25/05 15:40

EXCLU - Coronavirus: Un des influenceurs contacté par la mystérieuse agence de communication pour critiquer le vaccin Pfizer nous raconte les coulisses de l’affaire - VIDEO

Ce matin, Amine était en direct l'invité de Jean-Marc Morandini dans "Morandini Live" sur CNews et Non Stop People. Le jeune interne en médecine, qui gère le compte instagram "Et ça se dit Médecin", a été approché par une mystérieuse agence de communication, qui lui a proposé, moyennant finances, de poster des messages mettant en cause le vaccin de Pfizer/BioNTech contre le Covid-19.

"J'ai été contacté par cette agence de communication sur Instagram et par mail pour décrédibiliser le vaccin Pfizer. C'est la première fois que ça m'arrive. Ça nous arrive d'avoir des propositions de partenariats, mais ça m'est jamais arrivé d'avoir une demande de partenariat pour décrédibiliser un produit. C'est une première. En plus, on m'a proposé un budget de 2.050 euros qui était dans la fourchette haute de ce qu'un influenceur avec mon nombre d'abonnés [84.000 abonnés, ndlr] pourrait demander", a-t-il débuté en exclusivité.

Et d'ajouter : "Au début, je n'y croyais pas. Je pensais que c'était quelqu'un qui s'amusait. Si c'était sérieux, je devais avoir un mail aussi et effectivement, j'avais reçu un mail avec des liens. J'ai essayé d'échanger avec la personne. Elle m'a dit 'on vous propose ça en échange de 2.050 euros la story'. On m'a envoyé un encart avec toutes une série de points à dire en vidéo. Il était mentionné qu'il ne fallait pas dire que c'était un partenariat. Il fallait faire en sorte que c'était mon opinion personnelle".

Amine a précisé qu'il "n'acceptera jamais de donner de fausses informations à [sa] communauté ou [mes] patients". "Mes principes et mes valeurs ne sont pas à vendre, mais je ne doute pas que ça ne soit pas le cas pour tout le monde. Il y a des gens qui prennent l'argent et qui racontent n'importe quoi", a continué l'interne en médecine. "Je suis persuadé qu'il y a beaucoup de produits que les influenceurs vendent qui sont des arnaques (...) Mais là, on parle de la santé des gens, de leur vie. On leur dit des choses fausses sur leur santé. Ca peut être grave. Ca peut être le même genre de manœuvre pour des élections : des gens qui sont prêts à payer pour dire aux influenceurs de voter pour untel ou untel". "On serait très curieux de savoir qui a été contacté et qui a accepté ou refusé", a-t-il conclu.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de tskynet
26/mai/2021 - 11h18

dans le moins mauvais c'est pfizer le meilleur