26/11 14:31

L'animatrice Valérie Damidot évoque les deux avortements qu'elle a subis: "Le médecin m’a bien culpabilisée"

Dans le dernier numéro du magazine "Causette", treize personnalités témoignent de leur avortement. Parmi elles, les lecteurs retrouvent Clémentine Autain, Aurore Bergé, Laurence Rossignol ou encore Valérie Damidot. L'animatrice a décidé de livrer son témoignage au mensuel.

"Tu réalises à quel point la vie te réserve des surprises quand tu tombes enceinte à 20 ans sous pilule, sans oubli. Je n’étais pas prête à être maman", débute-t-elle en expliquant qu'elle a avorté une première fois sur son lieu de vacances, il y a trente-six ans.

"Le médecin censé m’avorter comprenait totalement mes raisons, mais le jour J, il n’a pas pu venir. Son remplaçant m’a bien culpabilisée. “T’es sûre ? C’est un enfant, là. Et c’est irréversible.” À la sortie, je me suis dit : “T’es là pour commettre un acte médical, pas pour me dire que ça va finir à la poubelle, enfoiré"", se souvient l'animatrice en précisant qu'il "faut toujours essayer de venir accompagnée".

"J’ai aussi avorté plus tard, à mon retour de couches, après la naissance de mon fils. J’avais 29 ans et déjà deux enfants. Il n’y a même pas eu de discussion. Mon gynéco n’a pas eu de discours culpabilisant. C’est lui qui l’a pratiqué. C’était très différent. J’assume ce que j’ai fait", continue Valérie Damidot en précisant que "c’est important de ne pas avoir honte de le dire".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Lilou.St.Bo
28/novembre/2021 - 01h02

Elle ne savait pas qu'il existait des moyens de contraception pour profiter de la vie tout en évitant d'être enceinte et de devoir recourir à une (des, pour elle) IVG. 

Portrait de BATHALA68
26/novembre/2021 - 17h02

Banalise un avortement n'est pas correct non plus, c'est un droit mais un acte qui doit marquer quand même ,dingue les femme qui banalise le truc !!!