roussel sur LCI. Emmanuel Macron, «m'a demandé si nous étions prêts à travailler dans un gouvernement d'union nationale» et si une telle initiative «était la solution pour sortir le pays de la crise», a ajouté Fabien Roussel, reçu mardi soir par le chef de l'Etat à l'Elysée.

«J’ai trouvé un président plutôt à l’écoute, qui prend des notes, qui cherche des solutions», a ajouté Fabien Roussel avant d’affirmer:

«Je pense qu’on a intérêt à avoir beaucoup d’humilité et de responsabilité dans la période, lui comme nous. Je lui ai parlé avec franchise, je lui ai dit que les Français avaient utilisé et le bulletin de vote de la gauche et de l’extrême droite pour voter contre Macron. Donc il a besoin de changer fortement sa politique. Il sourit parce que je lui parle franchement mais il m’a dit qu’il avait entendu le message». Il envisage ou la constitution d'un gouvernement d'union nationale, s'il y avait les partis pour y participer, ou d'aller chercher les soutiens au cas par cas, selon les sujets.

06h52: Après l’appel d’Edouard Philippe à former une coalition de plusieurs partis, le patron du parti LR, Christian Jacob, a immédiatement refusé la proposition du maire du Havre à l'issue d'un bureau politique : «Certainement pas. Le bilan d'Edouard Philippe est un bilan triste. La gestion calamiteuse des finances publiques de l'ancien pensionnaire de Matignon. «La ligne de la compromission, c'est lui qui l'a incarnée» !

06h02: La députée insoumise Mathilde Panot a été réélue à l'unanimité à la présidence du groupe LFI à l'Assemblée nationale, lors d'un vote mardi en fin de journée. La députée du Val-de-Marne, âgée de 33 ans, était la seule candidate à ce poste qu'elle occupait déjà lors de la précédente législature. Jean-Luc Mélenchon lui avait passé le relais à la tête des députés LFI en octobre 2021. Elle va diriger un groupe bien différent désormais, avec environ 75 députés, au sein d'une coalition de gauche Nupes de quelque 150 élus.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de MICMAH458
23/juin/2022 - 10h58

Ce manu me surprendra toujours : il est seul responsable de ce qui arrive (cela fait 5 ans qu'il se fout un peu de la France, et heureusement le peuple s'en rend compte de plus en plus), et il parvient à dire aux autres de lui faire des propositions pour le tirer de la situation délicate dans laquelle il s'est mis.  Bref, c'est jamais moi, c'est toujours de la faute des méchants autres qui me veulent du mal en me mettant des bâtons dans les roues.  Le petit roi que je suis est bien déçu du manque de reconnaissance à mon égard. 

Portrait de muzo 28
23/juin/2022 - 10h13

Il est temps que tout ce beau monde se mette enfin au travail, ou ont ils pour objectif de prendre d'abord des vacances en août?

Portrait de Vous l'avez élu
23/juin/2022 - 08h16

Le message de Macron aux oppositions:

"vous avez 48h pour me sortir de la m.... dans laquelle je me suis mis ! "

Quel guignol ! Pas sur que ça marche smiley

Remarquez, quelques LR sont déjà venus lui faire des avances ... étonnant non ? smiley

Ce que j'aime bien chez lui c'est la façon dont il assume ses responsabilités ... lol 

Portrait de Calla
23/juin/2022 - 07h38

Ce qui va être intéressant dans ce Gouvernement  ça ne sera plus qu'un seul homme qui va gouverner le pays :  Plus de Jupiter !!!!!!!

Portrait de chaparals
22/juin/2022 - 22h04

le 49.3 a toutes les sauces ....

Portrait de remarques
22/juin/2022 - 21h16
Rd78 a écrit :

Il n'a pas été élu par adhésion, mais par rejet de Marine Le Pen.

Aujourd'hui il en paye le prix

Pas du tout, pas par rejet intime des électeurs mais par manipulations psychologiques !

Le gamin a été élu avec l'aide des médias complices qui ont instaurés la peur du RN en martelant sans arrêt LE PIRE !

Portrait de Rd78
22/juin/2022 - 21h16
remarques a écrit :

Pas du tout, pas par rejet intime des électeurs mais par manipulations psychologiques !

Le gamin a été élu avec l'aide des médias complices qui ont instaurés la peur du RN en martelant sans arrêt LE PIRE !

C'est vrai aussi

Portrait de Rd78
22/juin/2022 - 21h08
RED.2510 a écrit :

C'est votre opinion mais bizarrement il est toujours là et à la tête du 1er groupe à l'assemblée nationale. 

Donc votre réponse est quand même très bancale même si elle vous convient 

Non, c'est une constatation. L'ensemble des partis politiques - LFI, inclus, les sportifs, les artistes, journalistes ont appelés à faire barrage à Marine Le Pen. Ils n'ont pas appeler à voter pour la politique de Macron. Si il y avait eu un vote pour la politique de Macron, il aurait une majorité claire et absolue à l'assemblée nationale.

Voter pour une personne puis voter contre sa politique, ce n'est pas très logique

Portrait de Rd78
22/juin/2022 - 20h52

Il n'a pas été élu par adhésion, mais par rejet de Marine Le Pen.

Aujourd'hui il en paye le prix

Portrait de bergil
22/juin/2022 - 20h47

Pas une fois il n'a dit s'être trompé en ayant gouverné seul avec son éminence grise de l'Elysée pendant les 5 ans passés  ,maintenant dans la difficulté de rallier des traitres il essaie de culpabiliser les partis adverses ! Toujours la même tactique 

Portrait de Galileo.
22/juin/2022 - 20h22

Ah il ferait presque de la peine à voir !

Il se disait Maitre des horloges..... et le voila  surveillant de la pointeuse ! smiley

Portrait de ManofSarlat
22/juin/2022 - 19h59
swatss a écrit :

Ben alors , on a pas pris c'est gouttes mon brave...

Combien de fois les hommes en bouse blanche vous l'ont dit...

Tiens l'alcoloo essaye de comprendre ça :

L'avenir de Élisabeth Borne est incertain après la perte de la majorité absolue à l'Assemblée. Elle a remis sa démission mardi à Emmanuel Macron, qui l'a refusée. Le chef de l'État est en recul également, avec 41% d'opinions positives, et des plus fortes interrogations quant à sa capacité à mener les réformes promises (45%, -3 pts).

Portrait de ManofSarlat
22/juin/2022 - 19h57
swatss a écrit :

Zemmour ne sera pas devant sa télé pour regarder l'allocution , car il a piscine....

AH on me dit que NON il n'a plus piscine depuis que son abonnement à la piscine de Ritz  a été annulé dû à un mauvais comportement... ( mais au faite , il n'a pas dit pendant la campagne présidentielle , qu'il allait dans une piscine municipale ??? smiley ) ...

Donc il se peut qu'il soit devant ça télé alors... smiley

Tu fais vraiment pitié l’alcoolique!

Portrait de swatss
22/juin/2022 - 19h55
ManofSarlat a écrit :

T'es vraiment un pauvre type complétement inculte! Retourne cuver c'est le mieux que tu saches faire. Si tous les électeurs de Macron sont aussi cons que toi, effectivement la France est dans la merde!

Ben alors , on a pas pris c'est gouttes mon brave...

Combien de fois les hommes en bouse blanche vous l'ont dit...

Portrait de swatss
22/juin/2022 - 19h54

Zemmour ne sera pas devant sa télé pour regarder l'allocution , car il a piscine....

AH on me dit que NON il n'a plus piscine depuis que son abonnement à la piscine de Ritz  a été annulé dû à un mauvais comportement... ( mais au faite , il n'a pas dit pendant la campagne présidentielle , qu'il allait dans une piscine municipale ??? smiley ) ...

Donc il se peut qu'il soit devant ça télé alors... smiley

Portrait de ManofSarlat
22/juin/2022 - 19h53
swatss a écrit :

En attendant mon brave le président c'est MACRON , et les 245  sièges sont pour lui ... 

Alors oui mon cher je peut me permettre de faire le mariole , contrairement à vous...

T'es vraiment un pauvre type complétement inculte! Retourne cuver c'est le mieux que tu saches faire. Si tous les électeurs de Macron sont aussi cons que toi, effectivement la France est dans la merde!

Portrait de Marine70
22/juin/2022 - 19h50 - depuis l'application mobile

il va faire ce qu’il fait de mieux : parler pour rien dire et nous baratiner

Portrait de swatss
22/juin/2022 - 19h47
ManofSarlat a écrit :

Vous faites encore le mariole avec la féssée de dimanche?

En attendant mon brave le président c'est MACRON , et les 245  sièges sont pour lui ... 

Alors oui mon cher je peut me permettre de faire le mariole , contrairement à vous...

Portrait de ManofSarlat
22/juin/2022 - 19h35
swatss a écrit :

Ah bon , tellement en adulation vers votre pseudo dieu Z , que vous déblatérez des énormités...

Depuis quand une allocution  d'un président de se fait avant 20H.

Et même si cela se veux sarcastique ben c'est loupé...

Vous faites encore le mariole avec la féssée de dimanche?

Portrait de ManofSarlat
22/juin/2022 - 19h32
RED.2510 a écrit :

1. Pourquoi démissionnerait-il ? il a été élu par le peuple et son parti est le premier parti de France 

2. Vous avez l'insulte facile,  c'est la preuve de votre limite intellectuelle 

3. Vous propagez des rumeurs sans aucune preuve avec des sous-entendus homophobes,  c'est plus que limite....

Élu par défaut les législatives l'ont bien montré dimanche dernier.

Portrait de bergil
22/juin/2022 - 18h38
i Know You a écrit :

Il courre ?

Je sais pas si Bayrou courre , en tout cas les juges ne sont pas pressés de le rattraper !

Portrait de swatss
22/juin/2022 - 17h13
••• Phoebus••• a écrit :

Allons, allons ! Laissons lui quand même le fait qu'il a la délicatesse de faire son allocution après la passage d'Eric Zemmour ce soir chez C.Kelly de 19 à 20 H. smiley

Ah bon , tellement en adulation vers votre pseudo dieu Z , que vous déblatérez des énormités...

Depuis quand une allocution  d'un président de se fait avant 20H.

Et même si cela se veux sarcastique ben c'est loupé...

Portrait de swatss
22/juin/2022 - 17h10
CharlieChap a écrit :

Il va annoncer quoi? Que sa femme est en fait un homme, que dans son gouvernement, il n'y a que des violeurs, des escrocs, etc... Il va chouiner pour qu'on compati à son petit malheur d'enfant gâté pourri? Qu'il aille se faire voir chez son copain (amant) zelensky. 

Wahouuu , donc tu t'es inscrit ici où dû moins recréer un pseudo pour débiter autant de stupidités...  

Portrait de COLIN33
22/juin/2022 - 16h23 - depuis l'application mobile

Au fait il y a toujours la guerre en Ukraine ? depuis dimanche il n mange de la politique matin, midi et tu soir, avec cette allocution on en remet une couche......

Portrait de MILF
22/juin/2022 - 12h05

Alerte MILF !

Portrait de Calla
22/juin/2022 - 11h00

Quand est - ce qu'il va s'exprimer devant le peuple  ? 

Portrait de ago47
22/juin/2022 - 10h42
36 15 code red macron a écrit :

et apres red2510 vient nous dire que macron est le grand gagnant de ces legislatives....tellement desesperé que macron va vouloir s'allier avec tout le monde comme il le fait depuis 5 ans....et apres il vient nous dire que ce sera le bordel en france alors que tout est de sa faute depuis plus de 10 ans...

En effet. Le Suffisant McRon est le seul responsable de cette situation. Il aura réussi le tour de force de faire rentrer massivement à l'assemblée Nationale l'extrême droite et l'extrême gauche.

Portrait de dodo34
22/juin/2022 - 09h03

on nous la ressort de temps en temps....franchement ...elle sert a quoi ????

Portrait de MICMAH458
22/juin/2022 - 08h56

Nous voilà bien avec tous ces politiques qui ne relèvent pas le niveau, aucun d'eux ou à de rares exceptions près, n'ont le charisme et l'honnêteté nécessaires.  Quand on voit avec quelle facilité ces "boni-menteurs", droit dans les yeux et avec grande conviction, sont capables de détourner des faits avérés qui ne les servent pas, c'est assez sidérant et comment encore leur accorder notre confiance ?  Mais il ne fallait pas voter pour eux, c'est tant pis.  Par contre, que macron se débrouille : il a toujours voulu régner sans partage, en divisant les autres partis, et maintenant il cherche des alliances pour sortir par le haut ?  Cela va être bien difficile.

Portrait de Blondissime
22/juin/2022 - 08h52

Quand il s'agit de se voter des avantages, Morano, Melanchon 1er et autres sont bien d'accord pour participer à l'union nationale