18/10 14:31

Etats-Unis: Trois Américains jugés pour le meurtre du jeune joggeur noir Ahmaud Arbery, en février 2020, qui avait scandalisé l'Amérique - VIDEO

Trois hommes blancs sont jugés à partir de lundi pour le meurtre du jeune joggeur noir Ahmaud Arbery qui, malgré les efforts de la justice locale pour étouffer l'affaire, avait scandalisé l'Amérique et alimenté les grandes manifestations antiracistes de l'été 2020. Le procès de Gregory McMichael, 65 ans, de son fils Travis, 35 ans, et d'un de leurs voisins William Bryan, 52 ans, commencera par la sélection des jurés dans un tribunal de l'Etat de Géorgie, à Brunswick.

Le 23 février 2020, Ahmaud Arbery, 25 ans, faisait un jogging dans cette localité côtière du sud des Etats-Unis, quand il avait été pris en chasse par les trois hommes. Le père et son fils, armés, étaient à bord du même pick-up, tandis que leur voisin les suivait avec son propre véhicule en filmant la scène. Après une altercation, le jeune McMichael avait ouvert le feu et tué le joggeur.

Les trois hommes avaient ensuite assuré l'avoir pris pour un cambrioleur actif dans les environs et avaient invoqué une loi de Géorgie autorisant de simples citoyens à procéder à des arrestations. Pendant près de trois mois, les services du procureur local, pour qui Gregory McMichael, un policier à la retraite, avait longtemps travaillé, n'avaient ordonné aucune interpellation. Il avait fallu la diffusion de la vidéo du drame, relayée massivement sur les réseaux sociaux début mai 2020 pour que l'enquête soit confiée à la police de l'Etat. Peu après, les trois hommes avaient été interpellés et inculpés pour "meurtre" et "fausse arrestation".

La mort de George Floyd, quelques jours plus tard, sous le genou d'un policier blanc avait relancé le débat sur les violences envers les Afro-Américains et le nom d'Ahmaud Arbery avait résonné dans les cortèges qui ont éclos dans tous les Etats-Unis jusqu'à la fin de l'été. Fresques, slogans, portraits: le jeune joggeur est devenu une figure emblématique du mouvement Black Lives Matter (les vies noires comptent). "Un homme noir devrait pouvoir faire un jogging sans craindre pour sa vie", avait même tweeté le président démocrate Joe Biden à l'occasion du premier anniversaire de sa mort.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de fifeur
19/octobre/2021 - 14h07

C'est "bizarre" quand même, toujours des vidéos représentants des blancs tuer un noir et jamais le contraire et pourtant il y en a plus...

Portrait de seb2746
18/octobre/2021 - 16h59
Citoyen87 a écrit :

Un 'joggeur' qui avait été farfouiller dans une maison en construction de ce quartier (un voisin avait appelé la police et une caméra l'avait filmé) qui n'était pas le sien. Il avait ensuite tenté d'échapper à ses poursuivants en voiture et s'était battu avec l'un d'eux qui tentait de le stopper. Ca ne justifie pas son meurtre mais cela explique le délai.

fake encore et encore pour justifier le meurtre de vos "amis". Vous lisez leurs fausses déclarations sans lire les conclusions de l’enquête.

 

Sur la vidéo en plus, on voit très bien qu'il est agressé avec arme directement sans pouvoir répondre aux coups puis abattu comme un chien.

Portrait de Citoyen87
18/octobre/2021 - 15h38

Un 'joggeur' qui avait été farfouiller dans une maison en construction de ce quartier (un voisin avait appelé la police et une caméra l'avait filmé) qui n'était pas le sien. Il avait ensuite tenté d'échapper à ses poursuivants en voiture et s'était battu avec l'un d'eux qui tentait de le stopper. Ca ne justifie pas son meurtre mais cela explique le délai.