15/03 08:21

Un Britannique de 31 ans a été condamné à la prison à vie, avec un minimum de 13 ans de détention, pour avoir projeté le meurtre d'un blogueur pakistanais

Un Britannique de 31 ans a été condamné à la prison à vie, avec un minimum de 13 ans de détention, pour avoir projeté le meurtre d'un blogueur pakistanais critique d'Islamabad, selon le parquet britannique. Le tribunal de Kingston Upon Thames (sud-ouest de Londres) a écarté le motif terroriste mais a souligné la dangerosité de l'accusé, selon le parquet (Crown prosecution service, CPS). Muhammed Gohir Khan, originaire de l'est de Londres, avait été arrêté et inculpé en juin 2021 pour conspiration entre le 16 février et le 24 juin en vue d'assassiner Ahmad Waqass Goraya, blogueur critique des autorités pakistanaises, qui vit en exil aux Pays-Bas.

La procureure Alison Morgan avait affirmé lors des audiences que M. Khan s'était vu offrir 100.000 livres (120.000 euros) pour éliminer le blogueur. Il s'était rendu en juin 2021 à Rotterdam, où vit sa cible, pour acheter un couteau et tenter de le localiser, avait-elle ajouté, images de surveillance et transcriptions d'échanges sur la messagerie cryptée Signal à l'appui.

Mais M. Goraya n'était pas chez lui et M. Khan avait rebroussé chemin. Il avait été arrêté à Londres à son retour des Pays-Bas. M. Khan avait plaidé non coupable, affirmant qu'il voulait toucher l'argent car il était endetté de 200.000 livres (240.000 euros) et ne pouvait payer ses créanciers avec son emploi de livreur pour un supermarché, mais qu'il n'avait jamais eu l'intention de passer à l'acte.

Après le verdict de culpabilité de l'accusé, prononcé le 28 janvier, le blogueur avait accusé les autorités de son pays d'être derrière le projet d'assassinat, disant espérer "que les véritables personnes qui ont envoyé ces types seront également poursuivies un jour". Après la condamnation, la police de Londres a réitéré vendredi soir son appel à témoins pour tenter d'identifier un intermédiaire et indiqué que les investigations se poursuivaient.

Fin janvier 2017, Ahmad Waqass Goraya avait été libéré après plusieurs semaines de rétention arbitraire au Pakistan et s'était empressé de retourner aux Pays-Bas où il vit avec sa femme et ses deux enfants.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions