28/04 13:02

Le directeur d'un supermarché Lidl de l'Yonne entame avec le soutien des salariés de son magasin une grève de la faim - Découvrez pourquoi!

Le directeur du supermarché Lidl de Joigny (Yonne), accusé d'avoir enfreint la politique sur les achats personnels puis licencié, a indiqué qu'il avait entamé avec le soutien des salariés de son magasin une grève de la faim dans le but d'être réintégré. Ce dirigeant de 30 ans, en poste depuis quatre ans, a appris son licenciement pour "cause réelle et sérieuse" dans un courrier en date du 15 avril, que l'AFP s'est procuré. Sa direction lui reproche d'avoir "sorti" fin février à des "fins personnelles" et "sans s'acquitter de leur paiement" quatre articles d'un autre supermarché du groupe dans lequel il avait exceptionnellement été appelé en renfort et de ne les avoir remboursés que trois jours plus tard. Le montant de ce "transfert de marchandises" s'établit à 89,95 euros.

"J'ai commencé ce matin une grève de la faim devant le magasin en vue d'obtenir ma réintégration", a indiqué le salarié, par ailleurs conseiller municipal de la ville. Selon lui, Lidl lui avait pourtant initialement assuré le 6 avril qu'il subirait simplement "5 jours de mise à pied".

Lundi et mardi, les employés du supermarché s'étaient mis en grève pour soutenir leur directeur du magasin, désigné 3e des meilleurs établissements de la région en 2021. "J'ai été naïf, a-t-il expliqué. C'était pour me dépanner. On m'avait appelé pour donner un coup de main dans un autre établissement et j'avais fini vers une heure du matin. J'ai fait ensuite une démarche pour régulariser, mais j'ai oublié de rembourser le lendemain et je ne l'ai fait que deux jours plus tard compte tenu de mes très nombreuses obligations professionnelles".

Dans son courrier, la direction estime qu'il a "altéré le lien de confiance" et "manqué à ses obligations de loyauté", de même qu'à ses "obligations contractuelles". "Cette sanction a été prise sur la base de fautes commises et établies pour lesquelles nous disposons d’éléments factuels et solides", a réagi dans un communiqué Lidl, qui "n'entend pas revenir sur sa décision". "La situation est incompréhensible et inadmissible", a pour sa part indiqué Mohamed Sylla (Unsa). "Si la fraude est avérée, comment peut-on le laisser ensuite gérer son magasin pendant un mois et demi? Ce n'est pas sérieux. Toute son équipe le soutient, le symbole est fort".

Mercredi, le syndicaliste a indiqué avoir fait appel à un médecin pour examiner le directeur licencié. 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de cochepa
28/avril/2022 - 15h56

Le sketch de l'humoriste "labajon" sur lidl n'est caricatural mais presque proche de la réalité ! Ce sont juste je pense tiré de fait reel juste grossis ... mais bon ya pas que lidl qui pratique se genre d'action ! 

J'espère que cet employé gagnera aux prud'hommes ! Et qu'il trouvera un buen meilleur employeur ! 

Portrait de swatss
28/avril/2022 - 13h51
Karim el_Karim a écrit :

ben tiens je vais faire pareil, sortir 2 ou 3 articles et payer plus tard, pas sur qu'il soit d'accord

c'est du vol, c'est licenciement ! et vu la mauvaise pub qu'il est en train de faire a lidl, ca mérite peut être aussi un procès !

Très réducteur ce que vous dites...

Un vol c'est lorsque vous n'avez en aucun cas l'intention de payer.

Dans son cas c'est un oubli , et même Lidl le savait car il lui avait annoncé une mise à pied de 5 jours pour la sanction ( et sur ce fait rien à dire ).

Et de plus , on ne laisse pas géré en tant que directeur un magasin pendant un mois et demi pour sanctionner une personne au motif de faute grave... Au prud’homme il gagnera gain de cause.

Maintenant pour ce qui est du fait que l'on parle de Lidl et  une action en justice , laissez moi en rire.

Que l'on parle en bien où en mal Lidl en sortira toujours gagnant , car vous verrez que Lidl va laisser mijoter cette affaire , et sortira lors d'une consultation un nouveau post pour ce directeur  et bingo pour les deux...

Portrait de seb2746
28/avril/2022 - 13h48

lidl = rentabilité et exclusivement ça.

Un peu + 700 procès aux prud'hommes/an, y'a ptet une raison non ?

 

Il est viré point barre et idem pour les employés, des centanes de sans emploi seront heureux de taffer 70h/semaines comme des esclaves avec des cadres qui harcelent physiquement et moralement payées 39.