20/06 18:02

Cédric Jubillar, soupçonné d'avoir tué son épouse Delphine disparue en 2020 dans le Tarn, fait appel de la décision de la justice de le maintenir en détention - Son recours sera examiné le 28 juin

Cédric Jubillar, soupçonné d'avoir tué son épouse Delphine disparue en 2020 dans le Tarn, a fait appel de la décision de la justice de le maintenir en détention et son recours sera examiné le 28 juin, selon un de ses avocats.

Un de ses avocats, Jean-Baptiste Alary, qui réclame depuis des mois la remise en liberté de son client, a indiqué à l'AFP qu'une audience avait été programmée devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse le mardi 28 juin à 08h30, sans pouvoir préciser si Cédric Jubillar serait présent.

Le 13 juin, alors que l'échéance du mandat de dépôt d'un an approchait, un juge des libertés et de la détention (JLD) du tribunal judiciaire de Toulouse a prolongé de six mois la détention du mari de l'infirmière de Cagnac-les-Mines, disparue depuis le 16 décembre 2020.

Six mois après la disparition de sa femme, Cédric Jubillar, peintre-plaquiste de 34 ans, a été mis en examen pour homicide volontaire et emprisonné, à l'isolement, dans la maison d'arrêt de Seysses, près de Toulouse.

Delphine Jubillar, 33 ans, infirmière dans une clinique d'Albi, a été vue pour la dernière fois dans la soirée du 15 décembre 2020, dans sa maison de Cagnac-les-Mines, le village proche d'Albi où elle vivait avec son mari et ses deux enfants.

Même s'il clame son innocence, Cédric Jubillar a rapidement fait figure de principal suspect pour les enquêteurs.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions