06/03 20:09

Guerre en Ukraine - Vladimir Poutine dit cet après-midi à Emmanuel Macron qu’il atteindra ses objectifs "soit par la négociation, soit par la guerre"

20h08: Après Visa et Mastercard, American Express suspend à son tour ses opérations en Russie. "Les cartes American Express émises dans le monde entier ne fonctionneront plus chez les commerçants ou distributeurs de billets en Russie. En outre, les cartes émises en Russie par des banques russes ne fonctionneront plus hors du pays dans le réseau mondial American Express", détaille l'entreprise dans un communiqué, qui précise également mettre fin à toutes ses opérations commerciales en Biélorussie.

17h33: Vladimir Poutine a assuré à Emmanuel Macron qu'il n'était «pas dans son intention» d'attaquer les centrales nucléaires ukrainiennes, dont celle de Tchernobyl, a affirmé dimanche la présidence française, à l'issue d'un entretien téléphonique entre les présidents russe et français.

«Le président Poutine a dit qu'il n'était pas dans son intention de procéder à des attaques de ces centrales. Il a dit aussi qu'il était prêt à respecter les normes de l'AIEA pour la protection des centrales», a dit la présidence à la presse, après le bombardement le 4 mars de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie, la plus grande d'Europe.

17h03: Le président français Emmanuel Macron s’est de nouveau entretenu au téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine, a annoncé dimanche la présidence française, alors que Kiev affirme que les troupes russes vont bombarder le port d’Odessa. Cet appel, à l’initiative du président français, a duré de midi à 13h45. Lors de son échange avec Vladimir Poutine, Emmanuel Macron a notamment insisté pour que « le droit international humanitaire soit pleinement respecté, la protection des civils soit organisée, l’accès humanitaire soit permis », notamment à Marioupol.

Dans sa réponse, Poutine « a nié que son armée prenne des civils pour cible » et il « a expliqué que la responsabilité revenait aux Ukrainiens de sortir ou non des villes encerclées », fait savoir l’Elysée.

Lors de cet échange, Poutine « a rappelé ses quatre exigences » : dont la « dénazification », la reconnaissance de la Crimée russe, et la reconnaissance de l’indépendance du Donbass, toujours selon l’Elysée. Il a précisé que ces objectifs seront « remplis soit par la négociation soit par la guerre ». Le président russe a aussi assuré qu’il n’était « pas dans son intention » d’attaquer les centrales nucléaires ».

Emmanuel Macron devrait s’entretenir dans la soirée avec Volodymyr Zelensky, le dirigeant ukrainien.

14h11: L'aéroport Havryshovk de la ville de Vinnytsia, à quelque 200 km au sud-ouest de Kiev, a été détruit par des frappes russes, annonce le président Volodomyr Zelensky sur Twitter. La ville compte près de 370.000 habitants. Le chef d'État ukrainien parle de huit missiles et appelle une nouvelle fois à fermer l'espace aérien au-dessus de son pays.

12h31: La présidence française indique qu'Emmanuel Macron va à nouveau s'entretenir avec le président russe Vladimir Poutine.

12h02: La municipalité de Marioupol indique qu'un accord de cessez-le-feu temporaire a été convenu avec les forces russes pour évacuer les civils

10h28: D'après un nouveau décompte, l'ONU annonce que plus de 1,5 million d'Ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de l'invasion russe. Ce chiffre constitue la crise de réfugiés la plus rapide depuis la Seconde Guerre mondiale.

"Plus de 1,5 million de réfugiés venant d'Ukraine ont traversé vers les pays voisins en dix jours. Il s'agit de la crise des réfugiés qui connaît la croissance la plus rapide en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale", a indiqué dans un tweet le Haut Commissaire aux réfugiés Filippo Grandi.

09h29: La ville de Marioupol annonce vouloir évacuer ses civils ce dimanche à partir de midi, heure locale, soit 11 heures, heure de Paris. Une première tentative d'évacuation avait échoué samedi, la municipalité accusant les forces russes d'avoir violé le cessez-le-feu à plusieurs reprises.

07h47: L'armée russe maintient ce dimanche la pression sur le sud de l'Ukraine et sur Kiev au onzième jour de l'invasion, le président Vladimir Poutine menaçant de priver le pays de son "statut d'Etat". Samedi, il comparait les sanctions internationales qui frappent la Russie à une "déclaration de guerre". Selon un rapport de l'état-major ukrainien publié ce dimanche sur Facebook, l'armée russe poursuivait son offensive, "concentrant ses principaux efforts sur les environs des villes de Kiev, Kharkiv (est) et Mykolaïv (sud)".

07h02: Il est "impératif" d'évacuer rapidement la population de la ville ukrainienne de Marioupol, assiégée par l'armée russe et ses alliés, en raison de la situation humanitaire "catastrophique", a plaidé un responsable de l'ONG Médecins sans frontières (MSF) en Ukraine. "A Marioupol, la situation est catastrophique et empire de jour en jour", a déclaré à l'AFP Laurent Ligozat, coordinateur d'urgence de l'ONG en Ukraine.

"Aujourd'hui il n'y a plus d'eau; les gens ont énormément de problèmes pour accéder à de l'eau potable et cela devient un enjeu un peu essentiel. Il n'y a plus d'électricité, il n'y a plus de chauffage. La nourriture vient à manquer, les magasins sont vides", a-t-il dit depuis la ville de Lviv, dans l'ouest du pays. MSF disposait déjà de personnel dans ce port stratégique de quelque 450.000 habitants avant l'invasion russe de l'Ukraine la semaine dernière. L'ONG dispose toujours d'équipes sur place, qui y sont bloquées depuis plusieurs jours.

Après plusieurs jours de bombardements, la Russie a annoncé samedi matin un cessez-le-feu et l'ouverture de couloirs humanitaires pour évacuer les civils pris au piège des combats à Marioupol, sur la mer Noire, et de la ville de Volnovakha voisine, également assiégée. Mais les Ukrainiens ont ensuite reporté ces évacuations, invoquant des violations du cessez-le-feu par les forces russes, que ces dernières ont démenties.

"Depuis plusieurs jours tout simplement, il n'y a plus rien qui rentre et qui sort de la ville", a déploré M. Ligozat. Il a lancé un appel aux belligérants pour qu'ils permettent aux civils de quitter les lieux. "Il est impératif que ce corridor humanitaire, qui aurait pu voir le jour aujourd'hui mais qui ne s'est pas vraiment mis en place suite à un non-respect du cessez-le-feu, se mette très rapidement en place pour permettre aux populations civiles, aux femmes et aux enfants de sortir de cette ville", a-t-il affirmé.

06h22: Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé ses compatriotes à chasser les troupes russes du pays. "Nous devons sortir! Nous devons nous battre! Chaque fois que l'occasion se présente", a déclaré Zelensky dans un message vidéo. Il appelle les Ukrainiens à faire comme à Kherson, Berdiansk ou Melitopol et à "chasser ce mal de nos villes". Selon les informations rapportées ces derniers jours, des citoyens non armés de ces villes se sont opposés aux unités russes et l'occupation n'a donc été que temporaire. Il était important d'empêcher la création de nouvelles "républiques populaires" comme dans les régions de Donetsk et de Louhansk, a expliqué le président ukrainien.

05h25: Selon la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Hanna Malyar, plus de 100.000 volontaires se sont proposés pour défendre Kiev contre les forces russes, a rapporté l'agence de presse ukrainienne Unian. Après la guerre avec la Russie, les unités de volontaires ne seront pas dissoutes mais incorporées dans l'armée ukrainienne, a ajouté Hanna Malyar.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Amandecroquante
6/mars/2022 - 10h56
Tranquillou et plus a écrit :

Et si l'ondisait aussi à l'OTAN de faire un pas en arrière, et à l'Ukraine et UE de se mettre à la table des négociations ?

Exactement.

désormais Poutine a perdu et malheureusement le peuple Ukrainien aussi. Stoppons cette ineptie Par le dialogue 

Portrait de Tranquillou et plus
6/mars/2022 - 10h52

Et si l'ondisait aussi à l'OTAN de faire un pas en arrière, et à l'Ukraine et UE de se mettre à la table des négociations ?

Portrait de Amandecroquante
6/mars/2022 - 09h24
RED2510 a écrit :

Et pendant ce temps là,  certains en France pensent encore que Poutine est un homme bien !

Tout le monde pense que Poutine devrait arrêter la guerre

Portrait de Amandecroquante
6/mars/2022 - 08h38
COLIN33 a écrit :

Si les sanctions sont considérées par Poutine comme une déclaration de guerre, on peut en déduire qu'il va étendre son action.
Il faut sauver par tout les moyens le peuple Ukrainien, de toutes façons ce fou de Poutine se vengera sur l'Europe et plus.....
A MORT POUTINE

Tu veux la guerre ? La vraie, pas la guerre froide ?

Portrait de Rocca
6/mars/2022 - 08h13

Et pendant ce temps là les vieux débris de l'ONU se reposent ,pensez il faut absolument qu'ils aient leur Week end ,les Ukrainiens peuvent se faire tuer , mais la reprise des discutions se fera Lundi après midi ,pas le matin car ils ne seront pas réveillés !!!

Portrait de COLIN33
6/mars/2022 - 07h56 - depuis l'application mobile

Si les sanctions sont considérées par Poutine comme une déclaration de guerre, on peut en déduire qu'il va étendre son action.
Il faut sauver par tout les moyens le peuple Ukrainien, de toutes façons ce fou de Poutine se vengera sur l'Europe et plus.....
A MORT POUTINE