09/07 07:31

La chaîne beIN Sports, co-diffuseur de la Ligue 2 froissé comme Canal+ par le choix d'Amazon pour diffuser le foot français, a finalement réglé son premier versement pour la saison 2021-2022

La chaîne beIN Sports, co-diffuseur de la Ligue 2 froissé comme Canal+ par le choix d'Amazon pour diffuser le foot français, a réglé son premier versement pour la saison 2021-2022 avec quelques jours de retard, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. Alors qu'ils n'avaient toujours pas été versés mardi, les 7,5 millions d'euros attendus par la Ligue de football professionnel (LFP) au 1er juillet ont été payés par beIN, à deux semaines de la reprise de la deuxième division (le 24 juillet), dont deux matches par semaine sont censés être diffusés par le groupe qatari en échange de 30 millions d'euros par an jusqu'en 2024. Mais cela n'assure pas que la chaîne réglera ses autres versements sans sourciller: selon une source proche du dossier, beIN juge son montant pour la Ligue 2 (30 M EUR par an pour deux matches par semaine, contre 9 M EUR à Amazon) trop élevé et souhaite le renégocier à la baisse.

La décision du football français de confier 80% de la Ligue 1 et la Ligue 2 au géant du e-commerce Amazon, début juin, a en effet froissé le diffuseur historique Canal+ et son allié beIN Sports. Même Free, diffuseur des droits numériques du Championnat pour 42 M EUR annuels, a indiqué par la voix de Thomas Reynaud, directeur général du groupe Iliad, la maison mère de l'opérateur mobile, qu'il souhaitait renégocier le contrat.

Si Canal+, toujours détentrice de deux matches de L1 par semaine pour 330 M EUR annuels selon le contrat postérieur à l'appel d'offres de 2018, a annoncé mi-juin qu'elle comptait "se retirer" de la diffusion de la Ligue 1, la chaîne qatarie n'a pas exprimé publiquement sa position sur le dossier. Elle semble avoir fait un pas vers la Ligue avec ce paiement, mais une autre date cruciale approche pour le duo Canal-beIN, allié par un contrat de sous-licence sur la Ligue 1.

Le 5 août, Canal+ est censé avoir réglé auprès de beIN Sports sa première échéance, afin que beIN puisse ensuite payer la Ligue. Début juin, Amazon a récupéré les droits laissés vacants par le diffuseur sino-espagnol défaillant Mediapro, qui avait promis plus de 800 M EUR annuels au foot français avant de se désister, poussant la LFP à lancer dans l'urgence un nouvel appel d'offres. Canal+ avait alors souhaité que son lot de matches, qu'elle juge "surévalué", soit lui aussi remis en jeu, mais le tribunal de commerce de Paris puis l'Autorité de la concurrence l'avaient débouté de ses demandes.

Ailleurs sur le web

Vos réactions