13/06 14:30

Affaire Delphine Jubillar: Le juge de la détention et des libertés a décidé du maintien en détention de Cédric Jubillar - Ses avocats annoncent qu'ils vont faire appel - VIDEO

La justice a prolongé lundi de six mois la détention de Cédric Jubillar, soupçonné d’avoir tué son épouse, Delphine, disparue fin 2020 dans le Tarn, et emprisonné depuis un an près de Toulouse.

Ses avocats ont aussitôt annoncé qu’ils faisaient appel de la décision du juge des libertés et de la détention (JLD) du tribunal judiciaire de Toulouse. « La justice a décidé de prolonger la détention de Cédric Jubillar considérant qu’il restait des investigations à mener », a déclaré Alexandre Martin, avocat de Cédric Jubillar, après avoir pris connaissance de la décision du juge.

Delphine Jubillar, 33 ans, infirmière dans une clinique d’Albi, a été vue pour la dernière fois le 15 décembre 2020 au soir, dans sa maison de Cagnac-les-Mines, le village proche d’Albi où elle vivait avec son mari et ses deux enfants. Son mari a signalé sa disparition le lendemain à l’aube. Il clame son innocence, mais après six mois d’enquête, il a été mis en examen pour homicide volontaire et écroué, le 18 juin 2021.

Après un an de détention, le JLD devait se prononcer sur son maintien en prison, alors que les avocats de Cédric Jubillar ont plaidé pour sa remise en liberté jeudi, lors d’une audience à huis clos. Son avocate Emmanuelle Franck décrit « un Cédric Jubillar broyé, par un engrenage judiciaire, une machine judiciaire, qui incarcère d’abord et réfléchit après ». Ses conseils ont dix jours pour faire officiellement appel.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de LISCO
14/juin/2022 - 07h22
iceman a écrit :

C'est pourtant simple et n'est pas un secret, ça a été annoncé. Il ne s'agit pas d'innocence ou de culpabilité. L'enquête n'est pas encore terminée et le faisceau d'indices fait que les magistrats estiment qu'il y a un risque de disparition de preuves éventuelles s'il est dehors.

On peut tout à fait être contre le principe général de la détention provisoire, ce qui est plutôt mon cas, mais vu qu'elle existe, elle est relativement logique ici.

si la justice a peur qu'il détruise des preuves il suffit de l'assigner a résidence sous bracelet electronique a l'autre bout de la France, c'est aussi simple que cela.

Portrait de iceman
13/juin/2022 - 20h58
LISCO a écrit :

Il clame son innocence, pas de preuve, pas de corps, pas de risque de fuite du prévenu et il est en prison depuis un an.... il serait intéressant de connaitre les attendus du tribunal pour le maintenir en prison.

C'est pourtant simple et n'est pas un secret, ça a été annoncé. Il ne s'agit pas d'innocence ou de culpabilité. L'enquête n'est pas encore terminée et le faisceau d'indices fait que les magistrats estiment qu'il y a un risque de disparition de preuves éventuelles s'il est dehors.

On peut tout à fait être contre le principe général de la détention provisoire, ce qui est plutôt mon cas, mais vu qu'elle existe, elle est relativement logique ici.

Portrait de LISCO
13/juin/2022 - 18h51

Il clame son innocence, pas de preuve, pas de corps, pas de risque de fuite du prévenu et il est en prison depuis un an.... il serait intéressant de connaitre les attendus du tribunal pour le maintenir en prison.

Portrait de bergil
13/juin/2022 - 17h37

Sans vouloir préjuger de l'affaire , présomption d'innocence  Jubillar reste en prison , présomption d'innocence Abad reste ministre !

Portrait de serguei
13/juin/2022 - 16h00

Le juge des libertés a du faire un stage en Chine ou en Iran et il applique les mêmes décisions à la c.n  !  Pas la moindre preuve concrête, pas de corps : c'est le contribuable qui paiera l'indemnité quand Jubilar, libéré, poursuivra l'état !...