31/05 10:16

Un député canadien surpris à la caméra en train d'uriner pendant une visioconférence au Parlement, un mois après être apparu nu lors d'une autre séance virtuelle

Un député canadien s'est retiré de certaines de ses fonctions et a dit chercher le "soutien approprié" après avoir été surpris à la caméra en train d'uriner pendant une visioconférence au Parlement, un mois après être apparu nu lors d'une autre séance virtuelle.

"Alors que j'assistais virtuellement aux délibérations non publiques de la Chambre des communes, j'ai uriné sans me rendre compte que la caméra était allumée", a écrit le député William Amos sur son compte Twitter.

"Je suis profondément embarrassé par ma conduite et par la détresse qu'elle a pu causer à quiconque en a été témoin", a-t-il ajouté."Bien qu'accidentelle (...) mon action était tout à fait inappropriée, et je m'excuse sans réserve", a-t-il affirmé.

En avril, le député avait été surpris nu, se tenant debout entre les drapeaux du Canada et du Québec, ses parties intimes cachées par son téléphone, face à la caméra de son ordinateur connectée sur la séance des questions au parlement.

M. Amos, qui représente le Parti libéral de Justin Trudeau dans la circonscription de Pontiac, au Québec, avait alors aussi plaidé la thèse de l'accident.

Lors du plus récent épisode, M. Amos a été surpris en train d'uriner dans une tasse à café, a dénoncé l'opposition conservatrice dans un communiqué."C'est la deuxième fois que M. Amos est surpris en train de se montrer nu à ses collègues de la Chambre des communes, et la Chambre, virtuelle ou non, doit être exempte de ce type de comportement inacceptable", a déclaré la députée conservatrice Karen Vecchio.

"Il s'agit d'un comportement habituel de la part de M. Amos et il est maintenant clair que les libéraux de Trudeau ont manqué à leur devoir d'offrir un environnement de travail sûr à la suite du premier incident", a-t-elle martelé dans un communiqué.

M. Amos, 46 ans, a annoncé qu'il se retirait "temporairement" de certaines de ses fonctions parlementaires tout en continuant de représenter sa circonscription de Pontiac.

Et il a ajouté qu'il allait chercher "le soutien approprié", mais sans en préciser la teneur.

Ailleurs sur le web

Vos réactions