12/06 19:07

"Marche des libertés" - Moins de 10.000 participants à Paris - Le leader de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a été enfariné - L'auteur a finalement été placé en garde à vue ce soir

19h05: L'homme qui a enfariné Mélenchon pendant la Marche des libertés a été placé en garde à vue (BFM TV)

17h28:  Selon la préfecture, seulement 900 personnes ont défilé à Nantes, et entre 500 et 1 000 personnes qui se sont réunies à Strasbourg, également environ un millier à Toulouse, 1.200 à Rennes.

17h21: La Préfecture de Police indique que moins de 10.000 personnes ont participé à la Marche des libertés à Paris, et annonce un chiffre de 9.000 participants

17h04: La Marche des libertés à Paris vient de se terminer dans le calme Place de la République, avec un cortège clairsemé.

15h46: Le vice-président du Rassemblement national condamne l'enfarinage du leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon lors de la marche des libertés: Le climat politique est de plus en plus tendu. Il ne vise pas seulement le chef de l'Etat, il vise aussi monsieur Mélenchon, a-t-il commenté. On n'a aucune ambiguïté là dessus. Aucune attaque physique contre des élus, on les condamne de la manière la plus claire qui soit, peu importe qui en est la victime."

14h36: Face à plusieurs journalistes, l'homme qui a jeté la farine sur Jean-Luc Mélenchon, qui a environ 27 ans, a expliqué "vouloir marquer le coup" et être "contre la classe politique".

Quelques minutes plus tard, deux policiers ont relevé son identité avant de le laisser partir libre. "Il faut relativiser, ce n'est que de la farine", a-t-il déclaré. La police précise en effet que l'enfarinage n'est ni un motif d’interpellation ni de garde à vue.

Concernant la gifle à Emmanuel Macron, l'homme a confié "comprendre la claque", mais "ne cautionne pas la violence".

14h15: Jean-Luc Melenchon vient d’être « enfariné » au début de la manifestation.  

Le patron de LFI et candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon a été enfariné samedi après-midi lors de la manifestation contre l'extrême droite à Paris.

Un jeune homme a lancé de la farine sur M. Mélenchon qui répondait à la presse place de Clichy. L'auteur a ensuite été repoussé par le service d’ordre CGT.

M. Mélenchon a toutefois réagi calmement en disant: "Il y a une grande tension. Là, je ne sais pas quel était le motif de me jeter de la farine dessus... C'est vraiment un seuil qui a été franchi".

"Si vous ne me voyez pas plus ému que ça, c'est parce que ça aurait pu être pire... C'est fait pour intimider (...) Même si c'est pénible, il ne faut pas reculer", a-t-il poursuivi.

"Si un jour j'ai un mauvais sort, ils seront responsables", a-t-il ajouté sans davantage de précisions. "La bonne réaction est de faire preuve de solidarité humaine et de sang froid. Ils ne me font pas peur", a encore ajouté le leader des Insoumis.

Ses propos dimanche dernier prédisant "un grave incident ou un meurtre" dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, un événement "écrit d'avance", ont suscité l'indignation dans la classe politique.

 M. Mélenchon a encore récusé samedi tout "propos complotiste".

14h08: Seulement 800 personnes sont présentes place de Clichy à Paris, au moment du lancement du cortège, selon des sources policières à BFMTV.

14h00: La Marche des Libertés s'apprête à démarrer. Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, le secrétaire national d'Europe Ecologie les Verts Julien Bayou, le député LFI Éric Coquerel, ainsi que le président et fondateur de Génération.s Benoît Hamon sont présents place de Clichy à Paris.

11h10: Premières images de La Marche des Libertés à travers toute la France

 

 

10h30 : Plusieurs défilés se tiennent aujourd'hui en France et notamment à Paris à l'appel de plusieurs organisations syndicales, politiques et associatives pour lutter contre les idées de l'extrême-droite. Une marche en ordre dispersé. En réaction à l'actualité de ces dernières semaines marquée notamment par des incidents impliquant l'extrême-droite, les gauches politiques, syndicales et associatives contre-attaquent ce samedi avec une nouvelle "Marche des libertés" consacrée cette fois à la lutte "contre les idées d'extrême droite". "S’allier avec l’extrême droite ou reprendre ses idées ne constituent plus un interdit. Les propos et actes racistes et sexistes au travail et dans la vie se propagent.

Les attaques contre les libertés et les droits sociaux s’accentuent gravement", dénoncent les organisateurs de cette journée de mobilisation. Avec des défilés dans de nombreuses villes de France, à l'appel de plus d'une centaine d'organisations, cette "marche" se veut un événement de grande ampleur. L'occasion aussi de dénoncer les "lois liberticides" adoptées par le pouvoir.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Nerfertiti
12/juin/2021 - 12h15

on savait déjà que le journal libération était de gauche mais delà à soutenir un complotiste islamo gauchiste, là c'est vraiment la loose

Portrait de Nerfertiti
12/juin/2021 - 11h50

on savait déjà que le journal libération était de gauche mais delà à soutenir un complotiste islamo gauchiste, là c'est vraiment la loose

Portrait de GOTAAB 87
12/juin/2021 - 11h14

Ben voyons !!!!!!!