16/06 18:01

Coronavirus: L'Agence européenne des médicaments (EMA) dément qu'un des ses hauts responsables a suggéré d'abandonner le vaccin AstraZeneca

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a démenti qu'un des ses hauts responsables ait suggéré d'abandonner le vaccin AstraZeneca, affirmant que les déclarations de ce dernier lors d'une interview avaient été mal interprétées, et qu'il considère que les bénéfices du sérum dépassent les risques.

Marco Cavaleri, responsable de la stratégie vaccinale à l'EMA, avait été cité dans le journal italien La Stampa dimanche affirmant qu'il serait préférable d'arrêter le vaccin d'AstraZeneca pour toutes les tranches d'âge quand des alternatives sont disponibles.

Le vaccin AstraZeneca a fait l'objet de nombreuses inquiétudes après qu'un lien a été établi entre le sérum et des caillots sanguins très rares mais souvent mortels, tout comme le vaccin Johnson & Johnson utilisant la même technologie dite "à vecteur viral" (adénovirus). Les vaccins Pfizer et Moderna utilisent quant à eux la technologie ARN messager (ARNm).

Ces inquiétudes ont mené de nombreux pays à restreindre l'utilisation d'AstraZeneca aux personnes âgées ou à arrêter totalement de l'administrer.

Une porte-parole de l'EMA a déclaré dans un message à l'AFP que "la position du Dr Cavaleri a été particulièrement mal interprétée". "En réponse à la question spécifique sur l'utilisation de Vaxzevria au-dessus de l'âge de 60 ans, Marco Cavaleri n'a jamais déclaré qu'une telle utilisation devrait être interrompue", a-t-elle poursuivi, faisant référence au nom de marque du vaccin d'AstraZeneca. "Au contraire, il est clair que le rapport bénéfice-risque chez les individus de plus de 60 ans est d'autant plus positif et que le Vaxzevria doit continuer à être utilisé", a-t-elle ajouté.

"La position, clairement exprimée par le Dr Cavaleri lors de l'entretien, est que le rapport bénéfice-risque de Vaxzevria reste positif et que la décision de son utilisation au sein de populations et d'âges différents est la prérogative des États membres de l'UE, sur la base de facteurs spécifiques tels que la circulation du virus et la disponibilité des vaccins", précise-t-elle également.

La Stampa a ajouté à l'interview une clarification signée de M. Cavaleri, affirmant notamment que le vaccin d'AstraZeneca "conserve un rapport bénéfice-risque positif dans la population pour laquelle il est approuvé".

Le journal italien avait cité dimanche Marco Cavaleri répondant, lorsqu'on lui avait demandé s'il ne vaudrait pas mieux interdire AstraZeneca pour les plus de 60 ans également : "Oui, et c'est une option que de nombreux pays, comme la France et l'Allemagne, envisagent à la lumière de la disponibilité accrue des vaccins à ARNm".

L'Italie a restreint samedi l'utilisation du vaccin AstraZeneca aux personnes âgées de 60 ans et plus, en raison des risques accrus pour la santé des plus jeunes.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de gillesdelors7571
16/juin/2021 - 18h26

ce vaccin va bien etre abandonne de fait puisque  l'union europeenne n'a pas passee de nouvelle commande   mais par contre a fait une enorme commdande de 900 millions de doses de pfizer