20/05 09:41

Malaise TV (Suite) : Ce moment de souffrance en direct sur France 3 de Sophie Carnicer, candidate Rassemblement National aux législatives du Territoire de Belfort - Vidéo

C'est une nouvelle séquence de malaise qui ressort sur les réseaux sociaux et que l'on doit une fois de plus à nos confrères de France 3 qui organisent en ce moment des débats dans chaque région. Cette fois, c'est donc Sophie Carnicer, candidate RN aux législatives dans la 2e circonscription du Territoire de Belfort, a souffert le plateau de France 3 Franche-Comté.

Comme souvent dans ces cas là, c'était sa première prestation à al télévision, et visiblement elle va s'en rappeler pendant plusieurs années. 

"Comment résoudre cette équation : de moins en moins d’argent au niveau des collectivités locales et une demande de plus en plus forte de services publics, ou de services à la population au sens large ? » lui a demande le journaliste en plateau. La candidate RN semble totalement désarçonnée par cette question, fait un long silence, hésite et fini par lâcher une phrase pour el moins étrange : "En économisant… sur l’immigration ?". Puis, un peu comme à l'école face à un professeur, elle fini par lâcher : "Je n’ai pas préparé, je suis désolée".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de muriel1992
20/mai/2022 - 19h02
Jacques Dorel a écrit :

Les candidats des partis d'extrême droite sont souvent étranges. A chaque élection on tombe sur des "pépites". 

Normal, quand il s'agit de parler d'immigration ; des vrais champions olympiques. Le journaliste lui avait posé une question sur le service public, la seule réponse qui sortait de sa gorge : immigration. A mourir de rire.

Portrait de stbx00
20/mai/2022 - 11h37

C'est vraiment à se demander que viennent faire ces candidats sur un plateau de TV. Ok on peut débuter, ne pas être à l'aise mais il faut quand même avoir quelquechose à dire. Vouloir devenir député avec si peu de bagage, c'est gênant...

Portrait de Jacques Dorel
20/mai/2022 - 11h34

Les candidats des partis d'extrême droite sont souvent étranges. A chaque élection on tombe sur des "pépites".