02/04/2021 17:51

La famille d'une femme de 38 ans, décédée d'une thrombose après avoir reçu une première dose du vaccin AstraZeneca, porte plainte contre X auprès du parquet de Toulouse

La famille d'une femme de 38 ans, décédée d'une thrombose après avoir reçu une première dose du vaccin AstraZeneca, a déposé vendredi une plainte contre X auprès du parquet de Toulouse, dans le but "d'obtenir une enquête", a indiqué son avocat à l'AFP.

"C'est une plainte contre X, car on n'a aucun élément contre une personne dénommée, pour homicide involontaire", a souligné Me Étienne Boittin. Cette qualification peut "évoluer au gré des éléments du dossier", a-t-il précisé.

La famille de cette assistante sociale "n'est pas dans une démarche de revendication ou de recherche de responsabilités, elle veut simplement des explications, éclaircissements sur ce qui s'est passé", a-t-il ajouté.

La trentenaire s'était fait vacciner à la mi-mars - dans le cadre de son activité professionnelle dans un institut médico-éducatif (IME) avec des personnes handicapées - et ne souffrait pas de problème de santé particulier, selon Me Boittin.

Son état de santé s'est dégradé peu de temps après sa vaccination, nécessitant une hospitalisation au CHU de Toulouse. Elle est décédée le 29 mars d'une thrombose au cerveau.

"L'objectif de cette plainte est d'obtenir des investigations complémentaires, notamment une autopsie dans un cadre médico-légal, avec des éléments nous permettant de savoir si ce vaccin a pu avoir un rôle causal dans la survenance du décès", a affirmé l'avocat de la famille.

Il défend également la famille d'un étudiant en médecine nantais, mort subitement chez lui d'une thrombose le 18 mars, quelques jours après une injection du vaccin AstraZeneca. Dans son cas, le parquet de Nantes a ouvert une enquête préliminaire.

L'Agence du médicament (ANSM) a confirmé le 26 mars l'existence d'un risque "rare" de thrombose atypique associé au vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca, après la survenue de nouveaux cas en France, tout en soulignant que la balance bénéfice/risque restait "favorable".

Le vaccin développé par le laboratoire suédo-britannique et l'université d'Oxford avait été suspendu le 15 mars par plusieurs pays européens, après le signalement de cas de caillots sanguins, parfois mortels.

La France a levé la suspension le 19 mars, après un avis de l'Agence européenne des médicaments (EMA) le jugeant "sûr et efficace".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Darren441
3/avril/2021 - 18h13 - depuis l'application mobile

Nous sommes des petites souris de laboratoire dans cette histoire...

Portrait de nina83
3/avril/2021 - 08h39

Et maintenant tous les médecins et pharmaciens peuvent vacciner avec ce vaccin..... qui change de nom d'ailleurs.... (pourquoi donc ???) 

Portrait de heisentaker62

on va étouffer l affaire

Portrait de Harriet
2/avril/2021 - 19h32
croco a écrit :

@Climato Dans ce cas il faudrait interdire le doliprane qui cause la mort de 90 Français chaque année, et la pilule contraceptive qui cause des milliers de thromboses chaque année. En fait il faudrait interdire tous les médicaments car ils ont tous une liste d'effets indésirables longue comme le bras.

Oui enfin le paracétamol est toxique pour le foie en cas de surdosage ....

Ce qu'on peut déplorer c'est qu'une fraction jeune de la population a été vaccinée avec l'AstraZeneca, : des soignants et assimilés ... je ne peux m'empêcher de penser à cet étudiant en médecine décédé... qui aurait pu être ma fille (vaccinée elle aussi) ... le  risque/bénéfice n'étant pas prévalent pour des sujets jeunes ... et bien sûr à cette professionnelle  qui aura accepté cette vaccination  pour protéger ses patients/interlocuteurs ... smiley