25/11/2010 12:50

Les intellectuels jugent les médias...

Des intellectuels parmi les plus prestigieux s'interrogent, dans un recueil d'entretiens, sur les médias, n'hésitant pas à les malmener, à confier leur agacement et leur méfiance, tout en les utilisant avec plus ou moins d'habileté et de connivence.  

En deux tomes, "Des intellectuels jugent les médias" (éditions Mordicus) rassemble les interviews accordées depuis six ans par ces personnalités à la revue Médias. Le premier tome recueille les points de vue de Daniel Bougnoux, André Comte-Sponville, Régis Debray, Marcel Gauchet et Yves Michaud, le second ceux de Edgar Morin, Pierre Nora, Michel Onfray, Fernando Savater, Philippe Sollers et Paul Virilio.  

Ils s'accordent presque tous pour critiquer la télévision, qui concentre le pouvoir médiatique et nourrit le débat sans fin sur les avantages et les inconvénients de la société du spectacle.  

Difficile néanmoins pour eux de faire l'impasse sur les tribunes qu'offrent télé, radio et journaux pour exprimer leurs idées et tenter de peser sur les débats de société. Presque tous font aussi part de leur inquiétude face aux flux d'informations pas toujours vérifiées et encore moins mises en perspective qui nous submergent à une vitesse démultipliée par internet.  

"Mon premier sentiment, souligne le philosophe André Comte-Sponville, c'est que c'est une chance de vivre à une époque où les moyens d'informations sont tellement développés (...) Les médias sont utiles, précieux, irremplaçables", reconnaît-il. Avant d'ajouter : "mon second sentiment, c'est que la qualité de nos journaux me paraît bien médiocre".  

D'abord, poursuit-il, "parce que les journalistes sont contraints d'aller vite. Ensuite, parce qu'ils sont emportés, presque inévitablement, par le courant qui les porte, celui de l'actualité, du parisianisme et des +petites phrases+".  

Les médias ? "C'est comme le TGV ou l'électricité. On ne peut pas s'en passer. C'est le mode de communication actuel", relève Michel Onfray qui explique par ailleurs "s'être trop souvent fait insulter dans la presse".  

Pour l'écrivain Philippe Sollers, également chroniqueur, quand on passe de la presse écrite aux médias télévisuels, on change "de registre technique, presque de nature. En tout cas d'échelle". Et "les blogs, voilà de nouveaux moyens d'influence, de pouvoir", estime-t-il.   ("Des intellectuels jugent les médias" - recueil d'entretiens - Editions Mordicus - 2 tomes de 182 p. - 14,90 euros chacun)

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ulysse69
26/novembre/2010 - 05h09

Pas besoin de ces gens-là pour dire que le programme télé est de plus en plus nul

Portrait de elys2000
25/novembre/2010 - 17h23

Edgar Morin, Michel Onfray, Philippe Sollers c'est des intéllectuels du dimanche :mrgreen: