16/02/2011 10:20

Hillary Clinton veut défendre la liberté d'internet

La secrétaire d'Etat américaine a plaidé mardi pour la liberté sur internet, affirmant que les pays qui censurent la toile risquent de subir un retour de bâton, comme l'Egypte et la Tunisie.   Dans un discours prononcé devant l'université George Washington dans la capitale américaine, Mme Clinton a en outre affirmé que la diffusion de milliers de câbles diplomatiques américains par WikiLeaks était le résultat d'un "vol" qui ne remettait pas en cause l'engagement des Etats-Unis envers la liberté d'accès à internet.  

Dans son deuxième discours sur le sujet en un an, Mme Clinton a souligné que les Etats-Unis soutenaient les "libertés d'expression, de réunion et d'association en ligne", appelant les autres pays à faire de même. 

"Nous sommes à un moment critique", a dit Mme Clinton. "Les choix faits aujourd'hui détermineront à quoi ressemblera internet à l'avenir".  

Elle a assuré que les Etats-Unis continueraient d'aider "les gens qui se trouvent dans un environnement d'oppression sur internet".  

"Internet est devenu l'espace public du XXIe siècle", a-t-elle ajouté, estimant que les manifestations en Egypte et en Iran alimentées par Facebook, Twitter et YouTube reflètaient "la puissance des technologies de connexion en tant qu'accélérateurs du changement politique, social et économique".  

"Regardez ce qui s'est passé en Tunisie, où l'activité économique en ligne a été une part importante des liens économiques du pays avec l'Europe, alors que la censure en ligne était du niveau de celle de la Chine ou de l'Iran", a-t-elle souligné. Pourtant dans ce pays, "les gens, particulièrement les jeunes, ont trouvé des moyens d'utiliser les nouvelles technologies pour s'organiser et partager leurs griefs".

Ailleurs sur le web

Vos réactions