19/05 19:17

Damien Abad annonce quitter la présidence du groupe Les Républicains à l'Assemblée et se mettre en congé de son parti dans une interview au Figaro alors que la rumeur de son entrée au gouvernement enfle

19h15: Dans un entretien au Figaro, Damien Abad annonce quitter la présidence du groupe LR à l'Assemblée et se mettre en congé de son parti. "Oui, je décide aujourd’hui de quitter ma fonction de président du groupe LR à l’Assemblée dans un souci de clarté, de cohérence et de responsabilité. C’est une preuve de courage, de respect vis-à-vis de mes collègues et de clarté dans mes choix futurs. Je reste un homme de droite mais je me mets en congés de mon parti LR.

Malgré nos désaccords, je garde beaucoup d’amitié pour bon nombre de mes collègues députés mais nos différences se sont accélérées ces dernières semaines avec les décisions du bureau politique et les choix de la présidentielle au second tour. J’en tire les conséquences aujourd’hui."

Né à Nîmes en 1980, Damien Abad a commencé sa carrière politique au Nouveau Centre, parti de centre-droit allié à l’UMP (ex-Les Républicains). I a été élu député européen en 2009 sur la liste de la majorité présidentielle, dans la circonscription Sud-Est. A 29 ans, il est devenu l'un des plus jeunes eurodéputés.

En 2010, il a été élu conseiller régional en Auvergne-Rhône-Alpes, et a finalement été investi député de l'Ain par l'UMP en 2012. Diplômé de Sciences Po Paris et maître de conférence en finances publiques, Damien Abad est aujourd'hui membre de la Commission des Finances et spécialiste des questions budgétaires.

16h11: Le président des Républicains, Christian Jacob, a demandé ce jeudi 19 mai à Damien Abad, au centre de spéculations sur un ralliement à la macronie, de «quitter ses fonctions» à la tête du groupe LR à l'Assemblée nationale. Une requête en forme de rupture. «Je lui ai demandé ce (jeudi) matin de sortir de l'ambiguïté» et «il m'a réclamé un délai supplémentaire pour attendre la composition du gouvernement», a indiqué Christian Jacob dans un communiqué

«Dans ces conditions, je lui ai signifié qu’on ne pouvait pas attendre le bon vouloir d’Emmanuel Macron de le prendre ou de ne pas le prendre au gouvernement et qu’il devait dès maintenant quitter ses fonctions de président du groupe», a-t-il ajouté. «J'ai toujours pris mes responsabilités et, une fois encore, je les prendrai» avec «clarté et franchise», a réagi sur Twitter Damien Abad, en assurant qu'il s'exprimerait dans une interview au quotidien Le Figaro.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de mestoutou
20/mai/2022 - 09h20

Monsieur, vous êtes un opportuniste et qu'en temps qu'ex- président du groupe républicain à l'assemblée, vous êtes un traitre à votre famille politiquesmiley 

Portrait de MS54840
20/mai/2022 - 09h05

LR est prêt à tous pour renier son parti pour avoir une place auprès de Sir Macron ! On vote contre le PS et LR et on les retrouve chez LREM à quoi bon voter!: aucun représentant de LFI-RN qui eux était largement devant ces partie. On se protège entre potes.

Portrait de FRGD
20/mai/2022 - 08h02
Seraphim21 a écrit :

Pourquoi l'entrée au conseil des imams de France? Il est catho d'origine espagnole . 

C'est un islamo-droitiste compromis. 

Portrait de FRGD
19/mai/2022 - 22h16

Vous êtes sûrs qu'il rentre au gouvernement ? J'aurais mis un billet sur son entrée au conseil national des imams de France.

Portrait de Pirate 92
19/mai/2022 - 20h05
bertrand85 a écrit :

Qui pense encore que LR et LREM sont deux partis avec des convictions différentes? Bonnet blanc et blanc bonnet. Le seul vote utile est celui pour Mélenchon. Les Français n'ont rien à attendre de bon de la part des autres qui ne roulent que les puissances de l'argent.

Pour quelles puissances roule la Méluche, les puissances de la mosquée Al-Azhar

Portrait de bertrand85
19/mai/2022 - 19h47

Qui pense encore que LR et LREM sont deux partis avec des convictions différentes? Bonnet blanc et blanc bonnet. Le seul vote utile est celui pour Mélenchon. Les Français n'ont rien à attendre de bon de la part des autres qui ne roulent que les puissances de l'argent.