25/12 17:02

Plus de la moitié des concessionnaires envisagent "des réductions d'emplois à partir du premier trimestre", en raison des problèmes d'approvisionnement qui paralysent le secteur automobile

Plus de la moitié des concessionnaires (60%) envisagent "des réductions d'emplois à partir du premier trimestre", en raison des problèmes d'approvisionnement qui paralysent le secteur automobile, a annoncé le président du Conseil national des professions de l'automobile (CNPA). L'estimation résulte de "tests qu'on vient de faire auprès des entreprises", a précisé Francis Bartholomé, à la tête de l'organisme qui regroupe les concessionnaires, loueurs et garagistes. Pour éviter ces réductions d'emplois, le CNPA demande au gouvernement d'améliorer sa prise en charge du chômage partiel.

Après une année 2020 plombée par la pandémie de Covid-19, le marché de l'automobile a dû faire face en 2021 à une pénurie de puces électroniques.

En raison de l'explosion des délais de livraison, les ventes de voitures neuves ont chuté et s'annoncent inférieures à celles enregistrées en 2020.

Ce phénomène se répercute en bout de chaîne sur une filière qui emploie 500.000 personnes, a alerté Francis Bartholomé.Dans les concessions, des vendeurs sont déjà pénalisés par ces difficultés, leurs primes de ventes n'étant attribuées dans certains cas qu'à la livraison des véhicules.

"Beaucoup de concessionnaires ont fait ce qu'il fallait pour que les collaborateurs ne soient pas trop pénalisés", a assuré le président du conseil, qui évoque des compensations.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Rocca
26/décembre/2021 - 09h35

Mais c'est normal ,quand on voit que Renault se sépare de son sous traitant Français spécialisé dans la fonderie (carters) et que fait l'état et pourtant ils ont encore leur mot à dire  !!depuis voila une vingtaine d'année la plupart des pièces proviennent d'Asie ,alors qu'auparavant c'était dans des régions Françaises ,mais pour gagner encore plus ils ont préféré ne plus s'occuper des sous traitant Français . maintenant ils le payent et c'est un bienfait ! le pire c'est que pour les médicaments c'est idem .