01/08 12:02

La justice russe condamne le géant Google à 34.500 euros d'amende pour n'avoir pas stocké en Russie les données de ses utilisateurs russes

La justice russe a condamné Google à 34.500 euros d'amende pour n'avoir pas stocké en Russie les données de ses utilisateurs russes, première fois que le géant américain est condamné dans le pays pour ce délit.

Le tribunal moscovite de Taganski a reconnu Google coupable d'avoir enfreint la loi sur le stockage des données et condamné le groupe trois millions de roubles (environ 34.500 euros au taux actuel) d'amende, a indiqué une porte-parole du tribunal à l'agence publique Ria Novosti. L'amende maximale pour ce délit est de six millions de roubles.

Les autorités russes tentent depuis plusieurs mois à renforcer leur contrôle sur Internet, développant un système controversé d'"internet souverain" isolé des grands serveurs mondiaux. Depuis 2014, la loi requiert aussi que les entreprises web stockent les données de leurs utilisateurs russes en Russie. C'est la première fois que le géant américain se voit condamné pour violation de cette loi.

L'an passé, les réseaux sociaux Twitter et Facebook avaient été condamnés pour les mêmes motifs. Le réseau social professionnel LinkedIn est lui bloqué en Russie depuis 2016 car il refuse de respecter cette loi. Les autorités russes ont multiplié ces derniers mois les critiques à l'égard des américains Twitter, Facebook et YouTube, mais aussi envers le chinois TikTok, dénonçant leur toute-puissance et critiquant leur modération des contenus, notamment politiques.

Moscou leur reproche notamment de ne pas avoir supprimé des publications appelant à manifester pour l'opposant emprisonné Alexeï Navalny, de censurer des contenus pro-russes ou encore de laisser en ligne des contenus faisant l'apologie de drogues ou du suicide. Les autorités n'ont cessé de serrer la vis d'ailleurs au nom de la lutte contre l'extrémisme et de la protection des mineurs. Des concepts fourre-tout destinés à censurer selon les détracteurs du Kremlin.

Ailleurs sur le web

Vos réactions