18/04/2021 15:02

Des "journalistes citoyens" syriens lancent le premier média crée par des réfugiés en Espagne: "Baynana", une revue en ligne en arabe et en espagnol

Par Álvaro VILLALOBOS

Leur vocation journalistique s'est forgée durant le conflit en Syrie avant qu'ils émigrent à Madrid, où ils ont lancé le premier média dirigé par des réfugiés en Espagne: Baynana, une revue en ligne en arabe et en espagnol. Agés entre 22 et 39 ans, Mohammed, Ayham, Moussa et Okba viennent tous les quatre de la ville syrienne de Deraa, dans le sud, où a démarré en mars 2011 la révolte contre le régime de Bachar al-Assad. Leur exil les a conduits début 2019 en Turquie, avant qu'ils s'envolent pour Madrid en mai de la même année grâce au Comité pour la Protection des Journalistes (CPJ), une ONG basée à New York.

"Quand la guerre a commencé, j'avais 12 ans, mais je savais très bien ce qui se passait, parce que beaucoup de gens sortaient pour manifester près de chez moi, à la mosquée", confie à l'AFP Okba Mohammed, le benjamin du groupe, qui s'est aguerri à partir de 2015 dans des médias locaux où, dit-il, il filmait "des manifestations" et "des bombes". Pour sa part, Mohammed Subat explique que l'Espagne était son "pays préféré, parce que j'étais très intéressé par le football". "Je n'imaginais pas venir ici en tant que réfugié ou migrant, j'imaginais venir en tant que touriste ou étudiant, mais la vie est ainsi faite", ajoute cet homme de 31 ans, qui dit avoir collaboré -- d'abord en Syrie, puis en Turquie -- avec Syria TV, une chaîne d'opposition basée à Istanbul. 

L'objectif de ce tout nouveau magazine numérique lancé le 7 avril, dont le nom en arabe signifie "Entre nous", est de montrer "le bon visage des migrants ici en Espagne", explique Ayham al Ghareeb, 32 ans, qui est venu à Madrid avec sa femme et ses deux petites filles. C'est pour cela que les quatre reporters ont choisi dès le départ de raconter des "success stories", comme celle d'Ashraf Kachach, un "youtuber" d'origine marocaine qui lutte contre l'islamophobie, ou celle de Malak Zungi, une Libanaise qui aide des réfugiés à se former comme chefs cuisiniers en Espagne. Sans oublier le footballeur marocain Youssef En-Nesyri, attaquant du FC Séville, l'une des meilleures équipes de football du pays, qui incarne la réussite dans le championnat espagnol dont rêvent tant de jeunes du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord.

Autre raison d'être de Baynana: fournir des "informations utiles" à la communauté arabophone car en Espagne, "il n'y a pas beaucoup d'informations en arabe pour effectuer des formalités" comme obtenir un permis de résidence, explique Ayham al Ghareeb. Un problème auquel ces journalistes sont eux-mêmes directement confrontés en tant que demandeurs d'asile. Au total, plus de 20.000 Syriens ont demandé l'asile en Espagne depuis 2011, selon la Commission espagnole d'Aide aux Réfugiés (CEAR). "Cela va faire deux ans que je suis en Espagne et je ne peux toujours pas voyager ni voir ma famille", déplore Okba Mohammed, qui n'a pas vu ses proches, réfugiés en Jordanie, depuis 2014. "La vie en Espagne est très sûre", mais "il y a aussi du racisme contre les migrants et les réfugiés", par exemple lors de la recherche d'un appartement, ajoute Ayham al Ghareeb. 

Baynana se présente comme le premier média dirigé par des réfugiés en Espagne, une initiative similaire ayant eu lieu en Allemagne avec le magazine numérique Amal Berlin ("Espoir Berlin" en arabe). Dans un pays qui compte environ un million d'arabophones, son public potentiel est "très large", explique la journaliste espagnole Andrea Olea, coordinatrice du projet et chargée de traduire et d'adapter en espagnol les articles de ses quatre collègues syriens. Il va "des Marocains qui viennent travailler dans les champs aux réfugiés qui peuvent avoir un niveau socioculturel plus élevé" parce qu'ils ont une formation universitaire, poursuit-elle. La salle de rédaction de baynana.es/es est une modeste salle au siège de la fondation espagnole Por Causa, qui veut promouvoir le journalisme d'investigation et les travaux sur les migrations et qui a fourni un soutien logistique à la revue, dont les moyens sont modestes.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions