10/05/2021 07:21

Une nouvelle tribune de militaires publiée cette nuit, signée cette fois par des soldats en service : "Si une guerre civile éclate, l'armée maintiendra l'ordre" - Vidéo

Dans la version mise en ligne, le texte s’adresse au «président de la République», aux «ministres», aux «parlementaires» et aux «officiers généraux». Il dénonce le traitement qu’ils ont réservé aux «vieux soldats» ayant signé la précédente tribune, contre qui des sanctions ont été réclamées et promises par le ministère des Armées.

Leur honneur a été «piétiné», estiment les signataires. «Ces gens qui ont lutté contre tous les ennemis de la France, vous les avez traités de factieux alors que leur seul tort est d'aimer leur pays et de pleurer sa visible déchéance», affirment-ils. Se présentant comme «récemment entrés dans la carrière», «hommes et femmes», «de tous les grades, de toutes le sensibilités», ils disent avoir presque tous connu l’opération Sentinelle et avoir vu «de nos yeux les banlieues abandonnées, les accommodements avec la délinquance».

Ils pointent également les «tentatives d'instrumentalisation de plusieurs communautés religieuses, pour qui la France ne signifie rien -rien qu'un objet de sarcasmes, de mépris voire de haine».

«Oui, nos aînés ont raison sur le fond de leur texte, dans sa totalité. Nous voyons la violence dans nos villes et villages. Nous voyons le communautarisme s'installer dans l'espace public, dans le débat public. Nous voyons la haine de la France et de son histoire devenir la norme», écrivent ces militaires actuellement en service.

Ils précisent : «nous sommes apolitiques dans nos appréciations de situation, c'est un constat professionnel que nous livrons». Ils mettent à leur tour en garde contre la «déchéance» du pays, qui «précède l’effondrement».

Le chaos et la violence ne viendront pas du corps militaire, précisent-ils, mais d’une «insurrection civile».

Très vindicatifs contre ceux qui s’en sont pris aux signataires de la première tribune, dont leur hiérarchie, ils les accusent de «lâcheté, fourberie, perversion», en ne faisant pas confiance à l’institution militaire.

«Oui, si une guerre civile éclate, l'armée maintiendra l'ordre sur son propre sol, parce qu'on le lui demandera. C'est même la définition de la guerre civile. Personne ne peut vouloir une situation aussi terrible, nos aînés pas plus que nous, mais oui, de nouveau, la guerre civile couve en France et vous le savez parfaitement», estiment les signataires.

Se référant aux «résistants de 1940» ou aux «poilus de 14», ils dénoncent ceux qui abandonnent «sans réagir, des quartiers entiers de notre pays à la loi du plus fort». Ils terminent en demandant d’agir : «il ne s'agit pas, cette fois, d'émotion sur commande, de formules toutes faites ou de médiatisation. Il ne s'agit pas de prolonger vos mandats ou d'en conquérir d'autres. Il s'agit de la survie de notre pays, de votre pays».

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
10/mai/2021 - 13h53

Ce qui me rend dingue c'est que des blancs participent à ces mouvements communautaristes et anti-France.

C'est vraiment du suicide.

 

Portrait de Paflebasilien
10/mai/2021 - 09h58

C'est beau.

Portrait de lucieat
10/mai/2021 - 09h50

Pour éliminer les armes des banlieues et ailleurs, pas 36 solutions, il faut faire des perquisitions simultanées dans tous les appartements des cités et saisir toutes celles dont on ne peut justifier la détention. Vérifier qui est qui quand ils en trouvent.

Bien sur qu'on est en guerre, il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ni pire sourd que celui qui ne veut pas entendre la colère des gens, les habitants des cités n'en peuvent plus de ne plus pouvoir sortir de chez eux tranquille, de voir les étals de dealers sous leur nez en toute impunité.

La police fait ce qu'elle peut mais est constamment freinée par le laxisme de la justice et des élus qui ne pensent qu'à leur réélection au détriment de la sécurité

Tout mon soutien à ceux qui osent parler et dénoncer la vérité.

Je ne reconnais déjà plus mon pays, qu'est ce que se sera dans 10 ans ? J'ai peur pour mes petits enfants, quel monde va     t -on leur laisser ?

Portrait de muzo 28
10/mai/2021 - 09h10
air libre a écrit :

il n'y a aucun risque de guerre civile en France, un conflit armé pour prendre le pouvoir et inenvisageable parce que une majorité de Français partagent les idées de droite et que la gauche est inexistante, ce que l'on risque de voir ce sont des émeutes en banlieue, dans ce cas si le gouvernement veut y mettre un terme ce sera vite fait, par contre laisser planer le doute ne peut que renforcer le pouvoir en place. Besoin d'ordre et de sécurité.

Quand les banlieues se soulèveront avec des armes, on n'appellera plus ça des émeutes. Le trafic d'armes fonctionne très bien, généré, ente autre, par l'argent de la drogue.  Gardons nos œillères,  tout est sous contrôle....

Portrait de breizhald
10/mai/2021 - 09h08

et Darmanin qui dit chez Bourdin " faire une tribune anonymement, c'est ça le courage ?" ... qu' il donne l' assurance que les militaires ne seront pas poursuivi dans la suite de leur carrière s'ils parlaient à visage découvert et il verra qu'il y en aura beaucoup plus qui signeront cette tribune.

Portrait de Yanik65
10/mai/2021 - 08h58

"Ils ont offert leur peau pour détruire l’islamisme auquel vous faites des concessions sur notre sol" ... Cette phrase fait froid dans le dos tellement elle reflète une réalité.

Je ne pense pas qu'on arrivera à une guerre civile (la peur peut-être). Mais on est sur une ligne de crête sur l'acceptabilité des Français par rapport aux violences urbaines quotidiennes ou à la prolifération de l'idéologie islamiste.

Même si beaucoup d'entre nous ni sommes pas confrontés directement, les infos aux JT accentuent ce sentiment d'insécurité et cette sensation de délitement de la Nation.

Portrait de Martel688
10/mai/2021 - 08h29
L ' Ecume Des Choses a écrit :

si l'état de maitrise pas ses flics et ses militaires, on es très mal barrés .

L'état ne maîtrise rien, et en particulier les bandes organisées de tous bords et les terroristes.

Nous sommes mal barrés, en effet, mais pas à cause de nos "flics" et nos militaires qui ne disent que des vérités.

La colère gronde de plus en plus fort et ça va forcement aller là où personne ne souhaiterait qu'on en arrive.

Mais bon, pour vous, il vaut mieux tendre l'autre joue et baisser son froc.

 

 

Portrait de Oh Yes It's Good
10/mai/2021 - 08h15

On a vu avec les Gilets Jaunes ce qu'il en était de la Guerre Civile = pschiiittttt smiley

Portrait de Harriet
10/mai/2021 - 07h59

" Oui, si une guerre civile éclate, l'armée maintiendra l'ordre sur son propre sol, parce qu'on le lui demandera ..."  

Euh, c'est qui "on" ? smiley

Portrait de KERCLAUDE
10/mai/2021 - 07h51

Les politiques de tous bords vont se poser des questions ........... et broder une nouvelles fois, par contre  les militaires décrivent leurs constatations de la vraie vie.

Portrait de ThierryG
10/mai/2021 - 07h43

Ce qui est rassurant et effrayant en même temps, c'est de voir nos militaires pointer du doigt clairement la religion de paix et d'amour.

 

Rassurant parce notre armée est suffisament mentalement équilibrée pour remonter sans avoir peur à la source d'une grande partie de nos maux, effrayant parce que si les militaires dressent factuellement ce constat, c'est que nous sommes peut-être beaucoup plus proche que nous le pension d'un chaos généralisé.

 

De tout coeurs avec vous cher Soldats ! Je remet volontiers l'avenir de la France entre vos mains !